Accueil Economie La monnaie du « Bitcoin » .. entre interdiction et légalisation en droit marocain

La monnaie du « Bitcoin » .. entre interdiction et légalisation en droit marocain

388
0

Le bitcoin numérique approche les 40 000 dollars, atteignant actuellement le niveau le plus élevé par rapport aux autres monnaies numériques sur le marché du commerce numérique, selon le site de commerce numérique «Beyonce».

Le Maroc se classe au quatrième rang en Afrique, après le Nigeria, l’Afrique du Sud et le Kenya, et au premier rang des pays d’Afrique du Nord avec 2,38% d’utilisateurs de la population totale, soit l’équivalent de plus de 850 000 personnes qui possèdent des monnaies numériques virtuelles, selon les statistiques du Triple E site Internet.

Contrairement à cette demande enregistrée pour le Bitcoin, Bank Al-Maghrib estime que le trading de cette monnaie numérique « se déroule dans un marché non régulé, et que cette monnaie virtuelle n’a pas de prix officiel, mais se déroule plutôt dans un environnement informationnel qui a ses propres règles, qui peuvent ne pas convenir aux personnes qui n’ont pas de connaissances Bonne connaissance de la technologie, et compte tenu de sa forte volatilité, ce marché est semé d’embûches.

Dans l’interaction du Maroc avec cette monnaie libre, une décision a été prise de l’interdire en 2017, arguant que « les transactions via des monnaies virtuelles constituent une violation de la réglementation des changes et sont passibles de sanctions et d’amendes prévues par les lois applicables ».

Dans un communiqué publié par le ministère de l’Economie et des Finances, Bank Al-Maghrib et l’Autorité marocaine du marché des capitaux, l’office de change a mis en garde contre les risques liés au Bitcoin, tels que son manque de protection des consommateurs, les fluctuations de son taux de change, et la possibilité qu’il soit utilisé à des « fins criminelles, y compris le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme ».

A cet égard, les autorités monétaires marocaines ont cessé d’échanger ces devises avec certaines personnes « malgré les avertissements précédents concernant les risques liés à l’utilisation des monnaies virtuelles telles que le Bitcoin, il a été constaté que certaines personnes matérielles et morales continuent à utiliser ce type d’opérations .”

Lire aussi:  Accord bilatéral pour la construction d'un gazoduc entre le Nigeria et le Maroc

Selon Bank Al-Maghrib, traiter du Bitcoin est une activité non régulée, « caractérisée par une forte volatilité, qui entraîne l’absence de toute protection pour le citoyen, d’autant plus que ce système se caractérise par son attractivité et sa facilité d’utilisation ». Pour ces considérations, il invite instamment les personnes concernées à se conformer pleinement aux lois en vigueur. Travailler dans ce domaine, qui interdit l’utilisation de telles transactions financières, protège le citoyen contre toute déviation d’ordre juridique ou perte financière.

Bank Al-Maghrib alerte sur l’absence de toute protection juridique pour couvrir les pertes en cas de déficit des plateformes de change, compte tenu des évolutions importantes des taux de change, à la hausse comme à la baisse, dans des délais très courts, et de manière inattendue.

Dans ce contexte, l’expert économique marocain, Mahdi Fakir, a confirmé dans une déclaration au journal Bayan Al-Youm, que la décision d’interdire la circulation des monnaies numériques est une décision équilibrée et constructive, notant que ces monnaies sont de source inconnue, et ne sont soumis à aucun contrôle et affectent d’une manière ou d’une autre l’équilibre monétaire et financier du pays, étant donné qu’ils le sont. Il draine les réserves de change, et donc il vaut mieux appliquer la loi.

Mahdi Fakir estime que la décision d’interdire les monnaies numériques au Maroc reste une décision souveraine, appelant les personnes qui négocient dans ces monnaies et les avides de profits à assumer leur responsabilité, car « personne n’est excusé de son ignorance de la loi, et l’État a ses raisons objectives et claires derrière cette interdiction », comme il l’a dit.

Sur la question de la légalisation de ces monnaies numériques, l’expert économique marocain a expliqué que le Maroc ambitionne de créer une monnaie numérique marocaine reconnue par Bank Al-Maghrib, conscient de la nécessité d’utiliser ces monnaies, mais de manière contrôlée et légalisée.

Lire aussi:  Les importations de pétrole et de blé aggravent le déficit commercial en

Pour sa part, l’avocat et professeur d’université Al-Hassani Al-Idrissi Mohamed a déclaré que la loi marocaine interdisait jusqu’à présent le commerce des monnaies numériques, mais récemment plusieurs initiatives ont commencé à discuter de la possibilité de la revoir et d’autoriser d’une certaine manière le commerce des monnaies numériques. monnaies numériques, et c’est ce qu’a déclaré le Wali de Bank Al-Maghrib.

Al-Hassani Al-Idrisi Muhammad a déclaré au journal Bayan Al-Youm : « Peut-être y a-t-il des perspectives de revoir la position du législateur marocain dans ce contexte, en tenant compte de la tendance mondiale selon laquelle cette monnaie est devenue l’une des futures monnaies, en particulier avec ce que le monde sait des transformations et des signes des carences du système financier mondial, comme l’adoption du dollar. » En tant que monnaie forte, le système Swift et d’autres systèmes, car ces monnaies numériques ont été légalisées et reconnues comme monnaie officielle dans plusieurs pays comme l’Amérique latine, en Asie et dans certains pays africains et arabes.

Al-Idrisi a souligné que « ce qui se passe dans l’environnement régional et international et les évolutions du système économique et financier mondial ont incité les responsables financiers au Maroc, tant le gouverneur de Bank Al-Maghrib que le ministre des Finances à revoir certains des conditions d’échange dans cette monnaie. »

Le même orateur a déclaré qu’il n’y a pas de garanties claires concernant la stabilité de cette monnaie, sa négociabilité et sa protection juridique pour l’argent du peuple, pour assurer le privilège du capital et qu’elle ne conduit pas à l’inflation et à son utilisation pour des méthodes illégales telles que blanchiment d’argent, et à ce jour il n’y a pas de décision définitive de légalisation, mais il y a une discussion Le sérieux de l’affaire de la part du gouverneur de Bank Al-Maghrib peut donner des résultats pour régler cette discussion.

Salma Shady (journaliste de formation)

Marrakech, 2022-04-27 19:35:10 (Maroc-Actu) –

Article précédentRoyal Air Maroc bonifie son programme de vols pour la saison été 2022
Article suivantKFC Maroc annonce son partenariat avec BIMBO Group