Accueil L'International Le CoFoE demande une politique migratoire commune, une répartition équitable des demandeurs...

Le CoFoE demande une politique migratoire commune, une répartition équitable des demandeurs d’asile et une réduction de la dépendance énergétique

567
0

La création des forces armées communes de l’UE n’a finalement pas été approuvée en tant que recommandation.

MAASTRICHT, 13 févr. (Maroc-Actu) –

La plénière du quatrième panel de la Conférence sur l’avenir de l’Europe (CoFoE) a recommandé dimanche à l’Union européenne de mettre en œuvre une politique migratoire commune à tous les États membres, une répartition équitable et rapide des personnes arrivant dans l’UE en quête d’asile et de réduire également la dépendance à l’égard des importations de pétrole et de gaz et des importations de biens stratégiques.

Les près de 200 citoyens qui ont participé ce week-end à Maastricht (Pays-Bas) au troisième débat de ce panel consacré à l’immigration et à l’UE à l’étranger sont arrivés à la réunion avec 150 orientations sur ces questions qui avaient été proposées lors des réunions précédentes, l’une à Strasbourg et l’autre en ligne.

C’est là qu’ils ont « passé l’entonnoir » et se sont mis d’accord, dans les différents groupes de travail où ils ont débattu, sur un ensemble de 46 projets, dont 40 ont finalement été approuvés. Parmi ceux qui n’ont pas passé le filtre du vote final figure l’un de ceux qui ont suscité le plus de débats au cours du week-end, à savoir la création des forces armées communes de l’UE, qui prévoyait une intégration progressive et une conversion ultérieure des forces armées nationales. Cette recommandation a recueilli 68,2 % des voix, ce qui n’a pas permis d’atteindre les 70 % nécessaires à son adoption.

Toutefois, la recommandation selon laquelle une éventuelle armée européenne commune devrait être utilisée principalement à des fins d’autodéfense et qu’une action militaire agressive de quelque nature que ce soit devrait être exclue a reçu le soutien nécessaire.

Les 40 recommandations, qui ont reçu le soutien de l’opinion publique, seront portées devant la plénière de la Conférence, qui se tiendra en mars. Les trois institutions qui ont promu cette conférence – le Parlement européen, la Commission et le Conseil – se sont engagées à les prendre en compte lorsqu’il s’agira de légiférer et de construire le projet européen commun.

En ce qui concerne l’immigration, les citoyens sont clairs et recommandent à l’UE de mettre en place une politique migratoire collective commune « fondée sur le principe de solidarité » et de s’attaquer au « problème des réfugiés » en appliquant des pratiques qui ont fait leurs preuves.

Lire aussi:  Afrique du Sud - L'opposition sud-africaine dépose une motion de défiance contre le gouvernement du président Ramaphosa

PLUS DE POUVOIR À FRONTEX

De même, ils demandent que l’UE s’implique activement dans le développement économique des pays tiers à forts flux migratoires et que la législation soit étendue pour donner à Frontex plus de pouvoir et d’indépendance afin qu’elle puisse intervenir dans tous les États pour assurer la protection des frontières extérieures de l’UE.

Concernant la répartition des demandeurs d’asile de l’UE, ils souhaitent que le système de Dublin soit remplacé par un traité juridiquement contraignant garantissant « une répartition juste, équilibrée et proportionnée ». Ils demandent également que les demandes d’asile soient traitées plus rapidement, que les réfugiés soient relocalisés au sein de l’UE de manière « efficace » et que le mandat de l’Agence européenne pour l’asile soit renforcé pour coordonner et gérer la répartition des demandeurs d’asile au sein des États membres de l’UE afin de parvenir à une répartition équitable.

La mise en place de réglementations obligatoires uniformes pour tous les pays en matière d’installations d’accueil et d’hébergement des migrants ou de cours de langue et d’intégration obligatoires pour les migrants sont d’autres questions que les participants au panel estiment que l’UE devrait surveiller, de même que la création de centres d’asile spécifiques pour les mineurs non accompagnés dans tous les États membres.

PRODUITS ET ÉNERGIE

En ce qui concerne l’autonomie de l’UE, les citoyens de l’UE estiment que les institutions devraient accorder un soutien financier plus important afin de garantir que les produits stratégiques fabriqués en Europe, tels que les produits agricoles, les semi-conducteurs, les produits médicaux et les technologies numériques, restent disponibles et que la dépendance vis-à-vis de l’extérieur de l’Europe soit réduite.

De même, ils appellent à réduire la dépendance à l’égard des importations de pétrole et de gaz en soutenant les projets de transport public et d’efficacité énergétique, un réseau de fret ferroviaire à grande vitesse ou la fourniture d’énergie propre et renouvelable.

Parmi les 46 recommandations présentées dimanche, celle qui a reçu le plus de soutien (91,9 %) est l’appel à des règles environnementales plus strictes pour l’exportation des déchets à l’intérieur et à l’extérieur de l’UE et à l’adoption de mesures incitant davantage les pays à recycler leurs propres déchets et à les utiliser pour produire de l’énergie. Les citoyens ont également appelé les pays à examiner ensemble l’utilisation de l’énergie nucléaire et son rôle dans la transition que l’Europe doit opérer vers les énergies vertes.

Lire aussi:  AMP3.- Russie : plus de 4 200 personnes arrêtées lors de manifestations anti-guerre dans les principales villes russes.

UNE UE PLUS PROCHE

La diffusion des connaissances sur l’UE est également une question qui préoccupe les citoyens, comme en témoigne le fait qu’une autre des recommandations les plus largement soutenues était que l’UE « devrait être plus proche des citoyens ».

Ils souhaitent que les liens avec la société, les institutions locales, les écoles et les municipalités soient renforcés afin d’améliorer la transparence. Pour la majorité des citoyens, les informations actuelles sur l’UE ne sont « pas assez accessibles » et « ne les atteignent pas ». Ils ont donc proposé un changement qui permettrait d’avoir une vision claire du rôle et des actions de l’UE.

Comme certains des participants l’avaient prévu au cours des discussions du week-end, le panel a conclu en recommandant également que l’UE alloue un budget spécifique pour développer des programmes éducatifs sur le fonctionnement de l’UE et ses valeurs, et que les États membres qui le souhaitent soient encouragés à les intégrer dans leurs programmes scolaires.

« Un cours spécifique sur l’UE et son fonctionnement pourrait être mis à la disposition des étudiants souhaitant étudier dans un autre pays européen par le biais du programme Erasmus, de sorte que les étudiants qui choisissent ce cours soient prioritaires dans l’attribution de ces programmes Erasmus », indique la résolution.

Ils saluent également l’expérience d’initiatives telles que le CoFoE et appellent à une plus grande implication des citoyens dans la politique avec des événements similaires à cette conférence sur l’avenir de l’Europe, qui « devraient être organisés au niveau national, local et européen ».

Enfin, ils recommandent également à l’UE d’améliorer sa stratégie médiatique, en renforçant sa visibilité sur les médias sociaux et même en promouvant une plateforme européenne de médias sociaux accessible.

Article précédentOnze personnes se sont noyées alors qu’elles préparaient un rituel de méditation sur une plage d’Indonésie.
Article suivantSteinmeier réélu à la présidence de l’Allemagne