Accueil Economie L’échec du gouvernement pousse les salariés et salariés du secteur agricole à...

L’échec du gouvernement pousse les salariés et salariés du secteur agricole à se mettre en grève

232
0

Il est prévu que les travailleurs du secteur agricole se mettent en grève le jeudi 14 mars, pour protester contre ce qui a été décrit comme un dialogue stérile et ignorant les revendications des salariés et des salariés.
Dans ce contexte, Badr Arish, secrétaire général de l’Université nationale du secteur agricole, affiliée au Syndicat marocain du travail, a expliqué que l’appel à la grève de son syndicat intervient en réaction aux résultats du dialogue avec le syndicat. Ministre de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural, des Eaux et Forêts, que le syndicat considère sans le niveau des attentes des travailleurs.
Arish a ajouté, dans une déclaration à Bayan Today, qu’après le dialogue, il a été constaté que le ministre continuait de ne pas répondre sérieusement à la plupart des revendications fondamentales et urgentes des travailleurs avec toutes ses composantes du secteur, et même à son mépris pour les tensions sociales dont ces derniers sont conscients face au manque de ressources humaines, à la rareté et à la détérioration des moyens de travail et aux charges croissantes. Sur les ouvriers.
Le responsable syndical a critiqué ce qu’il a appelé l’adoption de méthodes détournées et les vagues promesses du ministre concernant les revendications des travailleurs, mentionnant, entre elles, le projet de statut des bureaux régionaux d’investissement agricole, la structuration des bureaux régionaux d’investissement agricole, bureaux de développement agricole et rural, et le projet de loi portant création de l’institution d’entreprise sociale pour le gouvernorat immobilier, en complément du système. L’exigence de base pour les utilisateurs de l’Office National de Sécurité Sanitaire et des Produits Alimentaires, dont a parlé la même source, stagne malgré l’accord à ce sujet.
Il a tenu la même source pour responsable de ce qu’il a qualifié d’entrave à la solution de la plupart des dossiers, dans un mépris sans précédent des revendications des travailleurs du secteur, envers le ministre de l’Agriculture, le ministre délégué chargé du budget et le Premier ministre. .
L’Université Nationale du Secteur Agricole appelle, selon un rapport dont Bayan a reçu aujourd’hui copie, à approuver une augmentation générale des salaires des employés et employés d’au moins 2.000 dirhams par mois, à mettre en œuvre l’indexation des salaires. salaires et d’accélérer la ratification immédiate de la loi fondamentale des offices régionaux d’investissement agricole sous la forme convenue. Avec le ministère de l’Agriculture sans le lier à des restructurations.
La même source appelle également à accélérer la procédure d’approbation du système de base pour les employés de l’Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires sur la base du projet convenu avec l’université, et à modifier les lois fondamentales du reste des institutions publiques. affiliées au secteur, afin d’améliorer les conditions de leurs employés, hommes et femmes, ainsi que d’accélérer la promulgation de la loi fondamentale de l’entreprise. Services sociaux pour les usagers de l’Agence Nationale de la Conservation Immobilière, du Cadastre et de la Cartographie,
Répondre aux demandes particulières des femmes du secteur agricole, tout en activant l’engagement du Ministère à réaliser l’égalité en matière d’indemnisation forfaitaire pour les déplacements entre les employés de l’Office National de Concertation Agricole et des Offices Régionaux d’Investissement Agricole avec le reste des employés et employés de le Ministère de l’Agriculture.
Non seulement cela, mais les revendications syndicales comprenaient également « la fin des souffrances des travailleurs agricoles victimes de l’échec des partenariats avec le secteur privé et la publication d’un décret global qui examine les étapes et les moyens pour parvenir à l’égalité entre le « SMIG » ​​et le « SMIG ». « SMAG » d’ici 2028, mettant fin aux tragédies du transfert des travailleurs agricoles, hommes et femmes, et liant le soutien public aux agriculteurs à la mise en œuvre du droit du travail et à la conclusion de conventions collectives de travail », selon la même source qui a appelé à l’ouverture d’un dialogue avec l’université. sur les conditions et les revendications des agriculteurs, et sur le respect des libertés syndicales et du droit constitutionnel de grève.

Lire aussi:  Les entrepreneurs appellent à activer des mécanismes de consultation avec les autorités gouvernementales pour améliorer la performance des secteurs productifs

Marrakech, 2024-03-05 18:50:32 (Maroc-Actu) –

Article précédentOPPO a annoncé son centre d’intelligence artificielle et l’arrivée de fonctionnalités d’intelligence artificielle générative dans la série Reno
Article suivantUne délégation de l’Organisation Arabe de Développement Administratif explore les opportunités d’investissement dans la région Casablanca-Settat