Accueil L'International HRW rapporte que les autorités tunisiennes procèdent à des « arrestations secrètes » d’anciens...

HRW rapporte que les autorités tunisiennes procèdent à des « arrestations secrètes » d’anciens responsables du gouvernement

1014
0

Marrakech, 12 févr. (Maroc-Actu) –

L’ONG Human Rights Watch (HRW) a dénoncé le fait que les autorités tunisiennes, sous les ordres du président Kais Saied, ont procédé à plusieurs arrestations secrètes de l’ancien gouvernement dont il a pris les pouvoirs l’été dernier dans ce que l’opposition a décrit comme un coup d’État « de facto ».

Les principaux cas sont ceux de l’ancien ministre de la justice Nuredin Bhiri et de Fathi Beldi, un ancien employé du ministère de l’intérieur, exemple d’une pratique « déjà fréquente » sous l’ancien président Béji Caid Essebsi, mais qui s’est « multipliée » depuis que Saied a pris ses « pouvoirs extraordinaires » le 25 juillet.

Tous deux ont été arrêtés le 31 décembre dans des circonstances similaires, près de leurs domiciles respectifs par des policiers en civil qui les ont forcés à monter dans leurs véhicules, et tous deux ont été détenus sans mandat dans des lieux non identifiés, a constaté l’ONG.

Bien que l’ancien ministre soit actuellement hospitalisé en raison de la détérioration de son état de santé, Beldi est en détention secrète depuis plus d’un mois.

Le ministère tunisien de l’Intérieur s’est contenté de signaler le jour de son arrestation que deux personnes non identifiées, vraisemblablement Beldi et Bhiri, avaient été assignées à résidence, en vertu d’une « mesure préventive dictée par la nécessité de protéger la sécurité nationale ».

Lire aussi:  Le maire de Tchernobyl affirme que 200 civils ont été tués dans le bombardement russe de la ville : "Elle a été détruite".

Le 3 janvier, le ministre de l’Intérieur, Taufik Charfeddine, faisant implicitement référence à Bhiri et Beldi, a déclaré lors d’une conférence de presse que cette « affaire » concernait des « soupçons de terrorisme », en lien avec la délivrance illégale présumée en 2013 de passeports et de documents de voyage.

Plus d’un mois après leur arrestation, aucun d’entre eux n’avait reçu de notification écrite de leur statut, ont indiqué leurs familles à HRW. Ils n’ont pas non plus de trace d’un mandat d’arrêt émis ou de charges révélées contre eux.

Peu après, il est apparu que Beldi était détenu à Borj al Amri, dans le gouvernorat de Manouba, dans l’ouest de la Tunisie, selon ses avocats. Cependant, le lieu exact de sa détention est toujours inconnu et les avocats n’ont pas encore pu le rencontrer malgré plusieurs demandes. Seule sa famille peut lui rendre visite occasionnellement lorsqu’il est transféré temporairement dans un poste de la Garde nationale.

Bhiri, en plus d’être ministre, était député au parlement suspendu par Saied et vice-président du parti islamiste Ennahda. Il a été transféré le 2 janvier au service de soins intensifs de l’hôpital Habib Bougatfa, dans la ville de Bizerte, après avoir refusé de recevoir de la nourriture et des médicaments.

Lire aussi:  Salvador : Mise en place d'une base de données génétiques pour identifier les personnes disparues au Salvador

À ces cas s’ajoutent deux autres arrestations annoncées par le ministère de l’Intérieur dans un communiqué de presse le 13 janvier, toujours sans les nommer, pour suspicion de  » menace grave à la sécurité publique « .

Il s’agit de Belhassen Naccache et Lotfi Zdira, libérés le 18 janvier. Cependant, ils avaient auparavant passé plusieurs jours en détention dans un lieu non précisé – il est apparu par la suite qu’ils étaient détenus dans la ville de Béja – alors qu’ils étaient identifiés sur les réseaux sociaux comme des membres présumés du groupe Hirak 14-17, opposé au président Saied.

« Ne pas révéler le lieu de détention d’une personne est un pas alarmant vers un état de non-droit », a dénoncé Salsabil Chellali, directrice du bureau tunisien de HRW.

« Les autorités doivent immédiatement mettre fin à ces arrestations arbitraires ou utiliser la voie légale, en toute transparence, pour permettre l’utilisation d’un recours pertinent », a-t-il ajouté.

Article précédentLe militant afghan Parwana Ibrahimkhel libéré après 20 jours de détention par les talibans
Article suivantMacron prévient Poutine que l’escalade des tensions en Ukraine est « incompatible » avec un « dialogue sincère ».