Accueil L'International Les États-Unis estiment que la levée de l’état d’urgence en Éthiopie est...

Les États-Unis estiment que la levée de l’état d’urgence en Éthiopie est une « nouvelle étape importante » vers la résolution de la guerre.

566
0

Demande la libération de « toutes les personnes arrêtées ou détenues sans inculpation ».

Marrakech, 16 févr. (Maroc-Actu) –

Le gouvernement américain a applaudi la décision du parlement éthiopien de mettre fin à l’état d’urgence dans le pays, estimant qu’il s’agit d’une « autre étape importante » pour « ouvrir la voie à une résolution pacifique du conflit ».

« Nous demandons que cette décision soit immédiatement suivie de la libération de toutes les personnes arrêtées ou détenues sans charge dans le cadre de l’état d’urgence », a déclaré le secrétaire d’État américain Ned Price, qui a souligné que cela « facilitera un dialogue national inclusif et productif ».

Les États-Unis continuent de s’engager auprès de toutes les parties en vue d’une cessation immédiate des hostilités, d’un accès humanitaire sans restriction, d’enquêtes transparentes sur tous les abus et violations des droits de l’homme, et d’une solution négociée au conflit », a-t-il déclaré.

Lire aussi:  Macron prévient Poutine que l'escalade des tensions en Ukraine est "incompatible" avec un "dialogue sincère".

L’état d’urgence a été déclaré en novembre 2021 en raison de l’avancée des forces du Front populaire de libération du Tigré (TPLF) vers la capitale, Addis-Abeba, dans le cadre du conflit qui a éclaté en novembre 2020 dans la région du Tigré. Depuis lors, des milliers de personnes ont été arrêtées, la plupart des Tigréens, pour leurs liens présumés avec le TPLF.

Les autorités éthiopiennes ont annoncé le 24 décembre qu’elles ne feraient pas de nouvelles avancées contre le TPLF dans le Tigré, après une offensive menée les semaines précédentes qui a permis au gouvernement de reprendre le territoire contrôlé par le groupe dans les régions Amhara et Afar.

Lire aussi:  L'Ukraine appelle l'UE à progresser vers une intégration "rapide" dans l'UE

Le conflit en Éthiopie a éclaté en novembre 2020 à la suite d’une attaque du TPLF contre la principale base de l’armée à Mekelle, après quoi le Premier ministre Abiy Ahmed a ordonné une offensive contre le groupe après des mois de tensions politiques et administratives.

Le TPLF accuse Abiy d’attiser les tensions depuis son arrivée au pouvoir en avril 2018, lorsqu’il est devenu le premier Oromo à prendre ses fonctions. Jusqu’alors, le TPLF était la force dominante au sein de la coalition au pouvoir en Éthiopie depuis 1991, le Front démocratique révolutionnaire du peuple éthiopien (EPRDF), fondé sur des critères ethniques. Le groupe s’est opposé aux réformes d’Abiy, qu’il considère comme une tentative de saper son influence.

Article précédentFord Almussafes modifie à nouveau le calendrier ERTE en raison de l’instabilité des approvisionnements.
Article suivantLes recettes de la taxe d’immatriculation ont baissé de 2 % en janvier malgré la récente augmentation de la taxe.