Accueil Divertissements Le procès de celui qui n’a fait que lutter !.. À propos...

Le procès de celui qui n’a fait que lutter !.. À propos de la nouvelle pièce « Mon besoin de Krini » entre Hassan Najmi et Ajel Abdel-Ilah

422
0

Nous vivons aujourd’hui et maintenant dans une phase corrective à plusieurs niveaux après la révélation et la chute de tous les masques et illusions, et la destruction de tous les murs qui cachaient ce qu’il y avait derrière et au-delà d’eux ; J’ai ouvert plusieurs dossiers « pour qu’on ne tourne pas la page du passé tant qu’on ne l’a pas lue » ; Par conséquent, l’étape est décrite comme l’écriture de l’histoire nouvelle, révisée et plus du Maroc rénové. Ainsi, une certaine créativité marocaine, ou plutôt un type de créativité, est impliquée dans cette étape, puis le théâtre à son tour contribue à discuter des questions de l’histoire des luttes au Maroc, et voici la pièce « My Need in Krini », qui a été écrit pour le théâtre par le poète, écrivain et chercheur en patrimoine Hassan Najmi, avec son sens critique, ses questionnements, ses projections scéniques et son bouleversement. Ses problèmes, qui sont discutés dans plusieurs séances parallèles et d’évaluation, et qui se retrouvent entre les plis de plusieurs dossiers à voix basse et dans le respect des conditions de compilation et d’investigation habituellement pratiquées par l’historien, qui prend une distance avec les événements en afin de les perturber, de les reconstruire et d’exposer leur essence… Peut-être le Rapport pentecôtiste sur le développement du Maroc, auquel a contribué l’esprit sociologique et anthropologique, nous a-t-il amené à entrer dans l’étape de la réconciliation et de l’ouverture, et en pleine Le Printemps arabe, nous avons atteint le stade de la nouvelle constitution de 2011, et avec le millénaire, nous avons atteint le stade du nouveau modèle de développement. Par conséquent, l’étape actuelle nécessite un rapport sur les années cinquante de la lutte marocaine et sur ce qui a suivi et ce qui a suivi.

Lire aussi:  Batman a supprimé les scènes avec Superman et Wonder Woman.

La lutte n’a été, à aucun moment, au cours d’aucune expérience ou à aucune étape, limitée à un groupe ou à un autre ; Ce n’est donc pas un loyer ni une marchandise dans les enchères publicitaires et promotionnelles, et donc la lutte n’est pas un certificat ISO pour ceux qui se disent opposants ou sont qualifiés par leurs opposants de dissidents, tout comme l’opposition n’est pas positionnée dans l’autre rangée. qui s’oppose aux partis, à l’État, au gouvernement, ou plutôt aux camarades, et c’est le dernier type. Avec le plus grand agacement, à travers ces variations dans les manifestations de la position, du caractère et de la qualité de l’opposition, notre histoire marocaine moderne est lue depuis la scène du Mouvement National et de l’Armée de Libération jusqu’à l’enracinement, le mérite et le radicalisme et la naissance des partis dans Le Maroc et ses références et affiliations continentales et idéologiques jusqu’aux générations successives qui ont émergé du giron de l’opposition à l’opposition, qui à son tour s’est reproduit jusqu’à ce que chaque faction ait une opposition et chaque opposition ait un adversaire, et que chacun devienne l’adversaire de tous.

La pièce « My Need in Krini », ou Le procès de l’homme qui n’a fait que lutter et a été assassiné par la déception, s’inscrit dans cette approche projective et déductive, par sa narration et sa vision scénographique diversifiée et expressive menée par Muhammad Al-Mahjoubi, sa mise en scène entrepris par le metteur en scène et dramaturge Ajel Abdel-Ilah, et l’ingéniosité de son diagnostic mené par la compétente actrice Nojoom. Al-Zahra et l’actrice Raja Latifeen, accompagnées des personnages du créateur Ajel Abdel-Ilah et Saeed Sharaga, et son expression musicale par le créateur Fattah Al-Nakadi, et une équipe artistique et technique qui a dirigé la pièce depuis son aspect visuel et scénique côté. Nous avons animé le premier spectacle dimanche soir 24 septembre 2023, au Théâtre Benmsik de Casablanca, en présence de la presse. Et les médias, les critiques et les gens d’art en général, à travers la divulgation artistique, littéraire et biographique de l’histoire de la lutte, d’un aspect de la lutte marocaine qui s’interroge ici et maintenant, comme s’il voulait poser la question : est-ce que le L’histoire de notre lutte est-elle une illusion ou une illusion qui nous cachait d’autres faits ?!.. Le passé tout entier de notre lutte était-il sacré ? !..Comment honorer une scène en toute impartialité, fierté et ouverture ?!..

Lire aussi:  Les fans de Friends outrés par la censure chinoise : "C'est la profanation d'un classique".

La pièce nous met devant le procès de l’épouse du combattant de la liberté arabe, pour son mari qui a combattu seulement, la nuit de sa mort. Nous avons entendu parler de la biographie d’une scène, ou plutôt d’une biographie compilée d’un groupe d’hommes de scène, dont certains étaient effectivement morts, dont certains attendaient, et certains d’entre eux avaient été assassinés par déception et dont le corps était transporté parmi le peuple. L’épouse nous a raconté la biographie de ce combattant. Qui a passé sa vie fidèle à ses principes et est mort seul, oublié et négligé. Ses compagnons funéraires sur le chemin de lutte n’étaient pas présents, et le théâtre a pris soin de lui et l’a élevé comme témoin et témoignage de fierté parmi le peuple.

Suivre : Ahmed Tanish

Marrakech, 2023-09-27 18:27:28 (Maroc-Actu) –

Article précédentRabat Marriott obtient la prestigieuse certification « Know Your Meal »
Article suivantLancement de l’initiative « Future Skills for All » en coopération avec « Coursera » dans neuf pays arabes