Accueil Divertissements La pièce « La Gare » de la Rowad Theatre Company de Khouribga poursuit...

La pièce « La Gare » de la Rowad Theatre Company de Khouribga poursuit sa tournée nationale

334
0

Dans le cadre de sa tournée théâtrale nationale, la troupe de théâtre Rowad de Khouribga s’apprête prochainement à présenter une autre représentation de sa nouvelle pièce « Lagar », mise en scène par plusieurs personnalités artistiques éminentes et brillantes : Abdel Razzak Ould Amer, Hind Ben Jbara, Mansour Badri, Sarah Fares et Karam Lemrani.
La présentation de cette pièce, avec le soutien du Ministère de la Jeunesse, de la Culture et de la Communication, le Secteur de la Culture, et la production de « Acte 4 Communautaire » Khouribga, intervient après des représentations réussies et impressionnantes dans les villes de Casablanca, El Jadida, Settat et Agadir, où il a été très bien accueilli par le public, qui a remarquablement interagi avec lui.
Cette pièce humoristique à dimension sociale, humaine et sentimentale est mise en scène par Aziz Oshnok, écrite par Abdul Majeed Adhabi, scénographie par Ahmed Amin Al-Fadli, éclairée par l’artiste Jawad Ahadidou, musique, management et relations publiques par Younes Bojnouet, et le gouvernorat général d’Abd Al-Ilah Baaloush et Mahdi Haddad.
L’œuvre théâtrale, dans laquelle les acteurs et actrices ont interprété une haute performance, avec une mise en scène distinguée, traite d’un brillant suspense artistique, l’histoire de personnes qui se sont rencontrées à la gare par hasard, dont le rêve en est un, qui est de voyager pour atteindre leur objectif. Mais la chose étrange est qu’ils se sont rencontrés dans un espace plus étrange, avec ses visiteurs, ses gardes et son timing, où la réalité se mêle à l’imagination, dans un beau modèle artistique satirique, qui voyage avec le spectateur dans des mondes surréalistes et mystérieux à travers des personnalités complexes, à commencer par Al-Ketbi, qui a pris la gare comme résidence pour poursuivre son rêve.
Dans cette station étrange, il rencontre le toxicomane frustré qui oscille entre partir et rester, puis le gardien de la station qui rêve de promotion, et deux femmes différentes, mais elles ont un dénominateur commun à propos d’un passé qui les a vaincues et niées.
Dans cet espace, chacun essaie d’expliquer les raisons du départ, mais une affaire urgente arrive, racontant au gardien une visite importante, alors son patron lui demande d’améliorer la situation de la station, et d’enlever les mendiants et les inconvenants, et le gardien se retrouve gêné.
Dans ce cas, le gardien recourt à une ruse, alors il demande au libraire, à l’ivrogne et aux deux femmes d’améliorer leur apparence, et de prétendre qu’elles sont d’une classe supérieure, ce qui se reflète dans la gare, et après plusieurs tentatives chacun change de comportement, mais la surprise est que personne ne vient, et ces initiatives ne sont que cela. Ce n’est qu’un rêve parmi d’autres rêves étranges, irréels, pour que la gare reste un espace d’étrangeté, de suspense, de spectacle, de silence et d’éblouissement, et en attendant un train de rêve qui ne viendra pas, alors le rideau tombe.

Lire aussi:  Miles Morales est le nouveau Thor de Marvel.

Marrakech, 2023-04-27 18:20:20 (Maroc-Actu) –

Article précédentLe ministre de la culture supervise la nomination du comité de soutien théâtral
Article suivantLe lancement de la 11ème session du Festival du Prix Mohamed El Jem pour le Théâtre de la Jeunesse