Accueil Divertissements Les étudiants excellent dans l’interprétation de scènes de théâtre classique et moderne

Les étudiants excellent dans l’interprétation de scènes de théâtre classique et moderne

391
0

A l’original, humainement et artistiquement : Muhammad Sitili

Récemment, j’ai dû assister et accompagner un mariage théâtralisé, avec tout le sens et le sens du mot, qui a duré quatre jours dans la salle d’exposition du complexe culturel Sidi Belyout, au centre-ville de Casablanca.
Les héros de ce carnaval artistique, des jeunes hommes obsédés par le père des arts, sont des élèves des deux départements de théâtre arabe et français, aux niveaux du deuxième intermédiaire, du premier et du premier supérieur, et du deuxième supérieur, en les instituts des groupements urbains, dans les différents quartiers économiques de la capitale.
Les élèves étaient présents pour présenter des scènes de théâtre classique en langue arabe, puis des scènes modernes en langue vernaculaire. Le concours du premier jour avait pour but d’obtenir la première médaille, pour les deuxièmes élèves intermédiaires, qui ont passé cinq années d’études. Le deuxième jour était pour les étudiants du premier enseignement supérieur, qui ont passé six années d’études, avec l’intention de concourir pour la première place. Le troisième jour, les élèves du deuxième cycle supérieur, qui sont en dernière année à l’institut, se sont rendus sur la scène du Théâtre Sidi Belyout, afin de remporter le premier prix. Au vu du petit nombre d’élèves qui poursuivent leurs études théâtrales en langue Molière, ils se sont vu attribuer le quatrième et dernier jour, afin de concourir pour les mêmes diplômes : la première médaille, la première approche et le premier prix, et sous les mêmes conditions antérieures, c’est-à-dire en réalisant deux scènes, la première classique et la seconde moderne.
Malgré le peu de temps accordé à ces scènes, interprétées par des élèves, qui sont parfois des monologues, elles ont contribué au plaisir du public qui aimait cette couleur artistique, et je ne cache pas que j’en fais partie. .
Il y a une note qui s’impose, liée à l’effort tangible fait par la plupart de ces élèves, pour imiter les caractères qu’ils interprètent, en s’appuyant sur une récitation qui respecte – pour la plupart – les règles de prononciation et les sorties de lettres, puis en passant par les genoux patiemment et avec confiance, notamment dans les rôles classiques, que Vêtements et accessoires ont contribué à rapprocher de ces personnalités réincarnées, et dans ce contexte, on ne peut passer sous silence le rôle essentiel joué par le personnel enseignant de l’enseignement technique, dans la formation, l’encadrement et la préparer ces jeunes énergies, pour entrer dans l’arène artistique, et y inscrire leurs noms, avec compétence et distinction .
Pour en revenir à l’ambiance de compétition, il est bon de signaler quelques-uns des manquements qui ont entaché le processus de choix des rôles relevés par certains, notamment dans la partie moderne, dans laquelle l’élève est censé mettre en avant les deux côtés de la légèreté et du plaisir. , qu’ils ont, ou doivent répéter, à un rythme élevé et rapide. Et en même temps, bon pour les conversations. Dans cet aspect, il est nécessaire de rappeler certains de nos représentants pionniers, qui ont excellé dans ce type de diagnostic, et pour le rendre plus clair, certains des candidats, ont considérablement excellé dans leurs rôles classiques, et lorsqu’ils sont passés au moderne, cela ne leur a pas ajouté grand-chose, car il se rapprochait du premier, la différence est seulement , dans le dialogue en dialecte au lieu de la langue arabe, et c’est une note – cependant – qui n’enlève rien à l’importance et à la valeur de ce qui se présentait au-dessus de la scène du théâtre de Sidi Belyout, lors de ces soirées dont la dernière était la conclusion de la conclusion, au vrai sens du terme. Au cours de laquelle, la plupart des élèves du théâtre français ont démontré leurs talons hauts, la présence équilibrée sur scène et le diagnostic théâtral, dans le bon respect de toutes ses règles.
Il est naturel que ces personnes soient à ce niveau, si celui qui leur enseigne est la présence de professeurs de théâtre dans la langue de Molière, le professeur Muhammad Al-Hasani Al-Alami, des mains duquel de nombreux groupes d’actrices et d’acteurs sont diplômés, et qui est célèbre dans la communauté artistique sous le nom de « Musio Al-Alami ».
J’étais très heureux et j’ai également remercié les circonstances, qui m’ont permis de suivre plus facilement les matchs de théâtre de cette saison, après de nombreuses années d’absence de sa présence, alors je l’ai considéré comme un mariage artistique, qui a duré quatre jours, j’étais intoxiqué par son atmosphère qui voyageait avec moi et me sortait de la pression du temps et du travail, et me purifiait psychologiquement de toute énergie négative, certains m’ont vacciné, volontairement ou non, c’est la même chose.
L’une des raisons de ce bonheur est que cette courte pause d’acteur m’a ramené pendant des décennies, pendant lesquelles j’ai également été étudiant au département de théâtre arabe, dans la salle n°8, sous la direction de l’artiste et professeur Bouchaib Al-Tali. , Que Dieu le bénisse. – Pour le Théâtre Municipal de la rue Royal Army : Contrairement à toutes les opinions diffusées et populaires, par mes followers et ceux qui les ont suivis, que le niveau des élèves a baissé et régressé, même si moi aussi, parfois, j’accompagne les propriétaires de cet avis, sans conviction, juste pour éviter d’entrer dans des labyrinthes, ce qu’on appelle le conflit générationnel, et c’est quelque chose qui se produit dans divers domaines, et ce n’est pas seulement artistique. Hier il y avait des énergies, silencieusement – plus tard – fortement nommées dans la scène artistique, quand elle a trouvé quelqu’un pour lui prendre la main, la diriger et la soutenir. La même chose se passe aujourd’hui, il y a des projets d’actrices et d’acteurs, qui auront une liaison dans le futur, s’ils existent aujourd’hui. Ce sont aussi eux qui les soutiennent et les soutiennent.
Ces talents artistiques prometteurs sont répartis entre les instituts qui couvrent le sol de toutes les provinces de Casablanca, qui sont administrativement affiliés à l’Institut de la rue de Paris, sous la tutelle des professeurs et administrateurs de cet institut. Médecins chercheurs et spécialistes des affaires littéraires et artistiques, puis artistes et artistes émérites, en plus des professeurs de théâtre, tant en arabe qu’en français.

Lire aussi:  Des DJ de renommée mondiale et des stars de la musique électronique se réunissent à l'Abarset, à Grandvalira.

Marrakech, 2022-07-18 19:51:24 (Maroc-Actu) –

Article précédentL’ouverture de la première succursale des restaurants Dunkin’ dans la ville de Casablanca
Article suivantHuawei lance le HUAWEI nova Y70 au Maroc