Accueil Divertissements Différents points de vue sur la critique, la production et les politiques...

Différents points de vue sur la critique, la production et les politiques publiques dans le secteur cinématographique.

218
0

Dans le cadre des activités du Festival International du Film Étudiant, l’espace de l’Ecole Supérieure des Beaux-Arts a accueilli, mercredi 13 décembre 2023, la signature de deux ouvrages : le premier sous le titre « Le cinéma marocain de l’accumulation à l’esthétique ». Sensibilité » de l’écrivain, chercheur et critique de cinéma Mohamed Shweika, et le second intitulé « Cinéma arabe » de l’écrivain et critique de cinéma Abdul Karim Wakrim, parrainé par l’artiste et critique Shafiq Al-Zakari, qui a déclaré dans son introduction à ce paragraphe que suivant:
« Ces dernières années, le cinéma marocain a connu des progrès remarquables sur le plan quantitatif, et de nombreux films ont été tournés, qu’ils soient longs, courts ou documentaires, et ces films de toutes sortes ont été présents dans les forums nationaux et internationaux, ce qui a contribué à la formation du cinéma marocain. indications de discours de sensibilité cinématographique et esthétique à la fois. Or, malgré les différences dans les orientations et les références des réalisateurs, ce qui accompagne toutes ces réalisations est la question de la qualité, et des conditions des mécanismes contrôlant l’avancement du secteur cinématographique. Alors que la présence du cinéma marocain était auparavant théorique, ce cinéma est devenu une réalité sérieuse, en raison de la différence de visions, de thèmes, de techniques et de méthodes de photographie. C’est-à-dire que le cinéma marocain a commencé à définir ses caractéristiques en raison de son appartenance à son terroir et de sa préoccupation pour les grands enjeux de la société marocaine. Pour avancer vers cet horizon, il est nécessaire de suivre le rythme de ces productions créatives avec un esprit critique et déterminé, capable de suivre leurs chemins techniquement et créativement en parallèle, et c’est bien sûr ce qu’il a souligné lors de la séance d’ouverture. du Festival du film étudiant, le Dr Kalawi, lorsqu’il a parlé de la relation du cinéma avec tous les aspects sociaux et politiques. économiques, culturels et surtout philosophiques.
Après cette présentation, Mohamed Shweika a pris la parole, exprimant les avis et précisions contenus dans son livre sur la réalité du cinéma marocain avec tous ses aspects objectifs et techniques, citant des exemples de films marocains modernes, et la nature de leurs préoccupations au milieu. de cette accumulation se produisant au niveau de la production, puis soulevant quelques questions liées aux sensibilités esthétiques qui rassemblent ces productions, et explique pourquoi les réalisateurs ont choisi ce type de sujet.
Ensuite, l’écrivain et critique Abdel Karim Wakrim a parlé du cinéma arabe et marocain, puis de ses conversations privées avec quelques réalisateurs marocains et arabes, tentant d’identifier les intersections qui rapprochaient les intérêts des réalisateurs arabes et marocains, et l’ampleur des conflits. des disparités créatives dans ces intersections et leurs développements, qui sont devenues le centre de l’attention des critiques, des parties intéressées et du public. Tout en soulignant certaines des critiques connues à l’encontre du cinéma du monde arabe en général. Cette rencontre a fait l’objet d’interrogations de la part des artistes, réalisateurs et critiques présents sur les préoccupations et les enjeux du cinéma, notamment marocain, et les raisons des réticences du spectateur marocain à le faire, et les raisons de l’absence de salles d’exposition comme Bien. Cette rencontre s’est terminée par la signature de ces deux livres.

Le livre « Cinéma marocain : de l’accumulation à la sensibilité esthétique » s’inscrit dans le projet de recherche encyclopédique de l’auteur sur le cinéma au Maroc, qui aborde dans cette section le concept de sensibilité esthétique, en extrapolant un ensemble de problématiques et d’expériences, d’autant plus que le cinéma au Maroc a a réalisé une accumulation importante qui appelle à la responsabilité et à la critique. Le rythme de sa production s’accélère peut-être en termes de quantité, mais la question de la qualité reste urgente, ce qui pose la question de l’évolution vers la qualité pour le chercheur en études cinématographiques et esthétiques, ainsi que pour le critique de cinéma.
L’auteur présente le concept de sensibilité à travers trois approches appuyées par des approches liées à la production, à la mise en scène, au genre et à la réception, telles que : approcher certaines sensibilités féminines, et présenter des modèles de certaines sensibilités différentes, ainsi que des œuvres représentatives de sensibilités expérimentales, dans un effort pour cristalliser le concept de sensibilité dans son sens esthétique. L’auteur conclut ainsi que le cinéma marocain n’a pas atteint la cristallisation d’une école esthétique ou d’un courant artistique qui le distingue. Il existe plutôt des sensibilités associées à certains réalisateurs et réalisatrices, qui pourraient se développer plus tard pour servir de fondement cristallisé à ce qui peut distinguer l’esthétique du cinéma marocain. Le livre est divisé en quatre chapitres, ainsi qu’une introduction et une bibliographie.
Le livre « Nouveau cinéma arabe : expériences et courants » a été publié par les éditions du Festival du film marocain Sidi Othman à Casablanca. Il fait 150 pages de format moyen et la couverture a été dessinée par l’artiste Ezzedine Doukari. Le livre est divisé en trois chapitres. Le premier chapitre est intitulé « Lectures sur les expériences du cinéma arabe moderne ». Le deuxième est « Cinéma marocain, expériences différentes et visions nouvelles » et dans les deux chapitres, nous trouvons des lectures critiques sur les films arabes et marocains modernes, tandis que le dernier chapitre est intitulé « Dialogue avec le cinéma arabe, les réalisateurs parlent de leurs expériences », qui est dialogues avec des réalisateurs arabes menés par le critique et Akram à travers des scènes. Temporel.
Au dos du livre, nous lisons le mot suivant : « À la lumière de la situation actuelle du cinéma arabe, ce livre apparaît comme une nécessité urgente, étant donné le changement qui s’opère dans la carte de la production cinématographique dans le monde arabe et la transition d’une centralisation qui a duré des décennies jusqu’à l’émergence de cinémas émergents en marge et au développement d’autres qui n’avaient pas leur élan actuel. Ainsi, le critique Abdul Karim Wakrim poursuit l’expérience qu’il a commencée dans ses livres précédents, et qui se manifeste dans la lecture de films cinématographiques provenant de différentes régions géographiques, pour aborder dans ce livre les expériences cinématographiques arabes modernes.
On trouve dans ce livre une première section consacrée au cinéma arabe, dans laquelle le critique a suivi un ensemble d’expériences cinématographiques et de films arabes à travers l’étude et l’analyse. Quant à la deuxième partie de l’ouvrage, il l’a consacrée au cinéma marocain, qui connaît un essor sans précédent, à travers des lectures de films marocains qu’il a soigneusement choisis car ils représentent des tendances et des expériences importantes dans… Ce cinéma. Quant à la troisième partie, il l’a consacrée aux dialogues avec d’éminents réalisateurs arabes qu’il a rencontrés à différentes époques et a discuté de leurs expériences cinématographiques.
Pour référence, le critique de cinéma Abdel Karim Wakrim a publié quatre livres cinématographiques : « Questions de la réalisation cinématographique au Maroc » (2003), « Écrits sur le cinéma » (2010), « Nouvelles expériences du cinéma marocain » (2013) et « Cinémas internationaux, Films et réalisateurs… Lectures dans différentes expériences » (2018).

Lire aussi:  L'avant-première de la pièce "Lacar" dans le trésor médiatique de Khouribga. Absurdité, attente et rêves différés

Rencontres d’études et d’échanges sur la production cinématographique au Maroc
L’espace de l’Ecole Supérieure des Beaux-Arts de Casablanca a également accueilli une réunion d’étude animée par le chercheur et réalisateur tunisien Mervat Medini sur le thème « Le langage du cinéma », animée par le critique d’art et directeur du festival Abdullah Al-Sheikh, où le travail filmique a été abordé. comme langage esthétique et cognitif à la fois. Le photographe français Jean-Marc Deltombe a également animé un atelier de formation sur le thème « La photographie entre réalité et imaginé » à l’Institut des Arts et des Médias de l’ISP.
Ainsi, l’Institut des Arts et des Médias de l’ISP a organisé une rencontre d’étude avec la chercheuse, réalisatrice et productrice, Meriem Ait Belhcine, sur le thème de « La production cinématographique au Maroc ». Elle a été animée par le critique de cinéma et directeur artistique du festival, Hassan Narayes, et a pris comme base générale ce que l’auteur avait écrit. Depuis 2004, il a choisi le Maroc. Établir des partenariats entre les secteurs public et privé afin d’augmenter le nombre de productions cinématographiques, et également augmenter les sommes allouées au budget de certaines productions, dans l’espoir d’obtenir des films de qualité internationale. Dix ans plus tard, le nombre de films produits connaît une augmentation face à une diminution spectaculaire du nombre de salles due à la baisse des revenus. Face à cette situation, il est devenu nécessaire d’évaluer les projets retenus pour ce partenariat, et de les faire sortir dans les salles, et ainsi d’évaluer le travail du Centre du Film en tant que représentant de l’État, et des différents comités qui sélectionner des films.
Cet ouvrage évalue les films réalisés en partenariat avec l’État, selon la méthodologie d’analyse de chaque pellicule bénéficiant d’un partenariat public ou privé.
Le comité qui sélectionne les films selon ce partenariat est renouvelé tous les deux ans. Les membres de ce comité, nommés par le ministre tuteur, appartiennent à des milieux politiques ou idéologiques, et ce sont eux qui déterminent les thèmes et abordent les problèmes. La combinaison des analyses des forces, faiblesses et opportunités des films sélectionnés lors de chaque réunion du comité permet une évaluation de son travail, et la combinaison générale des résultats obtenus sur dix ans permet une évaluation du travail lui-même, du mode de sélection et ses critères. Dans ce livre, nous étudierons le travail de l’État à travers le Centre cinématographique marocain dans le but de faire face à cette situation et aux résultats des mesures qui ont été adoptées.
En effet, se concentrer sur les obstacles qui entravent les productions bénéficiant du partenariat public-privé permet de mieux réorganiser les structures d’accompagnement de ce partenariat afin de faire réussir les productions. Ainsi, afin d’étudier d’autres modèles de politiques culturelles dans des pays qui ont excellé dans l’émergence du cinéma, l’ouvrage propose des suggestions liées à la reconsidération de la politique du Fonds de soutien au cinéma au Maroc.

Lire aussi:  Vikings Valhalla : Le massacre de la Saint-Britius était-il réel ?

Marrakech, 2023-12-21 18:12:21 (Maroc-Actu) –

Article précédentRyanair investit près d’un milliard et demi de dollars au Maroc
Article suivantLe faux papillon met les agriculteurs marocains en difficulté