Accueil Divertissements Hommage au célèbre acteur Abdelhak Belmjahed au Festival de Fès pour sa...

Hommage au célèbre acteur Abdelhak Belmjahed au Festival de Fès pour sa dixième session

125
0

Dans la soirée du dimanche 25 décembre, le Festival de Fès pour la communication cinématographique dans sa dixième session a rendu hommage au talentueux acteur marocain Abdelhak Belmjahed dans un geste simple à cet artiste originaire de la ville de Meknès.
Le critique de cinéma Ahmed Sigilmasi a confirmé, dans un témoignage à l’acteur, qu’Al-Makram s’est imposé dans le domaine artistique et dans les différents arts du spectacle, tant sa formation théâtrale l’a rendu présent avec force et respect dans les œuvres qu’il a présentées.
Le critique de cinéma a ajouté qu’Al-Mokarram s’intéresse au théâtre depuis qu’il étudie dans l’enseignement secondaire et a terminé ses études à l’Institut supérieur d’art théâtral et d’animation culturelle. Entre une cassette TV et une série et une série.
Abdel-Haq Belmjahed a déclaré que rendre hommage est une motivation pour donner et continuer davantage dans sa carrière artistique, louant un groupe de visages artistiques qu’il a rencontrés depuis le début de son parcours artistique, et dont il a beaucoup bénéficié et appris, soulignant que le l’art d’agir est l’art de donner, comme toute œuvre d’art est pour lui une école d’apprentissage. Dont.
Depuis plus d’un quart de siècle, l’acteur Abdelhak Belmjahed a accumulé une riche expérience dans le diagnostic qui l’a rendu convaincant dans plusieurs de ses divers rôles sur scène et devant les petits et grands écrans.
Abdelhak Belmjahed, diplômé de l’Institut Supérieur d’Art Dramatique et d’Animation Culturelle en 1997, enregistre sa forte présence dans de nombreuses oeuvres théâtrales et télévisuelles, en parallèle de son travail cinématographique (Dawar El Afarit, Al Tawfiri, Aida…) et convaincu son auditoire des rôles qui lui sont proposés.
Le créateur Abdel-Haq Belmjahed a dirigé un certain nombre d’œuvres théâtrales, telles que: Tree of Ring, Laurata et Children of the Country, et il s’est vu confier la tâche de directeur artistique de la troupe professionnelle « Free Theatre ». Il a participé à des productions théâtrales, notamment: « The Bridegroom » réalisé par Yassin Ahjam, « The Outcome » de Rashid Qasimi, « Nayda 2 » d’Amin Nasour et « Carnival » d’Abdul Mawla Mohtarim.
L’acteur Abdel Haq Belmjahed, qui excellait dans le diagnostic, a renforcé sa participation à des œuvres de télévision arabes et étrangères, telles que: la série koweïtienne « Tora Bora » réalisée par Walid Al-Awadi, et la série « Kings of Sects » du défunt Syrien réalisateur Hatem Ali.
Le jury du festival, composé du réalisateur Idris Ashweka en tant que président, du chercheur théâtral Saeed Al-Naji, du réalisateur de documentaires Adel Iqli’i, de l’actrice Salima Ben Moumen et du directeur de la photographie Ayoub Al-Omrani, a salué toutes les œuvres cinématographiques et les films présentés, ainsi que ainsi que les jeunes créateurs qui tiennent beaucoup à faire connaître leurs films au public.
Le jury a retenu trois films participant à la compétition du festival pour se faire remarquer : « Au bord de la mer » de Mohamed Al-Houri, « Geniz » de Mohamed Buhari, et « Poupia » de Dania Ashour.
Le jury du festival a décidé, après délibération, d’attribuer le grand prix du festival, d’une valeur financière de 10 000 dirhams, au film « Hips of Affection » signé Wijdan Khalid. Hussein pour remporter le prix du scénario, d’une valeur financière de 4 000 dirhams.
Onze (11) courts métrages marocains étaient en lice pour les prix de la compétition officielle (le grand prix et les prix de la réalisation et du scénario) de la dixième session du festival « Fez Communication Days », qui sont : « Les Cordes de l’Affection » de Wajdan Khalid et « Jeans » de Mohamed Al-Buhari. Et « Sacrifice » d’Ayoub Bodadi, « Once Again » d’Al-Khidr Al-Hamdawi, « Born Saturday » d’Imad Al-Zawaghi, « A Charter » d’Al-Hussein Hanin, « Contrast » de Murad Bouzrour, « Andor » de Nouri Azroual-Tafat et « Al-Nashba » d’Al-Hawari Gobari. Et « Au bord de la mer » de Muhammad al-Huri et « Pobia » de Dinah Ashour.
Le festival s’est distingué en programmant la signature d’une publication intitulée : « Visages du Maroc cinématographique », par l’acteur de cinéma, créateur et critique de cinéma Ahmed Sigilmassi, et un colloque sur le thème : « Le cinéma est un meilleur moyen de communication de masse. Un atelier intitulé : « Compétences de l’industrie de la vidéo mobile » a été animé par Adel Eklai’i, professeur de théorie de la photographie, de l’éclairage et des couleurs et de ses applications dans le design et la publicité avec une licence professionnelle dans les métiers artistiques et médiatiques à la Faculté des langues, des lettres et des Arts, Université Ibn Tufail-Kenitra.
Fez Days Festival for Film Communication organisé sous le slogan : « Communiquons cinématographiquement » les 23, 24 et 25 décembre dans la ville de Fès.

Lire aussi:  Avatar 2 a fait pleurer Zoe Saldaña : "Je n'ai vu que 20 minutes".

Mots clés

Ayam, Al-Haq, le Festival du film pour sa dixième session, Al-Muqtadir, l’acteur, Belmjahed, honorant, Abdel, Fès, dans, pour la communication, le festival

Marrakech, 2022-12-28 18:49:36 (Maroc-Actu) –

Article précédentLes entreprises technologiques font la course pour occuper le temps libre des consommateurs
Article suivantLes recettes générales des pays arabes augmentent de 15,6 % en 2021