Accueil L'International Afghanistan : Des centaines de juges afghans licenciés par les Talibans demandent...

Afghanistan : Des centaines de juges afghans licenciés par les Talibans demandent à reprendre le travail

857
0

Ils affirment qu’ils sont tués par vengeance après plus de deux décennies de jugements contre le mouvement insurrectionnel victorieux.

Marrakech, 20 Mar. (Maroc-Actu) –

Une association regroupant des centaines de juges afghans a demandé dimanche au mouvement taliban de leur permettre de reprendre leur travail, au chômage comme ils le sont depuis plus de six mois, lorsque les fondamentalistes ont achevé leur conquête du pays avec la prise de la capitale, Kaboul, le 15 août.

Ces anciens juges sont conscients d’avoir condamné pendant deux décennies des membres des talibans et de l’État islamique aux côtés de kidnappeurs, de trafiquants de drogue et d’autres criminels, mais la crise économique dévastatrice du pays les a conduits à demander publiquement leur réintégration.

Lire aussi:  Colombie - L'"Uribista" Zuluaga se retire de la campagne électorale colombienne

Les talibans ont remplacé le système judiciaire du pays par un ensemble de tribunaux islamiques qui appliquent la charia, ou loi islamique.

Lors d’une conférence de presse, les représentants de l’association des juges ont également demandé que, s’ils ne sont pas réintégrés, ils puissent au moins recevoir une indemnité de chômage.

« Le pouvoir judiciaire et ses 2500 juges sont prêts à servir leur peuple », a déclaré l’ancien juge Abdul Qayum Hamim, dans des propos rapportés par Tolo News.

L’un des juges, s’exprimant sous couvert d’anonymat, a déclaré à l’agence DPA que les talibans leur avaient offert la possibilité de tenir la table ronde à condition qu’ils ne se plaignent pas du mouvement.

« Mais pour l’instant, nous ne pouvons même pas sortir de chez nous, parce qu’il y a 50 000 criminels qui ont été libérés », a-t-il ajouté, faisant référence à la libération de dizaines de milliers de prisonniers talibans par leurs propres camarades lorsqu’ils ont pris le contrôle du pays.

Lire aussi:  Les États-Unis estiment que la levée de l'état d'urgence en Éthiopie est une "nouvelle étape importante" vers la résolution de la guerre.

Le même magistrat a dénoncé le fait que, depuis la conquête des Talibans, « plusieurs juges ont été assassinés » dans tout le pays sans que les médias nationaux n’en parlent.

En revanche, les dirigeants talibans ont dénoncé les juges afghans comme étant corrompus et collaborateurs de l’invasion internationale du pays.

Le porte-parole des talibans, Abdul Bashir Mashal, s’est contenté de signaler que la Cour suprême des talibans avait lancé une procédure de filtrage des juges, qui ne seront pas autorisés à retrouver leur poste s’il s’avère qu’ils sont corrompus.

Article précédentUkraine – Zelenski prolonge de 30 jours l’état de loi martiale en Ukraine
Article suivantVolkswagen Navarra fermera ses portes ce lundi en raison d’une grève des transports