Accueil Auto/moto Le groupe Volkswagen Espagne préconise une « TVA zéro » pour les véhicules électriques...

Le groupe Volkswagen Espagne préconise une « TVA zéro » pour les véhicules électriques afin de stimuler son expansion.

621
0

Il assure que la mobilité durable est « un projet national » qui concerne aussi bien les constructeurs que les administrations.

Marrakech, 10 févr. (Maroc-Actu) –

Le président de Volkswagen Group España Distribución, Francisco Pérez Botello, a défendu la mise en œuvre d’une TVA  » zéro  » pour les voitures électriques afin de stimuler l’expansion de cette mobilité sans émissions en Espagne.

Dans le cadre du Forum économique de l’entreprise, l’exécutif a parié sur le fait de rendre la mobilité électrique plus accessible aux consommateurs, il a donc exigé la création d’un nouveau cadre fiscal qui encourage l’acquisition de ce type de véhicules, soit avec l’élimination de la TVA pour les voitures 100% électriques, soit avec l’établissement d’un taux réduit pour les hybrides rechargeables.

Ainsi, le directeur de Volkswagen Group España Distribución a assuré que la mobilité durable n’est pas seulement la responsabilité des constructeurs automobiles, mais de tous les secteurs d’activité stratégiques et des administrations publiques.

Ainsi, il a souligné que ce modèle de mobilité durable est « un projet national » qui nécessite l’implication des entreprises des principaux secteurs stratégiques et des administrations publiques. « En tant que fabricant, nous avons fait nos devoirs, mais nous ne pouvons pas le faire seuls », a-t-il ajouté.

En ce sens, il a expliqué que la réalisation de cette mobilité durable nécessite un engagement envers le véhicule électrique en relation avec deux leviers : l’infrastructure de recharge et l’amélioration de l’accessibilité aux clients.

Lire aussi:  Citroën lance le nouveau C5 Aircross en Espagne avec l'option hybride plug-in

« Nous devons accélérer l’adoption de la voiture électrique pour préserver la liberté de la mobilité individuelle : la liberté d’aller où vous voulez, quand vous voulez et avec qui vous voulez, et nous devons le faire d’une manière durable d’un point de vue social et environnemental », a déclaré M. Pérez Botello.

Sur ce premier levier, il a rappelé que des mesures comme l’arrêté royal approuvé en décembre dernier, qui  » est passé inaperçu  » et qui établit la figure de la déclaration responsable pour installer et exploiter un point de recharge, éliminant ainsi les procédures bureaucratiques et raccourcissant les délais, ce qui selon lui  » signifiera une croissance brutale des points de recharge « .

En conséquence, il a souligné que ces mesures vont « dans la bonne direction », même s’il est nécessaire d’accélérer les plans pour atteindre les 70 000 points de charge publics qui seront nécessaires en 2023, les 110 000 points en 2025 et les 340 000 points en 2030. Actuellement, il existe 13 000 points de charge.

« Actuellement, il y a un segment de la population qui a le pouvoir d’achat pour l’acquérir (le véhicule électrique) mais qui ne le fait pas en raison du manque d’infrastructures de recharge », a-t-il déclaré.

Pour le deuxième levier, qui vise à rendre la mobilité électrique plus accessible aux clients, M. Pérez Botello a défendu un nouveau cadre fiscal pour les voitures qui encourage la mobilité électrique, qui établirait une TVA « zéro » pour les véhicules électriques purs et une TVA réduite pour les véhicules hybrides rechargeables.

Lire aussi:  Ford Almussafes modifie à nouveau l'horaire de l'ERTE en raison d'un manque d'approvisionnement

Cela impliquerait un nouveau chiffre d’impôt lié à l’utilisation de la voiture et à son niveau d’émissions, ainsi que l’élimination de la taxe d’immatriculation, ce qui signifierait que les voitures les plus polluantes sont celles qui « financent la transition vers l’électrique », une situation qui contribuerait à renouveler le parc automobile espagnol.

 » Nous encourageons le gouvernement à l’envisager et elle a tout notre soutien « , a déclaré le président de l’entreprise, qui comprend que c’est compliqué car il faut tenir compte des communautés autonomes, mais défend la mesure car, selon ses estimations, elle permettrait de récolter plus que ce que l’État dépense.

De même, en ce qui concerne la pénurie de semi-conducteurs, il a expliqué que l’Europe ne peut pas dépendre de tiers, car la demande de semi-conducteurs va croître de manière exponentielle. « C’est un secteur stratégique dans lequel l’Europe doit être autonome », a-t-il souligné.

En conséquence, il a souligné que les logiciels seront « le grand champ de bataille », sachant qu’une voiture électrique « est un logiciel sur roues » et qu’ils représenteront la majorité des investissements dans le secteur.

Article précédent10% des ventes de Volkswagen Group España cette année seront des modèles électrifiés.
Article suivantCoca-Cola a gagné 26% de plus en 2021, jusqu’à 8,55 milliards d’euros.