Accueil Auto/moto General Motors et Harley-Davidson se joignent aux sanctions contre la Russie après...

General Motors et Harley-Davidson se joignent aux sanctions contre la Russie après l’invasion de l’Ukraine

878
0

Archive - FILED - 12 janvier 2014, US, Detroit : Logo de General Motors Company au siège du constructeur automobile américain. General Motors est en train de former une nouvelle coentreprise avec la société sud-coréenne LG Chem pour construire une nouvelle usine qui fabriquera


Archive – FILED – 12 janvier 2014, US, Detroit : Logo de General Motors Company au siège du constructeur automobile américain. General Motors est en train de former une nouvelle coentreprise avec la société sud-coréenne LG Chem pour construire une nouvelle usine qui fabriquera – Uli Deck/dpa – Archives

Live : Crise en Ukraine

Marrakech, 1 Mar. (Maroc-Actu) –

Les constructeurs General Motors et Harley-Davidson se joignent aux sanctions économiques imposées par l’Occident et ont confirmé qu’ils cesseront leurs livraisons à la Russie à la suite de l’invasion en Ukraine.

Selon une déclaration de la société reprise par Bloomberg, General Motors a invoqué « un certain nombre de facteurs externes, notamment des problèmes de chaîne d’approvisionnement et d’autres questions échappant au contrôle de la société » après avoir manifesté sa solidarité avec le peuple ukrainien.

General Motors exporte environ 3 000 véhicules par an des États-Unis vers la Russie, notamment les Cadillac XT4, XT5, XT6 et Escalade, les Chevrolet Traverse et Tahoe, ainsi que le Trailblazer fabriqué en Corée du Sud.

Lire aussi:  BMW dévoile les détails de la nouvelle Série 7, qui sera électrique et dotée d'une nouvelle face avant.

Harley-Davidson, quant à lui, a suspendu son activité économique en Russie, selon une déclaration du fabricant de motos basé à Milwaukee, aux États-Unis. L’année dernière, l’entreprise a réalisé 31 % des ventes totales de motos en Europe et au Moyen-Orient, sans compter les ventes à la Russie.

Ces constructeurs rejoignent Daimler Truck qui a annoncé lundi qu’il suspendait immédiatement toutes ses activités en Russie, affectant toutes les activités avec le constructeur russe de véhicules Kamaz.

« Pas un seul camion ne sera construit dans la coentreprise DK RUS et plus aucun composant ne sera fourni à Kamaz », a confirmé Daimler Truck au quotidien allemand « Handelsblatt ».

ARRÊT D’USINE

D’autre part, les constructeurs Volkswagen et Renault ont confirmé la semaine dernière qu’ils arrêteraient leurs activités cette semaine en raison des goulets d’étranglement causés par la guerre.

Plus précisément, Volkswagen arrêtera la production dans ses usines de Zwickau et de Dresde, dans l’est de l’Allemagne, pendant quelques jours au début du mois de mars, en raison d’une pénurie de pièces fabriquées en Ukraine.

Lire aussi:  Ford Almussafes convient d'une nouvelle ERTE de 15 jours jusqu'en juin dans les véhicules et les moteurs avec un salaire de 80%.

Pour sa part, Renault va interrompre les activités de son usine d’assemblage de Moscou, car les goulets d’étranglement à la frontière russe retardent les livraisons de pièces. Une autre de ses usines, exploitée par la société AvtoVAZ de Renault à Togliatti, dans le sud du pays, arrêtera sa production lundi en raison d’une pénurie de semi-conducteurs.

Renault produit des modèles tels que le Captur et le Duster dans l’usine de Moscou, et fabrique des voitures Lada par l’intermédiaire de sa société AvtoVAZ. La Russie est le deuxième marché du constructeur automobile français, avec 18 % des ventes en volume.

Les constructeurs automobiles allemands et leurs fournisseurs maintiennent quelque 49 sites de production en Russie et en Ukraine, et les conséquences pour les entreprises et leurs employés ne sont pas encore tout à fait claires, selon l’organisation allemande VDA.

Article précédentWill Smith, Jessica Chastain et CODA triomphent aux SAG Awards : liste complète des gagnants
Article suivantMaroc-Actu – Huawei fait jouer ses muscles avec une forte présence au MWC 2022