Accueil Divertissements Benedict Cumberbatch répond aux critiques homophobes concernant Le pouvoir du chien :...

Benedict Cumberbatch répond aux critiques homophobes concernant Le pouvoir du chien : « Agressivité, colère et frustration ».

820
0

Marrakech, 7 Mar. (Maroc-Actu) –

Benedict Cumberbatch a répondu aux critiques acerbes que lui a adressées son collègue acteur. Sam Elliot contre Le pouvoir du chien. Et la réponse du protagoniste du film, qui lui a valu une nomination aux Oscars, a également été très ferme, expliquant que pourquoi il est nécessaire que le cinéma raconte des histoires comme celles de son personnage, Phil Burbank.

Cité par Digital Spy, Cumberbatch a fait remarquer que « plus nous regardons sous le capot » de personnages comme le sien et plus nous découvrons… approfondir les raisons de la « masculinité toxique ».plus il sera facile d’y faire face lorsqu’il apparaîtra chez nos enfants ».

« Je m’efforce de ne pas mentionner la réaction étrange qu’il y a eu ici sur un podcast l’autre jour. Sans avoir l’intention de creuser la question […] quelqu’un a semblé vraiment s’offusquer – je ne l’ai pas écouté, il serait donc injuste de le commenter en détail. parce que le western a été dépeint de cette façon.« Où est le western dans ce western ? », a lancé l’acteur dans une allusion claire à Sam Elliot, en chargeant Cumberbatch, disant de lui qu' »il n’a jamais enlevé ses putains de chaps ».

Lire aussi:  Tom Hanks, Robert Zemeckis et Eric Roth, le trio de Forest Gump, de nouveau réunis dans Here.

Et bien qu’il ait été modéré dans sa réponse, Cumberbatch a pu donner une réplique. aux commentaires d’Elliot en se concentrant davantage sur l’explication des raisons pour lesquelles un personnage tel que le sien ou celui d’Elliot a été choisi. d’aborder la masculinité toxique reflétée dans l’histoire du Pouvoir du Chien.. Un film qui, de surcroît, est un grand favori pour les Oscars avec 12 nominations.

« Ces personnes existent toujours dans notre monde. Que ce soit sur le pas de notre porte ou dans la rue, dans un bar, dans un pub ou sur un terrain de sport, il y a de l’agressivité, de la colère et de la frustration.ainsi qu’une incapacité à contrôler ou à savoir que c’est vous à ce moment-là qui causez du tort à une autre personne et, comme nous le savons, à tous ceux qui vous entourent », a poursuivi l’acteur qui estime qu' »il n’y a rien de mal à analyser un personnage pour en connaître les causes ». « C’est un cas très spécifique d’oppression, mais c’est aussi un cas d’intolérance à l’égard de cette véritable identité qu’est la vie de Phil.mais qu’il ne peut développer pleinement », conclut le protagoniste du film.

Lire aussi:  Vikings : la saison 2 de Valhalla a une date et Netflix annonce une troisième saison

Ces déclarations interviennent après que Sam Elliot se soit dit agacé par le film de Campion, qui, selon lui, « …n’est pas un film qui peut être pleinement développé ».il y a de nombreuses allusions à l’homosexualité » Il est allé jusqu’à comparer les personnages de The Power of the Dog aux danseurs masculins de Chippendales. « Ils les ont fait ressembler à ces danseurs de New York qui portent des nœuds papillons et pas grand-chose d’autre.. C’est ainsi que les cow-boys apparaissent dans ce film. Ils se baladent tous avec des jambières et sans chemise. »a-t-il critiqué.

Parmi les douze nominations que le film a reçues, en plus de celle de Benedict Cumberbatch comme meilleur acteur sont également nominés pour le meilleur film et le meilleur réalisateur. Avec cette dernière nomination Jane Campion est entrée dans l’histoire en devenant la première femme à être nommée deux fois dans la catégorie du meilleur réalisateur, après sa première nomination en 1994, lorsqu’elle a été nommée aux Oscars pour la réalisation de The Piano.

Article précédentUkraine – Moscou affirme avoir un endroit où rediriger le pétrole brut en cas d’embargo
Article suivantUkraine – Poutine assure que seuls des soldats professionnels prendront part à l’opération militaire en Ukraine