Accueil Divertissements Le Festival International du Film Étudiant de Casablanca consacre la culture de...

Le Festival International du Film Étudiant de Casablanca consacre la culture de la reconnaissance

297
0

L’un des moments les plus marquants de la cérémonie de clôture de la 12ème session du Festival International du Film Étudiant a été la remise d’honneur à trois personnalités éminentes et actives dans les domaines du cinéma et de l’audiovisuel, notamment l’actrice marocaine Fatima Zahraa El Gohari, le chercheur Mohamed Belghouat, et le réalisateur Abdelkader Karim.

Fatima Al-Zahraa Al-Jawhari : Les étudiants doivent s’armer d’espoir et s’accrocher à leurs rêves jusqu’à ce qu’ils atteignent l’objectif souhaité.

La journaliste Nadia Larkit a présenté ce témoignage éloquent contre Fatima Al-Zahraa Al-Jawhari : « Chère Fati… Premièrement, comment puis-je refuser la demande de Lahcen Narayes alors que c’est lui qui m’a appelé pour témoigner contre vous, et comment puis-je également refuser cela et pour vous en particulier, puisque vous avez une appréciation particulière pour Nour El-Din Al-Sayel et que vous entreteniez de bonnes relations tous les deux. Afin de m’assurer de la sincérité de mes sentiments, j’ai délibérément enregistré ce message le 15 décembre, qui coïncide avec la mort de Nour El-Din Al-Sayel, qui est le jour pour vous célébrer. Vous resterez lié à cette date. Je suis très heureux de cette célébration de vous. En toute honnêteté, vous le méritez bien, d’autant plus que cette célébration s’inscrit dans le cadre des activités du Festival International du Film Étudiant. Il n’y a rien de plus beau que cet événement. Cependant, ce que je veux dire à ceux qui nous écoutent, c’est que vous avez été l’une des rares personnes que nous avons reçues chez nous. Nour al-Din al-Sayel n’aime pas recevoir les autres chez lui. Il est très secret, je suis donc assis au même endroit où vous aviez l’habitude de vous asseoir pour vous prouver la sincérité de mes sentiments envers vous. Je te souhaite tout ce qu’il y a de beau… Il est vrai que Nour El-Din Al-Sayel est réticente à recevoir des amis chez lui, alors n’oublie pas que tu étais parmi nous et que nous avons vécu de beaux moments en compagnie de Suleiman. Je te salue, Gros, et te souhaite du bonheur et un long voyage. Je salue tout le monde dans la salle et vive le cinéma.
Le réalisateur et écrivain médiatique Rashid Zaki a également salué le parcours professionnel d’El Gohary, exprimant son désir d’y intégrer des œuvres artistiques dans un avenir proche.
Dans son discours à cette occasion, l’actrice Fatima Al-Zahra Al-Gawhari a appelé les étudiants à s’armer d’espoir et à s’accrocher à leurs rêves tout en travaillant à présenter davantage d’histoires et de films jusqu’à ce qu’ils atteignent les objectifs souhaités.

Muhammad Belghouat : Un des hommes de l’ombre qui préfère travailler en silence et sans faux-semblant

Parmi les lauréats figurait également le chercheur Professeur Mohamed Belghouat, expert technique et ancien directeur de l’Institut Supérieur des Métiers de l’Audiovisuel et du Cinéma, pour qui son compagnon Radouane Belarbi a remis un certificat détaillé dans lequel il a souligné la compétence de l’homme comme l’un des hommes brillants. qui a ouvert une nouvelle voie dans le domaine de l’audiovisuel. Leader dans de nombreux projets stratégiques : « C’est un plaisir de prononcer un discours à l’occasion d’honorer M. Mohamed Belghouat, un homme exceptionnel à tous égards et d’un statut élevé et rare. J’ai rencontré M. Mohammed en 2008, et j’étais alors secrétaire général du ministère des Communications. Lors de mon contact sur le terrain avec lui, l’homme a fait preuve d’expérience en remplissant le livret de campagne de la Société nationale de radio et de télévision. Il a également œuvré à poser les traits d’une nouvelle politique ciblant le droit d’auteur, avec la contribution d’artistes marocains comme feu Ahmed Al-Tayeb Laalj… Grâce à cet effort, le Maroc a organisé l’édition 2013 du Festival du cinéma marocain à Marrakech. Débat sur le droit d’auteur. Grâce à son travail acharné et à son professionnalisme, il a travaillé avec passion aux côtés des journalistes et correspondants, ce qui a eu un impact positif sur le Maroc. Il a également travaillé dur dans le domaine du cinéma en travaillant à faciliter le système de soutien alloué aux œuvres cinématographiques, ce qui a conduit à un développement qualitatif dans ce domaine. Il a également contribué à encourager les festivals de films nationaux et internationaux, comme c’est le cas des productions internationales qui ont choisi de filmer leurs œuvres au Maroc. Elsie Mohamed est professeur aguerri à l’Institut supérieur de formation et de communication… Il a travaillé dur et avec succès à la création du pôle des métiers de l’audiovisuel cinématographique. Félicitations à M. Muhammad pour ce formidable travail qui commence depuis la formation des étudiants jusqu’à l’étape de graduation des professeurs. Nous n’oublions pas non plus les qualités d’un homme humain et instruit. Il avait une passion pour le travail et la formation, comme en témoignent tous ceux qui ont travaillé avec lui.
De son côté, le critique Fouad Suwaiba a salué le célèbre personnage et son parcours riche en réalisations, soulignant que Belghouat fait partie de ces hommes de l’ombre qui préfèrent travailler en silence et sans faux-semblant.

Lire aussi:  Pourquoi la version Snyder de Justice League ne peut-elle pas gagner le prix du public aux Oscars ?

Le réalisateur Abdel Qader Karim : Le processus difficile de ce festival lui a permis de surmonter toutes les adversités et les obstacles pour s’affirmer

La cérémonie de clôture de cette session a également vu la remise d’un hommage au réalisateur de documentaires Abdelkader Karim, le fils de Berkane qui vit en France. Le réalisateur marocain Widad Tafki a déclaré à son sujet : « Dr. Karim Abdelkader a poursuivi ses études primaires et préparatoires dans la ville de Berkane. Après son baccalauréat, il effectue ses études universitaires dans la ville d’Oujda à l’Université Mohammed Ier, puis poursuit ses études de troisième cycle en France dans le département Cinéma et obtient un doctorat dans le domaine. Sa thèse portait sur l’étude et l’analyse de l’espace cinématographique dans les films de Wim Wendres. Dans le domaine artistique, il avait auparavant été un membre actif du théâtre amateur au Maroc, où il a été actif dans certaines troupes théâtrales, participant à de nombreuses rencontres nationales de théâtre amateur comme à Meknès, Marrakech, Agadir… et en France, après avoir terminé ses études universitaires, il participe à une compétition spéciale de films. Entreprises, car il a contribué à un film documentaire et de fiction intitulé « The Sanitation Men » et a remporté le premier prix. Depuis, il a commencé à réaliser un groupe de documentaires tels que « L’Ombre exposée », « Entre souffrance et optimisme » et « Regards de femmes ». Ce film a été sélectionné au Festival International du Film d’Amiens. Il a réalisé des courts métrages imaginatifs tels que « Shotshot », « House 13 » et « Consequences ». Dans le domaine de la formation, il a donné quelques cours de formation à l’université, comme l’analyse des outils techniques du cinéma, la lecture de l’image cinématographique et son esthétique, et le suivi de sujets nouveaux sur la scène artistique. Il a travaillé au cinéma-club, programmé et analysé certains films dans les salles de cinéma, en plus de participer à plusieurs festivals de cinéma de premier plan. Il travaille désormais comme animateur et critique de cinéma sur les ondes de Radio Rassan Nancy dans l’émission cinéma Le Point Bleu.
À ce propos, il déclare : « Je connaissais un peu le Festival international du film étudiant. Mme Wafaa Al-Bourqadi m’a parlé avec passion de ce festival chaque fois que nous avons eu l’occasion de parler de cet événement artistique unique. J’ai toujours admiré ses efforts continus avec ses deux compagnons, le professeur Hassan Al-Rayes et le professeur Abdullah Al-Sheikh. Le processus difficile de ce festival lui a permis de surmonter toutes les adversités et obstacles pour s’affirmer. Quelle a été ma surprise lorsqu’on m’a proposé de présider le jury des films documentaires. J’ai été impressionné et étonné, et cela a été le cas des participants, hommes et femmes, qui ont été impressionnés par la force de ce festival, sa présence remarquable et sa position distinguée sur la scène artistique marocaine. Cette naissance, cette continuité et ce signe élevé étaient à l’origine de trois chevaliers travaillant dur en secret, et dans ce travail ils méritaient tous les encouragements. Il s’agit du professeur Wafaa Al-Bourqadi, du professeur Hassan Narayes et du professeur Abdullah Al-Sheikh, ainsi que des étudiants et de tous les participants et participantes qui ont fait de cette manifestation un succès, qui a suscité l’admiration de tous. Concernant le jury des films documentaires, les critères de sélection des films primés dépendaient de : le plaisir de regarder, la qualité artistique et esthétique de la création, la sensibilité du sujet traité et la profondeur de son message. Certains films ont répondu à ces conditions, notamment le film marocain « Le Précieux Trésor », qui exprime la maturité et le réalisme du discours visuel du cinéma marocain émergent. Cela s’appliquait également aux deux autres films qui étaient couronnés d’une nette différence, puisque le deuxième film asiatique et le troisième film européen étaient présents en qualité artistique et esthétique et absents. Ils ont la profondeur du discours sociétal. Le festival était unique par sa diversité d’activités, de films, d’événements et d’hospitalité. Le festival de cette année restera gravé dans ma mémoire pour son organisation, l’originalité de ses films et ses diverses activités. Il s’est imposé malgré les difficultés et les obstacles, et restera grand, inébranlable et distingué sur la scène nationale. Je lui souhaite le meilleur ainsi qu’à ses élèves plus d’éclat et de créativité et qu’ils soient fiers de cet événement unique.
Je remercie les membres qui ont participé au jury du film documentaire pour leur travail efficace et leur sens artistique, et je mentionne particulièrement le professeur Widad Tafki et le professeur Jean-Marc Deltombe. Il a ajouté qu’il était « heureux d’être honoré dans son pays, le Maroc, où il a été absent pendant plus de 20 ans, en tant que réalisateur, appelant les jeunes et les étudiants à redoubler d’efforts pour atteindre leur objectif, notant les efforts du organisateurs du festival à ouvrir des horizons à une jeunesse assoiffée d’art et de cinéma, considérant que les récompenses et les distinctions en constituent l’épine dorsale. Pour une reconnaissance cinématographique.
Les activités de cette cérémonie de clôture ont été marquées par la participation du Marocain Jacques Brel, Al-Mamoun Salaj, qui a diverti le public du festival et diverti ses oreilles avec deux chefs-d’œuvre du chanteur international Jacques Brel, qu’il a dédiés à l’absent présent, le regretté Omar Slim, compagnon et innovateur humain.

Lire aussi:  Warners a coupé Batman et Cyborg du final de Pacemaker.

Marrakech, 2023-12-21 18:00:07 (Maroc-Actu) –

Article précédentCoopération entre « Visa » et « TECH5 » pour développer des systèmes gouvernementaux numériques à l’échelle mondiale
Article suivantLe programme d’aide directe au logement entrera en vigueur à compter du 1er janvier 2024