Accueil Sciences & Tech Clôture des activités de la deuxième édition du « Salon pédagogique des...

Clôture des activités de la deuxième édition du « Salon pédagogique des villes intelligentes à l’échelle africaine » à Agadir

137
0

Mercredi dernier, à l’issue des activités de la deuxième édition du « Salon pédagogique des villes intelligentes à l’échelle africaine » à Agadir, pour lequel le slogan a été choisi : « La Smart City au service du citoyen arabo-africain, » Les participants ont émis un ensemble de recommandations qui constitueront sans aucun doute une feuille de route pour l’intégration de nos villes dans le système. Les villes intelligentes du futur, au premier rang desquelles la nécessité de numériser les services du secteur touristique dans la région Souss-Massa, puis l’inauguration officielle de la mini ville intelligente sur une superficie de 3 000 mètres carrés au cœur de l’Université Internationale d’Agadir, et considérant le Forum Arabe pour les Villes Intelligentes comme partenaire principal pour l’organisation de la troisième édition à Marrakech en 2025. Les participants, parmi lesquels des experts, des ingénieurs, des décideurs, des chercheurs et des innovateurs reconnus, ont déclaré que l’exposition a été une véritable opportunité de présenter des solutions concrètes et innovantes aux grands enjeux de la ville intelligente du futur, sur différents aspects liés notamment à la gouvernance politique, au tourisme intelligent, au développement durable, à la transition énergétique, à la transformation numérique, à la sûreté et à la sécurité, faciliter la mobilité urbaine et la continuité des services fournis. Citoyens.

La séance d’ouverture de cette exposition pédagogique, qui s’est tenue mardi dernier, a comporté plusieurs interventions qui ont souligné la nécessité d’œuvrer pour inclure la région Souss-Massa dans les villes intelligentes du futur.

Karim Ashinkali : La question des villes intelligentes s’impose désormais à tous

Karim Achenkli, Président de la région Souss-Massa, a salué l’initiative de l’Université Internationale d’Agadir et du reste des partenaires pour l’organisation de cette présentation, et pour leur bon choix du thème de la ville intelligente, car c’est un sujet qui a été travaillé dans le cadre d’une vision préparée et adoptée dans le cadre du programme de développement régional. Lors de l’ouverture de l’exposition, il a ajouté que le thème des villes intelligentes s’impose désormais à tous, appelant tous à œuvrer pour le succès de la régionalisation avancée, ou ce qu’il a appelé l’intelligence collective et régionale, sur laquelle on travaille actuellement, comme il l’a dit.

Lotfi Bennani : Organiser l’exposition dans la région Souss-Massa est un soutien fort au parcours de cette région

L’ingénieur Lotfi Bennani, directeur du bureau de conseil et d’ingénierie « Innovatel Engineering », a déclaré que l’organisation de ce salon dans la région Souss-Massa, sous l’égide du ministère de la Transition à flot et du Développement durable, constitue un soutien fort au cheminement de ce projet. région en général et pour la ville d’Agadir en particulier qui a connu, ces dernières années, un essor. Une qualité qui a contribué à accroître l’attractivité de la destination touristique et économique de cette ville, qui a bénéficié d’un programme de développement urbain entre 2020 et 2024, qui est un atelier royal qui a sensiblement modifié les caractéristiques de cette belle ville, qui a eu un impact positif sur le quotidien. vie des habitants, car chaque visiteur ou habitant de cette ville remarquera les grands ateliers ouverts. Ce qui concerne principalement les infrastructures.

Lancement de la mini ville intelligente

L’ingénieur Lotfy a ajouté que l’exposition est une occasion opportune pour réfléchir à développer les superstructures de cette ville pour en faire une ville intelligente par excellence, avant de passer au reste des villes de la région, en travaillant avec les élus, c’est-à-dire les hommes politiques. et les autorités régionales et locales, pour y mettre en œuvre des projets intelligents, c’est-à-dire notamment s’engager dans des villes intelligentes. Aujourd’hui, l’intelligence artificielle est devenue une réalité incontournable.

Lire aussi:  Maroc-Actu.-Samsung élargit sa gamme d'entrée de gamme avec les nouveaux Galaxy A13, M33 5G et M23 5G.

A cette occasion, il a remercié tous les sympathisants et partenaires, auxquels il doit, selon lui, un grand mérite d’avoir assuré toutes les conditions nécessaires à la tenue de cette exposition, et notamment, le gouverneur de la région Souss-Massa, les autorités locales, le conseil de la région Souss-Massa, le conseil municipal d’Agadir, et le sponsor officiel de l’exposition, la Société Marocaine du Ciment, ainsi que les responsables de l’Université Internationale d’Agadir, qui ont grandement contribué à offrir des opportunités pour la réussite de cette deuxième édition.

Ben Azoun : La ville intelligente a sa propre identité

Nabil Ben Azoun, président de la Confédération des consultants et ingénieurs, a déclaré que la ville intelligente a sa propre identité et est entretenue intelligemment. Il est agréable à vivre, la tranquillité et la tranquillité s’installent, et le travail s’articule autour de l’humanisation de la pensée et des mesures, et que les outils électroniques et la numérisation de la recherche sont ce qui la rendent intelligente. Il a ajouté dans son intervention que l’ingénieur citoyen est celui qui place la satisfaction des besoins locaux du citoyen au cœur de son travail et travaille de manière intelligente, interactive et en harmonie avec toutes les autres parties prenantes.

Elias Majdoline : La dimension africaine de l’exposition est présente à travers les étudiants des pays africains

Quant au Dr Elias Majdoline, vice-président chargé des affaires académiques et de la recherche scientifique à l’Université internationale d’Agadir, il a estimé que la contribution de l’université repose sur trois dimensions. La première, selon lui, se reflète dans la dimension pédagogique, la deuxième dimension est l’intégration des étudiants africains dans cette exposition et la troisième dimension est la dimension scientifique. Il a d’ailleurs expliqué qu’en ce qui concerne la dimension pédagogique, l’exposition est avant tout l’occasion de simplifier les concepts sur lesquels reposent les villes intelligentes, que ce soit pour les élus, les acteurs associatifs, les étudiants, les professeurs et toute personne intéressée par les affaires publiques. .

Une photo réunit l’ambassadeur de Jordanie, le directeur général du Forum arabe pour les villes intelligentes, le président de l’Université internationale d’Agadir et le directeur d’« Innovatel Engineering »

Il a également ajouté que la dimension pédagogique constitue une opportunité ouverte à tous les étudiants, qu’ils soient étudiants de l’Université Internationale ou étudiants d’autres universités de la région Souss-Massa, de visiter l’exposition et de s’informer sur les entreprises et sociétés qui fournissent des services techniques et technologiques. dans le domaine des villes intelligentes, et une opportunité pour les professeurs de rencontrer ces acteurs. Quant à la dimension africaine, selon lui, elle est représentée par la présence d’un groupe de pays africains, soit une vingtaine de pays, à travers leurs étudiants présents dans diverses universités et instituts internationaux à Agadir.

Lire aussi:  Un logiciel espion israélien ciblant des fonctionnaires de l'UE

Samira Al-Dahiyat : Passer rapidement à la transformation numérique est devenu une nécessité urgente

Au nom du Forum arabe pour les villes intelligentes, sa directrice générale, Samira Al-Dahiyat, a déclaré que plus de la moitié de la population mondiale vit aujourd’hui dans les villes et que d’ici 2050, environ sept personnes sur dix vivront dans des villes. cela représentera plus de 70 pour cent des émissions mondiales de carbone et représentera également 60 à 80 pour cent de la consommation d’énergie.

Dans son discours, elle a expliqué que l’urbanisation rapide a entraîné des défis supplémentaires tels que les embouteillages, la pollution de l’eau, les pénuries alimentaires, les prix élevés de l’énergie, le manque de chaînes d’approvisionnement et les problèmes liés au changement climatique, et que tous ces défis sont communs, mondiaux, et les problèmes de santé associés.

À cet égard, elle a souligné que le Forum arabe pour les villes intelligentes, de son point de vue, travaille sur la transformation technologique et numérique des villes intelligentes, dans le but d’avancer rapidement vers la transformation numérique, qui n’est plus une option, mais est plutôt devenue une option. un besoin urgent au vu des défis auxquels le monde est confronté, surtout après la pandémie de Covid-19. Or Corona, il a été prouvé que la technologie était le seul moyen de soutenir la vie et d’assurer la continuité du travail des différents secteurs pour fournir des services aux citoyens, en plus de suivre le rythme des évolutions et des changements et de bénéficier des expériences, notamment dans le domaine de la santé. et les secteurs de l’éducation.

Hassan arabe

Marrakech, 2024-05-19 18:00:06 (Maroc-Actu) –

Article précédent11 soldats égyptiens ont été tués à la suite d’une attaque armée dans la région du Sinaï occidental
Article suivantAl-Hussein Al-Shaabi signe sa pièce « Louzia » au Festival international du court-métrage de Souss