Accueil Divertissements L’enfance dans le cinéma marocain – bayanealyaoume

L’enfance dans le cinéma marocain – bayanealyaoume

189
0

Va-t-on parler de l’enfant au cinéma ou du cinéma de l’enfant ? On sait que les grands cinéastes ont accordé à l’enfant une place importante dans leurs œuvres. C’est depuis l’enfance du cinéma, c’est-à-dire depuis qu’il était muet,
Un exemple très significatif et constructif : Kid Le tape de Charlie Chaplin, mettant en vedette un enfant. Et la bande porte un titre à l’enfant et sans cet enfant la bande s’évanouit. C’était en 1921. Il y a des enfants dont les noms sont devenus des symboles du monde de l’enfant, et chacun d’eux voit que l’enfant est plus facile à gérer devant la caméra que l’adulte.
Tant qu’on est au Maroc, on a le droit de parler de l’enfant dans le cinéma national. Son existence – c’est-à-dire l’enfant – a commencé dès le début. C’était dans la bande « The Disobedient Son » de Muhammad Asfour en 1944.
Et si l’enfant dans la plupart des bandes représente une étape de la vie du héros dans la bande grâce à la technique du flashback, il y a des bandes qui font de lui le pôle du moulin. Elle peut être déduite de la première partie, c’est-à-dire l’image du héros dans son enfance, par exemple, non exclusivement par la bande du soleil printanier de Latif Lahlou, et le tatouage d’Hamid Bennani.
« L’enfance violée » de Hakim Al-Nouri.
Cependant, il y a des bandes que j’ai dites, qui ont donné à l’enfant un espace plus grand s’étendant du début de la bande à sa fin. Par exemple, le film « Min Al-Wad Laheyah » de Muhammad Al-Abazi. Et le film phénomène « Ali Zawa » de Nabil Ayouch, qui reste l’exemple le plus marquant du cinéma enfantin dans notre pays. C’est un film d’un style particulier qui montre la vie des enfants d’un style particulier, et les rôles des enfants d’un style particulier, sont leurs rôles dans la vie. La chose qui les a rendus convaincants d’une manière qui ne diffère pas de deux.
Il existe une autre bande dans laquelle le héros n’a pas grandi et est resté enfant jusqu’à la fin, la bande « Majid » de Naseem al-Abbasi, l’histoire de deux enfants voyageant sur les chemins de la vie vers un destin inéluctable qu’ils n’ont pas volonté de.
Il y a aussi des courts métrages sur l’enfant dans lesquels l’enfant joue son rôle. Restons dans le long métrage et citons par exemple le rôle de l’enfant dans « Mille mois » de Fawzi bin Al-Saeedi et l’enfant éblouissant dans la cassette « Jawk Al-Ameen » de Muhammad Muftaker.
Après ce très bref tour d’horizon, car le sujet demande une étude approfondie et pourquoi pas des recherches pour obtenir une licence et même un master, parlons même un peu du cinéma enfantin. La première chose qui vient à l’esprit à cet égard est bien sûr les bandes d’animation. Cependant, le cinéma de l’enfant en tant que destinataire et client des vitrines reste limité. La plupart des émissions des enfants passent par la télévision. La chose la plus importante qui profite aux enfants sur le plan cinématographique est de les élever dans l’analphabétisme visuel. Le truc qui va permettre au septième art de gagner une audience active et un investissement pour les jours à venir.
Nous savons tous que la réalité de la situation nous présente trois types de cinéma qu’un enfant peut regarder : un cinéma pour l’enfant. Un cinéma sur l’enfant, et un cinéma que l’enfant peut voir même si ce n’est pas pour lui et pour lui.
Ce qui nous concerne ici, c’est le cinéma de l’enfant, car il est nécessaire de créer des espaces qui lui permettent d’assurer une prise en charge éducative lors du visionnage d’un film qui a été surveillé pour lui. Ces espaces ouvriraient un dialogue entre les générations, échangeraient des savoirs et formeraient à l’analyse de l’histoire puis de l’image.
Ces espaces existent-ils ?
La réponse est oui de façon limitée, mais ils existent, je veux dire des espaces.
Un exemple pour ceux qui comprennent que l’enfant d’aujourd’hui est l’homme de demain et a droit à un monde spécial qui tient compte de sa sensibilité, on le prend d’un pays voisin… l’Espagne. En Espagne, il existe des salles spécialement préparées pour les enfants, à Malacca, Almeria, Cadix, Las Palmas, Séville, Madrid, Viscaya, etc.
Ces salles interdisent l’accès à un adulte s’il n’est pas accompagné d’un enfant de moins de 13 ans.
Même les sièges où les tendances de l’enfant étaient prises en compte.
L’enfant aime les couleurs. Les chaises sont colorées au goût de l’enfant et appartiennent à une série portant le nom « Yelmo ». Elle se rend compte qu’il est difficile pour un enfant de regarder une cassette pendant une heure et demie sans perdre sa concentration. Pour tenir compte de la préservation de sa concentration, elle a aménagé un petit espace de jeux dans lequel l’enfant peut s’amuser pendant un quart d’heure avant le début du spectacle, puis le spectacle s’arrête au milieu de celui-ci pour que le les enfants peuvent se reposer après avoir regardé puis retourner dans l’espace de jeu à leur guise pendant encore un quart d’heure avant de continuer à regarder.
Avant le spectacle, un animateur spécialisé leur apporte de la joie et les invite à s’amuser afin qu’ils puissent profiter de l’offre qui les attend.
Est-ce qu’un tel phénomène existe chez nous au Maroc, et nous savons et sommes conscients de ce dont souffre le cinéma adulte et les salles qui diminuent successivement ?
La réponse est oui.
Il y a un signe qui a besoin d’être développé.
A Sidi Moumen à Casablanca, il y a le centre culturel « Nojoum » qui organise des spectacles pour enfants tous les dimanches matin gratuitement. Les enfants ne doivent pas être âgés de plus de 12 ans.
Ils vont au centre et regardent des films qui les font se réjouir de la semaine prochaine.
Cette initiative est la création de l’« Association Rencontre Méditerranéenne Cinéma et Droits de l’Homme ». L’objectif est de consolider les droits humains de l’enfant à travers le cinéma.
D’où vient ce centre ? Le romancier et peintre « Mahi Binbeen » a écrit le roman « Les étoiles de Sidi Moumen ». Ensuite, Nabil Ayouch a terminé une cassette sur ce roman, qu’il a intitulé « Les chevaux de Dieu ».
La graine est là.
Ce qui doit être fructueux au profit de nos enfants, c’est-à-dire au profit du Maghreb de demain.

Lire aussi:  Hommage à l'actrice Mona Fatto et au réalisateur Jerome Cohen au Festival international du film de Dakhla

Écrit par : Muhammad Soof

Marrakech, 2022-10-20 18:52:49 (Maroc-Actu) –

Article précédentSage Group acquiert Spherics
Article suivantAir Ocean Maroc sacrée meilleure compagnie aérienne privée en Afrique