Accueil Divertissements De quel théâtre et de quelle culture parlerons-nous ? Message de...

De quel théâtre et de quelle culture parlerons-nous ? Message de Jawad al-Asadi à l’occasion de la journée arabe du théâtre

111
0

Bonjour, le parfum du bois dans notre première maison et abri.
Bonjour, la scène est mon refuge, mon abri, mon bateau et mon pont vers toi.
Bonjour aux chemins du regret et quarante ans d’exil forcé sur les trottoirs des cultures.
Bonjour aux applaudissements émanant du sifflement des blessures, l’étincelle de l’étonnement, le signe de la création, et la maison du sens sombre et caché derrière les ombres.
Bonjour Grotowski, Peter Brook, Josef Scheine, Yuri Lebimov, Everest.
Bonjour, rêves, obsession de l’espoir, leçons d’orthographe et mains qui nous ont conduits de nos poignets à voir l’horreur de l’obscurité dans l’obscurité des scènes.
Bonjour aux années de nostalgie et de faim amère dans le pays des épopées et des scientifiques naturels et à ceux qui ont enfoncé et ancré le clou de l’écriture et écrit des mythes et l’empreinte de l’illumination, et l’ancien public se précipitant devant le box-office dans théâtres modernistes écrivant et dirigeant jusqu’à ce que la suie tombe en ce jour imprudent. Le départ de la vie libre et de l’histoire esthétique des chemins de fer des Lumières, la chute des pays dans la tempête du néant, le blocage des portes civiles, l’extinction de la flamme de la culture et la domination de l’enfer des sectes qui ont établi des dictionnaires de la faim, écrire la ruine, l’humiliation et l’effusion de sang.
Bonjour à l’acteur du rôle d’Hamlet dans « Nous ne serons pas ou comment nous serons », rationnel, existentiel, civil, esthétique, épistémologique ou analphabète ? Salafistes, passéistes, occultistes, fatalistes, suspendus dans le ciel des incendies et émigrant dans des mers de noyade et de mort au bord du gouffre à la recherche de pays libérés de l’enfer auquel nous sommes devenus accros il y a de nombreuses années ?
être? Qui serons-nous et comment serons-nous ? Confinés à la montagne de l’abîme dans l’œil de la liberté des tireurs d’élite mâchent des balles et des chameaux morts ? Ou dans les rues remplies de fils saints des guerres et de mères qui piétinent la scène des théâtres en ruine, espérant faire danser les âmes de leurs enfants hors de la transe des rôles qu’ils ont joués devant la foule dans les festivals de réincarnation ?
Bonjour à l’écriture et à ses légendes, car ils se dérobent dans leurs textes à codifier et à inventer des personnalités mortes et transformées en clichés du marché fictif.
Bonjour à la direction et aux réalisateurs alors qu’ils cuisinent Shakespeare, Jean Genet, Beckett, Marlowe et Boulgakov sur un feu visuel créatif silencieux dans un foyer doux et doux, où l’esprit s’illumine et l’âme transcende.
Bonjour à l’acteur, l’esprit du théâtre et le secret de ses secrets, alors qu’il réécrit sa voix et son corps avec une intensité expressive et signal innovante loin du musée du marché et de la représentation libre du marché, s’envolant avec une haute intensité humaine l’esprit du jeu bruyant aux temples de la majesté des grandes interrogations et confusions de l’âme, jusqu’au jour des larmes de douleurs.
Quand les projections font souffrir les climats brutaux, la maturation de l’ignorance et des conflits sectaires, la chute des pays dans les divisions de la faim, la perte des droits civiques et l’éloignement de l’arbre de la culture de l’intérêt des influents dans les décisions du capital qui est tombé en présence de l’obscurité, l’obscurité qui a conduit à l’émigration d’un grand nombre d’hommes de culture, dont des cinéastes, des dramaturges, des artistes plasticiens et des musiciens. A d’autres pays que le leur, laissant derrière eux un découragement terrifiant, et la perte d’espoir qui se profile à l’écran d’un avenir sans esprit ni liberté d’innovation, qui a plongé une jeune génération innovante dans l’abîme de l’inutilité. Elle les jette dans un labyrinthe infernal, loin de leur pays et de leur peuple, consommant l’aliénation comme une herbe amère et une saignée chaude dans leurs histoires, leurs recherches et leurs combats afin de mener à bien leurs projets créatifs. Et la contrefaçon et l’émergence de milices formées pour voler la vie des Lumières et la remplacer par une atmosphère sombre et lugubre, dans les allées de laquelle la nouvelle génération erre D, comme un péché sacré et démuni, pour un public arabe devenu sans robes esthétiques et sans imagination, la détérioration prévalait dans les niveaux de réception et d’avidité pour le vrai théâtre, et un écart historique s’établissait entre le désir d’avancement esthétique dans les œuvres d’un certain nombre de créateurs arabes et l’écart cognitif grandissant dans les priorités du théâtre public, jusqu’à ce que nous devenions sans sols Philosophique et esthétique, aidant les gens à réécrire leur grand héritage et l’avenir de la modernité textuelle.
L’arbre théâtral de la connaissance a plongé et retombé de manière retentissante, pour être remplacé par une culture de l’instinct et la poursuite du luxe touristique, une énorme propagande touristique, des maisons, des côtes, des voitures, des banques à haute technologie, et un effondrement culturel retentissant comme il y a aucune trace de la présence d’un opéra, d’un théâtre, de bibliothèques musicales ou de galeries d’art dans les rues. Société civile.
Le cou du plaisir et de la jouissance s’est tourné vers l’estomac et non vers la tête flamboyante des arts, alors que les gens se précipitent, comme dans de nombreux pays européens, pour assister à l’Opéra Carmen, par exemple, ou au Bossu de Notre-Dame.
Voici l’acteur cosmique, traînant derrière lui des gens de la couronne, des voitures de texte, l’éclat des actrices et des acteurs, des réalisateurs et des scénographes, des projecteurs et des vêtements et une foule puissante, maintenant je le vois carbonisé au milieu de l’amère tempête d’applaudissements devant l’Opéra Maison près de la tour atomique, assise sur le faisceau nucléaire, pendant que Macbeth répète sur le ballon de football. Jouant avec la barbe de Dostoïevski, rasant la capitale de Karl Marx, flattant la colère de Boulgakov, ici et là, les foules s’étendaient sur différents types de masques, réclamaient Pfizer et Spoutnik, les voilà, et nous voilà vautrés sous des températures infernales, où les gens mendier ne serait-ce qu’une minute d’électricité qui peut raviver leur suffocation. Ou un paquet de pain pour leurs cuisines, tandis que des milliards sont portés sur les épaules des maîtres des soupçons du marché de l’investissement, échangeant en nous, gaz et pétrole, laissant derrière eux des peuples en feu et des garçons mourants dans le flot des trains, des mers et des noyades , à la recherche d’autres entités.
Alors de quel théâtre et de quelle culture parlerons-nous, tant que tous les chemins sont infranchissables, et que les gouvernants ont bien fait d’instaurer la culture grégaire et la propagande polluée ?
On les voit ici, courir entre les bourses, ces investisseurs dans notre faim et notre nudité, accumulant des milliards de dollars dans les bordels de leur cuisine pourrie à l’extrême. Oui, je les vois comment ils accrochent des cultures et des théâtres à la potence stérile (leurs sponsors – leurs partisans), et pavent les chemins et les places avec le ciment de la faim et de la pauvreté, des dirigeants qui fouettent l’illumination et la civilisation L’institutionnalisme et la liberté avec le luxe et le faux médias, et ils enterrent des pays de mythes et de beauté dans leurs tombeaux pourris.
Y a-t-il une chanson d’espoir souhaitée?
Y a-t-il de la pluie sur la terre pour restaurer sa fertilité ?
Existe-t-il un nuage qui jette sur l’humanité une paix amicale et des peuples sûrs ?
Y a-t-il une tempête qui emporte les ignorants et les voleurs de ruine ?
Existe-t-il un soleil qui embrase le monde d’une danse cosmique et d’hommes cosmiques, passionnés et friands de théâtre, notre grand sanctuaire ?
L’année prochaine sera-t-elle une année de théâtre qui illumine les chemins avec un public florissant et se rassemble à nouveau devant le box-office, écoutant les acteurs rugir dans une représentation théâtrale unique sous l’arbre de lumière sur notre aimable planète qui implore miséricorde et gentillesse?

Lire aussi:  Une scène supprimée de Daredevil dans Spider-Man : No Way Home a été divulguée.

Dr Jawad al-Asadi

Marrakech, 2023-01-10 08:14:33 (Maroc-Actu) –

Article précédentChery balaie le marché russe avec une voiture élégante et économique
Article suivantBank Al-Maghrib intervient sur le marché secondaire des bons du trésor