Accueil Sciences & Tech Le déplacement des cultures ferait reculer les émissions de carbone de 20...

Le déplacement des cultures ferait reculer les émissions de carbone de 20 ans

338
0

Marrakech, 11 Mar. (Maroc-Actu) –

Des scientifiques de Cambridge ont produit une carte montrant où les principales cultures alimentaires du monde devraient être localisées afin de… maximiser les rendements et minimiser l’impact environnemental.

Cela permettrait de séquestrer de grandes quantités de carbone, d’accroître la biodiversité et de réduire à zéro l’utilisation d’eau douce par l’agriculture.

La carte mondiale de l’agriculture réinventée comprend de nouvelles grandes zones agricoles pour de nombreuses cultures importantes autour de la ceinture de maïs dans le Midwest américain et sous le désert du Sahara. De grandes surfaces de terres agricoles en Europe et en Inde seraient restaurées dans leur habitat naturel.

La refonte, qui suppose une agriculture mécanisée et à haut niveau d’intrants, réduirait de 71 % l’impact carbone des terres cultivées dans le monde, en permettant aux terres de revenir à leur état naturel et forestier. Cela équivaut à capturer l’équivalent de vingt ans de nos émissions nettes actuelles de CO2. Les arbres séquestrent le carbone au cours de leur croissance et permettent également au sol de séquestrer davantage de carbone que lorsque des cultures y sont pratiquées.

Dans ce scénario optimisé, l’impact de la production végétale sur la biodiversité mondiale serait réduit de 87 %. Cela réduirait considérablement le risque d’extinction de nombreuses espèces, pour lesquelles l’agriculture constitue une menace majeure. Selon les chercheurs, les terres cultivées reviendraient rapidement à leur état naturel, retrouvant souvent leurs stocks de carbone et leur biodiversité d’origine en quelques décennies.

Cette nouvelle conception permettrait d’éliminer complètement le besoin d’irrigation, en cultivant des plantes dans des endroits où les précipitations fournissent toute l’eau nécessaire à leur croissance. Actuellement, l’agriculture est responsable d’environ 70 % de l’utilisation de l’eau douce dans le monde, et cela provoque des pénuries d’eau potable dans de nombreuses régions plus sèches du monde.

Les chercheurs ont utilisé des cartes mondiales des superficies actuellement cultivées par 25 grandes cultures, dont le blé, l’orge et le soja, qui représentent ensemble plus des trois quarts des terres cultivées dans le monde. Ils ont mis au point un modèle mathématique pour étudier toutes les façons possibles de répartir ces terres cultivées dans le monde tout en maintenant les niveaux de production globaux pour chaque culture. Cela leur a permis d’identifier l’option ayant le moins d’impact sur l’environnement.

Lire aussi:  Twitter Spaces vous permet d'enregistrer et de partager des clips audio de 30 secondes

L’étude est publiée dans le journal Nature Communications Earth & Environment.

« Dans de nombreux endroits, les terres agricoles ont remplacé des habitats naturels qui contenaient beaucoup de carbone et de biodiversité, et les cultures n’y poussent même pas très bien. Si nous permettons à ces endroits de se régénérer et si nous déplaçons la production vers des zones plus adaptées, nous verrons des avantages environnementaux très rapidement », a déclaré le Dr Robert Beyer, ancien chercheur au département de zoologie de l’université de Cambridge et premier auteur de l’étude. Beyer est maintenant basé à l’Institut de Potsdam pour la recherche sur l’impact climatique (PIK), en Allemagne.

Des études antérieures ont identifié les zones prioritaires pour la restauration écologique, mais cette étude est la première à cartographier la relocalisation des terres agricoles afin de maximiser les avantages environnementaux à long terme sans compromettre la sécurité alimentaire.

S’il est évident qu’une relocalisation mondiale complète des terres agricoles n’est pas un scénario réalisable à l’heure actuelle, les scientifiques affirment que leurs modèles mettent en évidence les endroits où les terres agricoles sont actuellement très improductives, mais ont le potentiel d’être des points chauds pour la biodiversité et le stockage du carbone.

L’adoption d’une approche réduite et la redistribution des terres agricoles uniquement à l’intérieur des frontières nationales, plutôt qu’à l’échelle mondiale, généreraient tout de même des avantages considérables : l’impact global sur le carbone serait réduit de 59 % et l’impact sur la biodiversité serait 77 % plus faible qu’aujourd’hui.

Une troisième option, encore plus réaliste, consistant à relocaliser seulement 25 % des terres cultivées les plus nuisibles à l’échelle nationale, permettrait d’obtenir la moitié des avantages d’une relocalisation optimale de toutes les terres cultivées.

« Il est actuellement irréaliste de mettre en œuvre l’ensemble de cette refonte. Mais même si nous ne relocalisons qu’une fraction des terres cultivées dans le monde, en nous concentrant sur les endroits où l’agriculture est la moins efficace, les bénéfices environnementaux seraient énormes« , a déclaré Beyer.

Selon l’étude, la répartition optimale des terres agricoles ne changera que très peu jusqu’à la fin du siècle, sans tenir compte de la manière dont le climat peut changer.

Lire aussi:  Maroc-Actu.-Instagram introduit des sous-titres automatiques en espagnol pour les vidéos dans le "feed".

« Les emplacements optimaux des cultures ne sont pas une cible mouvante. Les zones où l’empreinte environnementale serait faible, et les rendements agricoles élevés, pour le climat actuel resteront largement optimales à l’avenir », a-t-il déclaré. dans une déclaration Le professeur Andrea Manica de l’université de Cambridge, auteur principal de l’article.

Les chercheurs reconnaissent que la relocalisation des terres agricoles doit se faire d’une manière qui soit acceptable pour les personnes concernées, tant sur le plan économique que social. Ils citent des exemples de programmes de mise en jachère qui offrent aux agriculteurs des incitations financières pour mettre en jachère une partie de leurs terres au profit de l’environnement. Les incitations financières peuvent également encourager les gens à cultiver dans des endroits plus appropriés..

Le modèle a généré des cartes de distribution mondiales alternatives en fonction de la manière dont les terres sont cultivées, allant d’une production avancée, entièrement mécanisée, avec des variétés de cultures à haut rendement et une application optimale d’engrais et de pesticides, à une agriculture biologique traditionnelle basée sur la subsistance.

Même la redistribution des pratiques agricoles moins intensives vers des emplacements optimaux permettrait de réduire considérablement leur impact sur le carbone et la biodiversité.

Alors que d’autres études montrent que l’adoption d’un régime alimentaire plus végétal pourrait réduire considérablement les incidences de l’agriculture sur l’environnement, les chercheurs affirment que les régimes alimentaires ne changent pas vraiment rapidement. Leur modèle partait du principe que les régimes alimentaires ne changeraient pas et se concentrait sur la production des mêmes aliments qu’aujourd’hui, mais de manière optimale.

Une grande partie des terres cultivées dans le monde sont situées dans des zones où elles ont une énorme empreinte environnementale, ayant remplacé des écosystèmes riches en carbone et en biodiversité, et où elles ponctionnent considérablement les ressources en eau locales. Ces lieux ont été choisis pour des raisons historiques, comme leur proximité avec des établissements humains, mais les chercheurs affirment qu’il est temps de cultiver les aliments de manière plus optimale.

Article précédentUkraine – World Vision regrette que le conflit en Ukraine étende la crise de la faim à d’autres nations également.
Article suivantVolvo Cars va créer un centre technologique en Suède qui emploiera 700 professionnels