Accueil L'International AMP – Colombie – Le chef du Clan du Golfe demande à...

AMP – Colombie – Le chef du Clan du Golfe demande à coopérer avec la justice colombienne

550
0

Marrakech, 19 févr. (Maroc-Actu) –

La défense du chef du Clan du Golfe, Dairo Antonio Úsuga, alias « Otoniel », a déposé une demande pour se prévaloir des avantages de la juridiction spéciale pour la paix (JEP) convenue dans le cadre de l’accord de paix entre le gouvernement et la guérilla des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) en 2016.

La demande des avocats d' »Otoniel » a été déposée le 13 février et comprend l’argument selon lequel le chef des trafiquants de drogue a collaboré à des actions criminelles en alliance avec des membres de l’armée et du défunt Département administratif de sécurité (DAS), rapporte la presse colombienne.

Ainsi, « Otoniel » est présenté comme un « tiers collaborateur des forces armées et promoteur et financier de groupes paramilitaires ».

Lire aussi:  Des dizaines de personnes manifestent à Beyrouth contre le premier ministre libanais et son projet de budget.

La pétition est en cours de traitement et n’empêche pas l’éventuelle extradition d' »Otoniel » vers les États-Unis, qui est examinée par la Cour suprême de justice colombienne.

D’autre part, la Commission de la vérité a dénoncé le vol, dans la nuit de vendredi à samedi, des enregistrements des entretiens avec « Otoniel » et d’un ordinateur au domicile de l’enquêteur de l’entité, Eduardo Andrés Celis Rodríguez.

La Commission de la vérité, qui fait partie du Système intégral pour la paix, a dénoncé ce vol comme une attaque contre l’un de ses fonctionnaires et contre le travail de l’entité dans son processus d’élucidation des faits du conflit, pour lequel elle demande aux autorités d’enquêter.

Lire aussi:  Plus de 100 personnes blessées lors d'un bombardement russe à Mariupol

En outre, ils demandent que toutes les garanties leur soient données pour pouvoir reprendre l’entretien avec « Otoniel » avec la sécurité des personnes participant au processus, l’intimité des séances et le soutien logistique de ceux qui ont la garde de l’interviewé.

Otoniel » a été arrêté à la fin du mois d’octobre dernier et a déjà fait des déclarations au JEP à la demande des victimes du conflit armé à Urabá, bien qu’il ait jusqu’à présent refusé de donner les noms de militaires qui seraient liés à des organisations armées.

Article précédentColombie : un chef de l’ELN condamné à 40 ans de prison
Article suivantL’ancienne présidente bolivienne Jeanine Áñez dit subir une « torture psychologique » en prison