Accueil Sciences & Tech Le monde serait plus chaud d’un degré Celsius sans les forêts tropicales.

Le monde serait plus chaud d’un degré Celsius sans les forêts tropicales.

277
0

Marrakech, 24 mars. (Maroc-Actu) –

Une nouvelle étude propose la preuve la plus complète à ce jour que les forêts sont vitales pour le climat en transformant l’atmosphèreSans eux, les températures mondiales seraient plus élevées de 1°C.

Les premiers travaux visant à déterminer les avantages locaux, régionaux et mondiaux de certaines zones forestières du monde qui n’émettent pas de dioxyde de carbone concluent que le monde dans son ensemble tire les plus grands avantages de la ceinture de forêts tropicales qui s’étend sur l’Amérique latine, l’Afrique centrale et l’Asie du Sud-Est, publient les chercheurs dans la revue Frontiers in Forests and Global Change.

L’étude conclut que, dans l’ensemble, les forêts maintiennent la planète plus fraîche d’au moins un demi-degré Celsius, si l’on tient compte des effets biophysiques peu étudiés, des composés chimiques aux turbulences et à la réflexion de la lumière. Ces effets dans les tropiques représentent à eux seuls un refroidissement planétaire d’un tiers de degré Celsius ; lorsqu’ils sont combinés au dioxyde de carbone, l’effet de refroidissement est de plus de 1 degré Celsius.

« Toutes les forêts sont précieuses. De plus en plus, nous constatons qu’ils gardent également l’air frais et humide à proximité et au loin », explique Deborah Lawrence, professeur à l’université de Virginie et auteur principal de l’étude. Le cœur des tropiques est au cœur de la planète et ces forêts sont fondamentales pour notre survie.

Selon la recherche, « au niveau local, à toutes les latitudes, les impacts biophysiques des forêts dépassent de loin les effets du carbone, favorisant la stabilité du climat local en réduisant les extrêmes de température à travers les saisons et les heures de la journée ».

« L’importance des forêts, tant pour l’atténuation du changement climatique mondial que pour l’adaptation locale des espèces humaines et non humaines, n’est pas suffisamment prise en compte dans les mesures actuelles axées sur le carbone, en particulier dans le contexte d’un futur réchauffement climatique », ajoute-t-il.

Les scientifiques ont déjà bien compris comment la déforestation tropicale contribue au changement climatique mondial en émettant du carbone et en réduisant la capacité des forêts du monde à éliminer davantage de pollution par le carbone de l’atmosphère.

Il s’agit de l’étude la plus récente et la plus complète d’un ensemble de preuves émergentes montrant comment la déforestation tropicale a des effets sur le climat au-delà du carbone : la déforestation augmente immédiatement la chaleur locale et la chaleur extrême et diminue les précipitations régionales et locales. La disparition des forêts modifie également le climat dans des endroits éloignés. Pour toutes ces raisons, Les forêts sont encore plus précieuses pour les efforts climatiques qu’elles ne l’étaient jusqu’à présent dans les plans et projections climatiques internationaux.

Lire aussi:  Maroc-Actu - Oppo renouvelle sa gamme haut de gamme avec le Find X5, en ajoutant un appareil photo Hasselblad et la vidéo nocturne 4K

L’étude a passé en revue la littérature disponible sur cette science émergente pour déterminer que les forêts jusqu’à 50 degrés de latitude nord offrent des avantages à l’échelle mondiale qui, cumulativement, maintiennent la planète entière plus fraîche d’un degré Celsius. Cela signifie que tout effort de protection ou de restauration des forêts qui se déroule entre 40 degrés de latitude sud et 50 degrés de latitude nord aide à la fois localement et mondialement.

Par exemple, la destruction des forêts dans la bande de 10 degrés au sud de l’équateur pourrait réchauffer la planète d’un demi-degré. Et la restauration des forêts dans la bande de 10 degrés située juste au nord de l’équateur entraînerait un refroidissement de la planète supérieur de 25 % à celui prévu sur la base de la seule séquestration du CO2. Mais l’étude montre que même les forêts situées en dehors de cette bande offrent un certain nombre d’avantages qui justifient leur protection.

« Un récent rapport majeur des Nations unies sur le climat a montré que nous devons agir de toute urgence pour éviter les pires scénarios pour notre planète », déclare Lawrence. Si nous perdons ces forêts, nous y arriverons 10 ans plus tôt, mais si nous protégeons ces forêts, elles nous protégeront contre les catastrophes climatiques extrêmes, les sécheresses et les répercussions sur notre alimentation et notre agriculture. Nous bénéficions aujourd’hui du fait que les tropiques nous gardent plus frais ; ils nous empêchent déjà de ressentir ces extrêmes.« .

L’étude note que la déforestation, par exemple, est responsable d’un tiers de l’augmentation de l’intensité des jours les plus chauds ; la disparition des forêts est également à l’origine de l’augmentation des étés chauds et secs. La perte de la couverture forestière a également entraîné des augmentations locales des températures extrêmes, d’une ampleur comparable aux changements causés par un réchauffement planétaire de 0,5 degré Celsius.

« En d’autres termes, la déforestation pousse les gens d’aujourd’hui dans une expérience que nous essayons d’éviter avec un réchauffement de 2 degrés plutôt que de 1,5 degré », explique Lawrence. Les personnes qui vivent de la déforestation subissent déjà les effets de ce monde plus chaud et plus extrême. La restauration des forêts leur permettrait de retrouver un climat plus habitable.

Lire aussi:  COMMUNIQUÉ DE PRESSE : iSpring, premier producteur mondial d'outils d'apprentissage en ligne, participe à Expoelearning 2022

Le refroidissement des forêts est dû à un certain nombre d’effets biophysiques. L’étude révèle que toutes les forêts émettent des substances chimiques appelées composés organiques volatils (COV) biogènes.

D’une part, les COV créent des aérosols qui réfléchissent l’énergie entrante et forment des nuages, deux effets de refroidissement. D’autre part, ils provoquent une accumulation d’ozone et de méthane, deux gaz à effet de serre. C’est un effet de réchauffement. Dans l’ensemble, le refroidissement l’emporte sur le réchauffement.

Ces composés chimiques complexes émis par les forêts représentent une nouvelle frontière dans notre compréhension de la manière dont les forêts maintiennent la planète fraîche de près et de loin.

D’autres aspects des forêts qui leur permettent de minimiser la sécheresse associée à la chaleur extrême sont leurs racines profondes, leur grande efficacité d’utilisation de l’eau et leur grande « rugosité » de surface. Ces qualités permettent aux arbres de dissiper la chaleur et de transférer l’humidité dans l’atmosphère, ce qui refroidit directement la zone locale et influence la formation des nuages et les précipitations, qui a des ramifications sur de grandes distances.

« La recherche montre de plus en plus clairement que les forêts sont encore plus complexes qu’on ne le pensait auparavant. Lorsque nous les abattons, nous constatons des effets dévastateurs sur notre climat, notre approvisionnement alimentaire et notre vie quotidienne. Les avantages de garder les forêts intactes sont clairs. Il est impératif que nous donnions la priorité à leur protection« , prévient Wayne Walker, directeur du programme sur le carbone du Woodwell Climate Research Center et l’un des coauteurs de l’étude.

Le rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), récemment publié, a mis en garde contre les conséquences, l’adaptation et la vulnérabilité auxquelles l’homme est confronté avec la hausse des températures.

Cette nouvelle étude suggère désormais que la protection des forêts, importante tant pour l’atténuation que pour l’adaptation, nous protège de certaines des pires catastrophes climatiques. Et elle montre que les forêts fournissent un refroidissement local pendant les périodes les plus chaudes de l’année dans le monde entier, améliorer la résilience des villes, des terres agricoles et des zones de conservation. Sous les tropiques, où les stocks de carbone forestier et les taux de piégeage sont plus élevés, les effets biophysiques des forêts amplifient les bénéfices du carbone.

Article précédentLes Peugeot 2008 et Opel Corsa « made in Spain » figurent parmi les dix voitures les plus vendues en Europe en février.
Article suivantLe Joker grotesque de Batman montre son visage dans une scène supprimée d’Arkham (VIDEO)