Accueil Divertissements Le tournant Farajwi du théâtre marocain et la question du changement

Le tournant Farajwi du théâtre marocain et la question du changement

177
0

Le théâtre marocain a fait de grands progrès vers de nouveaux horizons pionniers, en essayant de suivre le rythme du développement théâtral mondial, et il convient de noter ici qu’il existe des formes pré-théâtrales, qui sont considérées comme des manifestations artistiques originales au cours desquelles une rencontre directe se déroule entre l’interprète et le spectateur, dans une atmosphère basée sur les rituels du jeu, de l’improvisation et du rire. En investissant dans le fonds culturel et populaire de l’interprète, qui repose avant tout sur la narration d’événements et d’histoires, en plus d’investir dans les prouesses vocales et gestuelles, nous parlons de formes connues de tous, telles que : « Le Cercle », « Le Tapis », « Sayyid al-Katafi », « Le Sultan al-Talaba », « Le Conteur »…
Même si le théâtre marocain avant l’indépendance ne reposait pas sur une pratique fondée sur de nouvelles méthodes artistiques, il a néanmoins su s’imposer comme un théâtre efficace. comment ? Par son insistance à soulever des questions importantes, comme la question de la communication, comme le soulignent certains écrits traitant de la situation du public, la question du langage, sur laquelle de nombreux débats ont eu lieu, puis la question de la critique théâtrale .

Le tournant du théâtre marocain

Personne ne doute que le théâtre marocain ait aujourd’hui connu une avancée qualitative à tous les niveaux, car nous sommes confrontés à un ensemble de méthodes et de moyens différents et nouveaux pour créer du spectacle théâtral. Si cela indique quelque chose, c’est que le théâtre marocain est toujours dynamique et a la capacité de transcender et de renouveler ses mécanismes de fonctionnement. . C’est parce qu’il a traversé les ponts de l’établissement et de l’enracinement, basés sur un ensemble de développements technologiques et scientifiques, dans un effort pour suivre le rythme de la culture occidentale et de la recherche de soi.
Aujourd’hui, nous assistons dans le domaine artistique en général et dans le domaine théâtral en particulier à l’émergence d’un groupe de nouvelles innovations théâtrales, alors qu’une nouvelle vague de jeunes metteurs en scène a émergé parmi les diplômés de l’Institut supérieur d’art théâtral et de revitalisation culturelle, qui , depuis sa création par le ministère de la Culture en 1985, a constitué un tournant important dans le parcours du théâtre marocain. Des metteurs en scène qui ont brisé les chaînes de la tradition et libéré leur créativité théâtrale. Cette vague a représenté un tournant pour la création théâtrale marocaine, et ce tournant est évident dans « les œuvres théâtrales présentées par les nouvelles générations qui reflètent des sensibilités esthétiques différentes, qui ont fait sortir l’ensemble de la scène théâtrale de l’influence de ce qu’on appelait la « mettre en scène le théâtre » Théâtre de la mise en scène, c’est-à-dire ce théâtre. Dans lequel le metteur en scène part d’une expérience textuelle pour y fonder sa mise en scène d’une représentation théâtrale, vers une pratique ouverte à tous les possibles, de production et de réception, imprégnée de nouveaux médias et techniques, en plus d’être centrée sur le jeu de l’acteur et son savoir-faire pour apprivoiser son corps selon le rôle qui lui est assigné, pour devenir un processus de création de spectacle. Il crée ce qu’on appelle le « théâtre de performance ».

Le tournant médiatique du théâtre marocain

Le thème des médias techniques au théâtre s’est imposé ces dernières années, notamment avec la demande croissante des metteurs en scène marocains d’utiliser les technologies modernes dans les représentations théâtrales. Il est donc difficile de surmonter le développement technologique et l’ampleur de l’impact des technologies médiatiques sur le théâtre. Ces expériences qui fonctionnent dans cette nouvelle tendance ne peuvent qu’être d’accord avec ce que soutenait Khaled Amin lorsqu’il soulignait que « le théâtre est un média élargi qui présente d’autres médias ». Il s’agit d’une médiation qui, selon Khaled Amin, est considérée comme une médiation capable d’absorber divers autres médias et d’interagir avec eux. Le spectacle théâtral a donc ouvert ses portes au travail numérique qui nécessite une esthétique médiatique qui enrichit et s’ajoute au reste de l’esthétique théâtrale traditionnelle habituelle.
La pratique théâtrale marocaine à l’heure actuelle a connu de profondes transformations représentées dans son interaction avec les médias et la révolution numérique, car elle est parvenue à contrôler la production et la réception de nombreuses représentations théâtrales contemporaines, avec une dramaturgie visuelle et des effets numériques rarement soumis. au texte dramatique. Ce processus médiatique remet en question les langages descriptifs, et nécessite de pousser le public à expérimenter l’abîme de la représentation en évoquant un certain média dans un autre média.
Les représentations théâtrales arabes en général, et marocaines en particulier, révèlent l’étendue de l’intérêt des metteurs en scène pour l’emploi de la technologie dans leurs représentations, car elles – les représentations – se caractérisent par être dominées par une esthétique médiatique, difficilement comparable et sujette à spectacles traditionnels. Le processus de « l’intertextualité médiatique jette le public dans l’abîme de l’existence intermédiaire, ou ce que J. Dr. Poulter et R. Deux brochures appellent « représenter un média dans un autre média ». En plus de confirmer le pari de la médialité dans le théâtre contemporain, cela démontre clairement la tendance du théâtre contemporain vers le simulacre. Il semble que les manifestations des médias au théâtre apparaissent dans l’entrelacement de performances directes et médiatisées, ainsi que dans le démantèlement de la hiérarchie des formes lorsque les dents numériques envahissent le champ du spectacle théâtral.
Le thème des médias techniques au théâtre est devenu imposant ces dernières années, notamment avec la demande croissante des metteurs en scène marocains et arabes d’utiliser les technologies modernes dans les représentations théâtrales. Il est donc difficile d’ignorer l’évolution technologique et l’ampleur de l’impact des technologies médiatiques sur le théâtre, car « les nouveaux langages du multimédia, notamment le cyberespace en 2007. Le domaine de l’art théâtral renouvelle non seulement les formes de représentation, mais aussi les l’expérience esthétique elle-même. L’adoption par l’art théâtral de la technologie moderne est un facteur décisif dans le renouvellement de l’expérience esthétique.
Ce tournant joyeux est le résultat de l’interaction positive des dramaturges marocains avec diverses expériences théâtrales occidentales, dont la préoccupation a toujours été la recherche de mécanismes pour renouveler et développer le phénomène théâtral. Cette interaction qui s’est produite entre les dramaturges marocains et les expériences et théories occidentales les a fait adhérer au principe de l’innovation à tous les niveaux, dont le plus marquant est peut-être la manière de traiter le corps de l’acteur, car on ne voit plus de représentations théâtrales dans lesquelles le le corps de l’acteur est chargé de vêtements, d’accessoires, etc., mais au contraire, il a une apparence esthétique sur scène.
Les metteurs en scène marocains se concentrent davantage sur l’élément corporel que sur d’autres éléments, ce qui leur a permis d’établir une vision de mise en scène basée sur l’espace vide dans lequel le corps de l’acteur devient maître de la scène, car il est le point d’appui de la représentation théâtrale et avec lui le corps de l’acteur. direction artistique, sur laquelle les réalisateurs s’appuient désormais.
L’ouverture de la génération des metteurs en scène marocains aux théories et tendances théâtrales occidentales modernes, ni au niveau de la mise en scène ni au niveau du jeu des acteurs, les a exposés à un ensemble de formes et de formules différentes associées à la pratique du travail théâtral, ainsi qu’à un groupe de nouveaux concepts et techniques. La plus importante de ces applications, comme nous l’avons mentionné précédemment, est peut-être le recours aux médias numériques en plus du corps de l’acteur.

Lire aussi:  Itzan Escamilla, Mariana Gómez et Óscar Jaenada seront les vedettes de Midnight Family, la première série en espagnol d'Apple TV+.

Par exemple, sceller

Les innovations théâtrales marocaines modernes ont accordé une grande attention au corps, après qu’il ait été presque marginalisé pour diverses considérations, religieuses et morales… Ainsi, de nombreuses représentations théâtrales marocaines ont eu recours à l’investissement dans le corps selon différentes visions et en employant une esthétique artistique qui diffèrent d’un réalisateur à l’autre, notamment les jeunes réalisateurs comme Amine Nassour. , Muhammad Al-Harr, Latifa Ahrar, Abdelmajid Al-Hawas, Asmaa Houri, Naima Zitan, Amin Gawada, Amin Al-Sahel… Ces créateurs mettent le théâtre marocain sur la bonne voie, et ce qui le confirme peut-être, c’est leur sacre en les plus grandes fêtes nationales et arabes. La créativité de ces metteurs en scène a tenté de restituer l’importance et le rôle du corps, avec ses aspects négatifs et positifs, dans le discours théâtral marocain, et de révéler son efficacité en tant qu’identité culturelle, après que l’autorité de la parole ait dominé le spectacle. La vague de jeunes metteurs en scène n’était pas loin de là, souhaitant, à travers leurs performances, établir un nouveau discours théâtral sur le corps, contraire à ce qui était conventionnellement connu, et le diffuser au destinataire au sein de la représentation théâtrale.
Cette nouvelle vague d’auteurs marocains s’inscrit dans ce que l’on peut appeler « la nouvelle prise de conscience de l’horizon dans lequel s’est engagé le théâtre marocain » à travers son interprétation de l’acte théâtral comme un spectacle performatif ouvert à diverses techniques et supports qui fait du texte écrit uniquement un moyens de construire le spectacle théâtral. Cette dernière est devenue soumise à des contrôles techniques et à des sensibilités esthétiques.

Lire aussi:  Daniel Radcliffe confie qu'il était gêné d'être Harry Potter

Notes de bas de page

> Hassan Yousfi, du théâtre de mise en scène au théâtre de performance, une lecture des nouvelles expériences théâtrales maghrébines, publications de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Université Ibn Zohr, Agadir, avril 2017.
> Hassan Yousfi, Théâtre marocain : Introductions à l’histoire, à la documentation et à l’archivage, Publications du Centre international d’études sur le spectacle, 1ère édition, 2015.
> Khaled Amin, Muhammad Saif : Dramaturgie de l’œuvre théâtrale et du spectateur, publications du Centre international d’étude du spectacle, 1ère édition, 2014.
> Abdel Wahed Azri, Structures et tendances du théâtre marocain, Maison d’édition Toubkal, première édition 1998.
> Muhammad Bahjaji, Théâtre au Maroc, L’Horizon de la question, Lectures en critique et créativité, Publications du Centre international d’études du spectacle, Première édition 2022.
> Muhammad Zaytan, The Vaginal Turn and the Question of Culture, publications du Centre international d’études vulgaires, première édition 2021.

Marrakech, 2024-03-26 18:00:30 (Maroc-Actu) –

Article précédentAnnonce du changement de nom de Concentrix + Webhelp en Concentrix
Article suivantLancement d’un appel à projets dans le domaine de l’agriculture écologique