Accueil Economie Les biscuits OREO « non halal » envahissent les supermarchés et les grandes surfaces...

Les biscuits OREO « non halal » envahissent les supermarchés et les grandes surfaces au Maroc

1212
0

Le premier biscuit au monde « OREO », avec ses deux variétés (fabriqué par Mondelez Maroc à Ain Sebaa, fabriqué en Espagne et importé par la même société), envahit les marchés marocains, y compris les grandes surfaces.

Après que la société produisant « OREO », en mai 2019, ait rapidement supprimé un tweet sur Twitter, qui déclarait : « Oreo n’est pas halal. Merci pour votre message. » Cela lui a causé une crise sans précédent, après quoi elle a publié une communication explicative rassurant les musulmans, soulignant que les produits qui sont distribués au Moyen-Orient et dans tous les pays arabes sont « halal », tandis que ceux distribués aux États-Unis et au Canada contiennent de l’alcool. ; Il a expliqué que le produit, qui est distribué – au moins – dans la région arabe, est fabriqué dans les usines de l’entreprise à Dammam, dans l’est de l’Arabie saoudite, chez Nabisco Arabia Co. Ltd., (après cette crise) aujourd’hui, l’entreprise réaffirme sur son site officiel, comme le journal Bayan l’a vu aujourd’hui, que le produit « Oreo » n’est pas halal.

Après la vague d’enquêtes et de questions qui ont fait surface sur les réseaux sociaux en fin de semaine dernière, à savoir si Oreo commercialisé en marocain est halal ou non, après ce que l’entreprise a annoncé sur son site officiel, je suis allé à « Bayan Al-Youm », un certain nombre de petits magasins et de grandes façades, pour afficher les informations. Etiqueté sur la couverture du produit qui est commercialisé sur le marché marocain, notamment le lieu de fabrication, et il en résulte à l’intérieur d’une des grandes façades, que les étagères à biscuits contiennent deux types de biscuits concernés.

Les grandes façades et tous les magasins, tels qu’ils ont été inspectés, affichent une variété de biscuits Oreo qui sont fabriqués par Mondelez Maroc, dans la région d’Ain Sebaa de la capitale économique, Casablanca. 2,12,389, tandis que les grandes façades et très peu de magasins affichent la deuxième classe, qui est fabriquée en Espagne.

Quant au deuxième type fabriqué en Espagne – une usine qui n’est pas concernée par la notification de l’entreprise en 2019 où le produit non halal est fabriqué – qui à son tour ne porte pas la marque « UNSA », elle est étiquetée par le fabricant en six différentes langues, à l’exclusion de l’arabe, ce qui signifie qu’il ne s’adresse pas à la région arabe. En général ou musulmans en particulier, notant qu’une étiquette extérieure contenant l’adresse arabe a été apposée sur l’emballage du produit par la société importatrice au Maroc.

Lire aussi:  Les aéroports marocains.. plus de 18 millions de passagers jusqu'à fin novembre 2022

Usine en Espagne Usine au Maroc

Il est à noter que la deuxième variété importée d’Espagne diffère par sa composition et sa forme du produit fabriqué au Maroc, et il convient également de noter que pendant de nombreuses années, elle n’a été commercialisée que dans certains magasins des villes du nord – elle est entrée en contrebande – avant qu’il ne commence à être commercialisé récemment peu à peu parmi les magasins de quartier, Et maintenant dans les grandes façades, ce qui pose la question de savoir si ce produit, qui a commencé à être commercialisé dans le reste des villes et des grandes façades, entre dans un façon légitime ou non.

**********

Al-Kharati : Il y a de la contrebande ou de l’indifférence, et on s’interroge sur un rôle « ONSSA« 

Dans ce contexte, Bouazza Al-Kharati, président de l’Université nationale pour la protection des consommateurs, a déclaré que cette polémique porte sur le produit connu sous le nom de « Bisquid Oreo », et parce que l’Association de protection des consommateurs du quartier Est a posé une question à l’entreprise et le la réponse était que ce produit n’est pas halal, donc nous, en tant qu’université marocaine, protégeons les droits Le consommateur se demande quel est le rôle de l’ONSSA dans cette catastrophe, et quel est également le rôle du ministère des Awqaf dans cette catastrophe.

Al-Kharati a ajouté dans une déclaration au journal Bayan Al-Youm qu’en tant que consommateurs, ils attendent la réponse du ministère des Awqaf et des affaires islamiques pour leur fournir des informations, si ce produit peut être consommé ou non, et clarifier si il est importé pour les non-musulmans, ajoutant: « Surtout on en trouve deux types sur le marché, le premier est la production marocaine. » A Ain El Sabaa Casablanca, sa couleur est différente de celle importée d’Espagne, et nous les trouvons également sur le marché ensemble, mais sans la marque de contrôle et de licence « ONSA », et ce n’est pas permis, tout comme « ONSSA » interdit le l’importation de toute denrée alimentaire comprenant un produit ou une substance interdite par la loi islamique, notamment dans l’école maliki sunnite.

Lire aussi:  Le Forum des investisseurs souverains africains s'achève à Rabat

Al-Kharati a souligné que chaque magasin de production alimentaire doit avoir une licence sanitaire ou une accréditation sanitaire, et tout magasin de stockage en vrac nécessite également une licence sanitaire, ajoutant : « Mais nous constatons que ce produit n’a pas de licence « UNSA », et donc nous pouvons le considérer comme un revenu. Indirectement par la contrebande, ou qu’il y ait indifférence, et on sait que le contrôle se fait en trois étapes, la première étape se fait par le suivi des dossiers accompagnant le produit, et le deuxième contrôle est le contrôle par prélèvement, c’est-à-dire qu’on s’assure de ce qui est écrit dans les documents s’il correspond à ce qui est écrit sur la couverture, et la troisième étape, c’est quand on soupçonne, on a recours au laboratoire.

Al-Kharati a demandé : « Dans ce cas, est-il nécessaire de recourir au laboratoire, ou les produits qui sont importés au Maroc doivent-ils être accompagnés d’un certificat halal ou marqués d’une marque halal », expliquant : « Plusieurs pays adoptent cette matière . L’Indonésie, par exemple, n’entre dans aucune substance à moins qu’elle n’ait été classée comme halal, nous espérons donc que le Maroc légiférera une loi autorisant l’entrée de produits halal uniquement, et qu’elle sera mise en œuvre au niveau des douanes, et les magasins seront informés afin qu’ils n’importent que des produits halal.

Abdel Samad Edeniden

Marrakech, 2022-12-25 18:49:37 (Maroc-Actu) –

Article précédentLe film « Habiba » met en lumière les côtés obscurs de la pandémie de Corona
Article suivantXiaomi publie son livre blanc sur la propriété industrielle