Accueil Economie Les perspectives de développement de la finance participative au centre d’un colloque...

Les perspectives de développement de la finance participative au centre d’un colloque virtuel

338
0

Les perspectives de développement de la finance participative au Maroc, notamment après le lancement de l’assurance Takaful, ont fait l’objet d’un colloque virtuel organisé à l’initiative de la Chambre de commerce britannique au Maroc.
Dans son intervention lors de cette rencontre, qui s’est tenue sous le titre « La finance participative au Maroc après l’assurance takaful, quelles perspectives ? », l’expert en finance participative et président de l’Académie de la finance participative, Abd al-Rahman Lahlou, a indiqué que parmi les perspectives de développement de la finance participative au Maroc et les axes d’innovation intègrent les outils de la technologie financière moderne pour améliorer l’efficacité des services bancaires et leur attractivité auprès des clients, notamment avec leur capacité à valoriser les services bancaires et le service client.
Il a souligné la nécessité d’intégrer les trois dimensions représentées dans les dimensions environnementale, sociale et de gouvernance, expliquant qu’à l’ère du développement durable, les banques participatives, dans leurs financements et les entreprises Takaful en ce qui concerne leurs investissements, doivent prendre en compte l’impact environnemental et durabilité du développement.
D’autre part, il a souligné l’importance de diversifier le portefeuille de financement en intensifiant la tendance au financement des contrats par le biais de l’immobilier Murabaha, de l’équipement Murabaha et des matières premières Murabaha, ainsi que des contrats de paix qui fournissent des liquidités à l’entrepreneur client.
Pour sa part, le chef du Département de la supervision et de la normalisation à l’Autorité des assurances et du contrôle de la précaution sociale, Issam Al-Ashiqi, s’est arrêté sur les perspectives de production, en particulier l’investissement symbiotique, comme un objectif qui peut être considéré comme prioritaire dans les mois à venir, en en plus des contrats liés à des unités de compte qui s’inscrivent dans l’esprit d’épargne, de sorte que l’assuré supporte l’entreprise qui court le risque.
En ce qui concerne les perspectives de maintien, il a évoqué le rôle de l’Autorité de contrôle des assurances et de la réserve sociale dans l’élaboration d’autres produits modèles, la facilitation des relations avec le Conseil supérieur scientifique et la réalisation des objectifs dans les meilleurs délais, soulignant les efforts déployés pour contribuer à la culture financière, notamment pour rapprocher ces modèles des citoyens. Expliquez les différences essentielles.
Pour sa part, le Chef du Département des Etudes et des Relations avec les Institutions de Finance Participative à la Direction de la Supervision Bancaire de Bank Al-Maghrib, Mohamed Zakari Al-Gharari, a souligné que les prochaines étapes en matière de développement des outils de refinancement dépendent du développement d’autres filières sectorielles. composantes, notamment les assurances, les sukuk, les organismes de placement collectif pour valeurs mobilières et la bourse. .
Il a rappelé que des outils et mécanismes de refinancement et de gestion de la liquidité ont été mis à la disposition des banques participatives depuis la création de ce système, indiquant que ces outils sont liés au développement d’autres secteurs des composantes du système de financement participatif et de la avis du Conseil scientifique supérieur.
Le directeur de la Coopérative d’assurance Takaful à la Mutualisation agricole marocaine et à la Mutuelle centrale marocaine d’assurance, Khaled Boussaid, a indiqué que la Coopérative d’assurance Takaful est une branche de la Mutuelle centrale marocaine d’assurance et de la Banque Centrale Populaire, qui a obtenu l’agrément pour pratiquer l’assurance Takaful opérations.
Il a expliqué que l’affaire est liée à un organisme spécialisé dans l’assurance participative et fonctionne selon un modèle de travail symbiotique, et que tous ses produits et services sont compatibles avec les avis du Conseil scientifique supérieur.
D’autre part, il a souligné que sa stratégie comprend le développement des produits bancaires Takaful (décès-invalidité, immeubles multirisques et épargne/investissement), le développement numérique visant à commercialiser les produits Takaful, la multiplication des canaux de distribution et le développement de la micro-Takaful (microfinance ).
La Chambre de commerce britannique au Maroc a été créée en 1923, et c’est une association à but non lucratif de droit marocain, qui comprend des sociétés membres opérant dans tous les secteurs d’activité.

Lire aussi:  L'inflation et le chômage menacent la paix sociale

Marrakech, 2023-05-30 18:19:46 (Maroc-Actu) –

Article précédentLes deux films marocains « Hounds » et « White Lies » ont été couronnés au 76e Festival de Cannes 2023
Article suivantLa coordination des syndicats du secteur des transports appelle le gouvernement à débloquer les subventions aux carburants