Accueil Economie Amina Benkhadra : les études du gazoduc Maroc-Nigéria avancent bien

Amina Benkhadra : les études du gazoduc Maroc-Nigéria avancent bien

356
0

La directrice générale de l’Office national des hydrocarbures et des minéraux, Amina Benkhadra, à Bruxelles, a confirmé que les études liées au projet de gazoduc Maroc-Nigéria, un projet très stratégique capable de développer le continent africain et d’assurer sa souveraineté énergétique, progressent dans de « très bonnes conditions ».
S’exprimant lors d’une table ronde sur le gazoduc Maroc-Nigéria, dans le cadre de la 33e session extraordinaire du Forum Afrique de Crans Montana, Benkhadra a déclaré : « Cet immense projet, qui découle de la vision de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, pour lequel un En mai 2017, afin de mener des études de faisabilité et des études d’ingénierie entre l’Office national des hydrocarbures et des minéraux et la Nigerian National Petroleum Corporation (Nigerian National Petroleum Corporation), il progresse de manière appropriée.
Elle a expliqué que l’Office National des Hydrocarbures et Minéraux et la Nigerian National Petroleum Corporation travaillent dans le cadre d’une « intensification totale des efforts », soulignant les étapes franchies par le projet depuis son lancement lors de la visite officielle de Sa Majesté le Roi Mohammed VI. , en décembre 2016 à Abuja, et la signature de l’accord y afférent le 10 juin 2018, lors de la visite du président nigérian Muhammadu Buhari à Rabat.
Elle a déclaré que « l’étude de faisabilité a été achevée en 2018, et nous avons décidé de procéder à l’étude technique principale (FEED) en deux phases : « FEED » et « MAIN FEED ». Le processus « Pré-FEED » a été achevé en 2019, qui a permis de garantir les principaux éléments de la rentabilité du projet, et nous travaillons depuis mai 2021 sur l’étude d’ingénierie détaillée, qui permet la préparation de tous les dossiers et tous les aspects techniques, administratifs, financiers, juridiques et commerciaux, conduisant à une décision L’investissement ultime.
Notant que l’étude en cours se déroule « de manière très positive », le responsable a souligné l’importance de « l’adhésion de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest au projet, qui avait donné son approbation en l’an 2020, pour avoir un seul projet sur la côte ouest africaine. »
« L’étude avance dans de très bonnes conditions, et nous espérons être à l’heure avec ce projet stratégique et très important pour l’intégration économique et sociale de notre continent », a déclaré le directeur général de l’Office national des hydrocarbures et des minéraux.
Elle a ajouté que « tous les aspects possibles de l’intégration ont été pris en compte afin d’assurer la convergence optimale de ce gazoduc », notant que « les problèmes environnementaux font partie intégrante de notre approche, ainsi que toutes les questions d’offre et de demande pour chaque pays ». et les aspects liés à la sécurité des installations.
Après avoir souligné les avantages du gazoduc, Benkhadra a expliqué que « ce projet continental garantira l’accès à une énergie propre pour les pays de la côte ouest africaine, et favorisera le développement industriel de tous les pays concernés, qui possèdent des ressources naturelles, et qui peuvent se développer plus rapidement grâce à un accès à faible coût énergétique, assurer une intégration régionale qualitative du continent africain, améliorer les conditions de vie de la population, limiter la hausse des prix du gaz et développer l’exportation du gaz vers l’Europe.
Benkhadra a expliqué que ce projet, qui a l’ambition d’agir comme un catalyseur pour le développement de la côte ouest africaine, avec seize pays impliqués (treize pays atlantiques et trois pays enclavés), aura un impact sur 340 millions de personnes dans la région, et lui permettra de se connecter à 5 400 milliards de mètres cubes de gaz et d’intégrer les économies de pays dont le produit intérieur brut peut atteindre 670 000 milliards de dollars.
Elle a noté que ce projet est plus stratégique dans le contexte actuel de la guerre en cours en Ukraine, qui a doublé le besoin de l’Europe de diversifier ses approvisionnements en gaz, notant que le gazoduc maroco-nigérian constitue une opportunité pour l’Europe à cet égard.
« C’est un projet intégré, qui peut être soutenu par les institutions financières et les parties prenantes, tant multilatérales que bilatérales », a conclu Benkhadra.

Lire aussi:  La croissance de Google ralentit en raison de l'inflation et de la concurrence

Mots clés

Amina, gazoduc, gaz, Maroc, vert, progresse, bon, ligne, etudes, Nigeria

Marrakech, 2022-07-04 09:08:45 (Maroc-Actu) –

Article précédentOPPO soutient les associations locales et met l’accent sur l’engagement communautaire
Article suivantBMCE Capital Global Research recommande de participer à l’introduction en bourse de « Desti Technologies »