Accueil Divertissements L’Autorité du Théâtre Arabe choisit l’artiste Nidal Al-Ashqar pour formuler le message...

L’Autorité du Théâtre Arabe choisit l’artiste Nidal Al-Ashqar pour formuler le message de la Journée du Théâtre Arabe pour l’année 2024

395
0

L’Autorité du Théâtre Arabe a choisi le grand artiste libanais Nidal Al-Ashqar comme auteur du message de la Journée du Théâtre Arabe pour l’année 2024, qui sera rédigé et prononcé le 10 janvier à l’ouverture de la 14ème session du Festival du Théâtre Arabe à Bagdad. . La sélection de l’artiste Nidal Al-Ashqar pour cet important événement annuel repose sur la valeur artistique et créative que Nidal Al-Ashqar représente et représente dans les archives du théâtre arabe en général et du théâtre libanais en particulier, et sur le rôle exceptionnel dans la création. une belle image des empreintes digitales des femmes du théâtre arabe en dessinant sa scène et en lui donnant des spécificités créatives et intellectuelles qui découlent de la foi de l’artiste Ashqar. L’importance de ces caractéristiques qui donnent de la richesse à la créativité théâtrale découle également de la conviction de l’Autorité du Théâtre Arabe dans le rôle pionnier joué par l’artiste Nidal Al-Ashqar dans la conscience des dramaturges arabes.

Nidal Al-Ashqar est diplômé de la Royal Academy of Performing Arts de Londres. Elle rencontre le grand réalisateur britannique John Littlewood et ils se lient à travers une relation d’influence, de communication et d’échange artistique. En 1968, elle fonde avec un groupe d’artistes l’Atelier du Théâtre de Beyrouth, pendant la période d’éclat du mouvement théâtral d’avant-garde que connaît le Liban à cette époque et jusqu’au début de la guerre du Liban, où elle présente avec le groupe des dizaines de pièces. des pièces qui ont eu un grand impact sur la société libanaise et, à travers ses œuvres théâtrales, elle a contribué à la direction du théâtre libanais. À la sphère populaire, il a donné à ces œuvres des caractéristiques avancées, aventureuses et innovantes.

En 1984, Nidal Al-Ashqar fonde, sur la base du Festival de la culture et des arts de Jerash – Jordanie, la troupe « Acteurs arabes », qui est la première troupe arabe comprenant des artistes de treize pays. Il a parcouru le monde arabe et a culminé avec son voyage à l’Albert Hall de Londres en 1985 dans la pièce « Mille et un contes au souk Okaz ».

Nidal Al-Ashqar a fondé le Théâtre Médina (Clemenceau) en 1994, et en 2005 le théâtre a déménagé au Cinéma Sarola (Al-Hamra). Elle a inauguré le 30 mars 2005 le nouveau centre du Théâtre de la Culture et des Arts de Médine et l’a mis encore aujourd’hui au service de la société civile. Elle occupe le poste de présidente du Conseil des ministres. Administrateurs et directeur artistique du théâtre.

Les productions théâtrales de Nidal Al-Ashqar sont difficiles à limiter à un seul endroit, car ses pièces ont tourné dans les villes arabes et européennes. Parmi les œuvres théâtrales les plus célèbres qu’elle a mises en scène avec Roger Assaf pour l’Atelier du Théâtre de Beyrouth : « L’Inspecteur général » de Gogol, « Majdaloun », « Carte Blanche », « Lazar » et « Marjan, Saphir et la Pomme ». Elle a mis en scène « Rituels de signes et de transformations » pour le Théâtre de la Ville. « Miniatures historiques » de Saadallah Wannous, « 3 grandes femmes » d’Edward Albee, « L’intrusion de Meryl Streep » de Rashid Al-Daif, « Devant la porte de l’ambassade » d’Issa Makhlouf et Nidal Al-Ashqar, son dernier ouvrage en tant que actrice, « The Play Al-Wawiya » sur Mère Courage de Bertolt Brecht, réalisé par Naji Sourati et « Not for a Time » réalisé par elle.

Lire aussi:  Les Bridgertons : 10 choses à retenir avant de regarder la saison 2

Nidal a des œuvres bien connues au cinéma et à la télévision et, au cours de sa carrière, elle a reçu des dizaines de distinctions honorifiques d’organismes arabes et non arabes, notamment la Médaille nationale du cèdre du Président de la République libanaise en 2016, la Médaille d’argent libanaise du mérite. avec les Palmes du Président de la République Libanaise en 2019, et la Médaille de la Haute Culture qu’elle a reçue du Président. République tunisienne en 1995, et de l’Ordre des Arts et des Lettres, avec grade de Chevalier, qu’elle a obtenu de l’État français en 1997, et de l’Ordre des Arts et des Lettres, avec grade d’Officier, qu’elle a obtenu de l’État français. État en 2016.

Le secrétaire général de l’Autorité du théâtre arabe, Ismail Abdullah, a déclaré à cette occasion :

((L’Autorité du Théâtre Arabe, la maison des dramaturges arabes, comme l’a voulu Son Altesse Cheikh Dr. Sultan bin Muhammad Al Qasimi, et guidée par ses visions et ses directives, a pris avec les dramaturges arabes depuis 2008 cette bonne année en choisissant l’un des figures du théâtre arabe chaque année, écrire un message lors de la Journée du théâtre arabe sera un nouveau phare sur le chemin du théâtre arabe nouveau et renouvelé, et une boussole qui aidera à guider le gouvernail du navire à la lumière de ces vagues déferlantes et de la confusion que les gens expérience dans ce monde. Ce sera un message qui mettra en valeur la profondeur de notre culture et établira des valeurs élevées face à l’ignorance et à la platitude. C’est un message qui constitue chaque phrase. Il contient une richesse de connaissances et une richesse de expérience, et en nommant la figure artistique distinguée, Mme Nidal Al-Ashqar, comme maîtresse du podium le 10 janvier 2024 (Journée du théâtre arabe), le cortège des grands messages écrits par les dramaturges de 2008 à aujourd’hui ont pris un nouvel élan. Soyons très fiers de chaque déclaration écrite par les auteurs de ce message au cours des dernières années, et Nidal Al-Ashqar en tant que dame de scène lors de la Journée du théâtre arabe est une valeur ajoutée au processus de grands messages écrits par les gens du théâtre. depuis 2008).

Lire aussi:  Les animaux fantastiques 3 : pourquoi Tina Goldstein n'est-elle pas sur les affiches du film ?

Il est à noter que le message de la Journée du Théâtre Arabe a vu la présence d’importants noms arabes, à savoir successivement: Yaqoub Al-Shadrawi 2008, Samiha Ayoub 2009, Ezzedine Al-Madani 2010, Youssef Al-Ani 2011, Souad Abdullah 2012, Soraya Gibran 2013, Cheikh Dr Sultan Al-Qasimi 2014, Youssef Aydabi. 2015, Zeinati Qudsia 2016, Hatem Al-Sayed 2017, Farhan Bulbul 2018, Sayed Ahmed Aqmi 2019, Khalifa Al-Arifi, 2020, Ismail Abdullah au nom de l’Autorité, 2021, Rafiq Ali Ahmed, 2022, Jawad Al-Asadi, 2023.

Source : Médias de l’Autorité du Théâtre Arabe

*****

« Je n’ai jamais voulu vivre ailleurs que sur cette terre, ni en Amérique, ni en Europe, ni ailleurs. J’ai choisi cette terre qui m’embrassait, j’ai bu de son eau douce, et j’ai étanche ma soif auprès de ses habitants, et j’ai toujours eu envie de la reformuler, son vocabulaire, son langage et ses rêves.

J’espère que je ne quitterai pas ce monde avant de boire à nouveau du Litani, oui, du Litani, et de me laver le visage et de boire aux sources de notre pays, et que je ne quitterai pas ce monde avant d’avoir pris le « Tran ». de Tripoli à Beyrouth Damas Bagdad, prendre l’avion et admirer les toits de Beyrouth et ses jardins verdoyants et nager dans l’eau. Sa mer propre est sûre et je visite ses théâtres dans chaque village et ville ainsi que ses bibliothèques publiques. Je constate de mes propres yeux que les hôpitaux sont ouverts gratuitement, que les écoles et les universités sont accessibles à tous, et que l’école publique est la meilleure et la plus ouverte de toutes. École, bibliothèque et université pour tous. C’est ce que j’aimerais que notre pays devienne avant mon départ. J’espère aussi voir les rues de Beyrouth décorées des noms de poètes, d’écrivains, d’artistes et de grands personnages de notre pays.

J’espère que tous les ports du Liban : Tripoli, Jbeil, Batroun, Jounieh, Beyrouth, Sidon et Tyr, seront transformés en stations-service maritimes à travers lesquelles les citoyens pourront rentrer chez eux en tout confort.

Il devrait y avoir un marché commun avec les pays du Levant pour en bénéficier, notamment les agriculteurs, les industriels, les artisans et les intellectuels.

Mes amis et moi, j’aimerais visiter Jérusalem… et faire une œuvre théâtrale majeure, lire de la poésie et chanter dans chaque ville de la terre libérée de Palestine, et danser devant chaque olivier déraciné de la terre de Palestine afin qu’il puisse repousser.

Un extrait du discours de l’artiste Nidal Al-Ashqar lors de son honneur Dans le cadre des activités du festival SUIVANT Annuel

A l’initiative de la « Lebanon American University » en mars 2019.

Marrakech, 2023-10-05 18:00:41 (Maroc-Actu) –

Article précédentLa fragmentation menace l’économie internationale (bayanealyaoume)
Article suivantUn forum international à Dakar sur le financement des projets ferroviaires en Afrique