Accueil Economie Les pays à faible revenu ressentent l’impact de la guerre en Ukraine

Les pays à faible revenu ressentent l’impact de la guerre en Ukraine

186
0

Il est bien connu que l’invasion russe de l’Ukraine a causé des problèmes d’approvisionnement alimentaire dans le monde, mais si les pays occidentaux devraient être en mesure de trouver des produits de base alternatifs ou de nouvelles sources d’approvisionnement, ce n’est pas toujours une option pour les pays plus pauvres.

Et les experts préviennent que cette situation pourrait avoir des conséquences désastreuses.

La semaine dernière, le Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations unies a publié des estimations sur l’augmentation de la « faim aiguë » due au conflit en Ukraine. Deux scénarios ont été établis : un pour la fin du conflit au cours du mois prochain, et un autre si la guerre se poursuit au-delà du mois d’avril. Dans les 81 pays où le PAM intervient, le programme estime que 33 millions de personnes supplémentaires seraient touchées par la faim aiguë dans le premier scénario, ou 47 millions de personnes supplémentaires dans le second. Selon le PAM, il y avait déjà 276 millions de personnes touchées par la faim aiguë avant le début du conflit en Ukraine.

La Russie et l’Ukraine comptent parmi les plus importants producteurs de produits agricoles au monde. Selon l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), en 2021, la Russie ou l’Ukraine (ou les deux) figuraient parmi les trois premiers exportateurs mondiaux de blé, de maïs, de colza, de graines de tournesol et d’huile de tournesol. La Russie était également le premier exportateur mondial d’engrais azotés, le deuxième fournisseur d’engrais potassiques et le troisième exportateur d’engrais phosphorés.

« Les deux pays sont des exportateurs nets de produits agricoles de base et jouent un rôle de premier plan dans l’approvisionnement des marchés mondiaux de produits alimentaires et d’engrais, où l’offre exportable est souvent concentrée dans une poignée de pays », note la FAO. « Cette concentration pourrait rendre ces marchés plus vulnérables aux chocs et à la volatilité.

Joseph Glauber et David Laborde, chercheurs principaux à l’Institut international de recherche sur les politiques alimentaires (IFPRI), basé à Washington DC, sont d’accord. Dans un document publié au début du conflit, ils déclarent : « L’invasion de l’Ukraine par la Russie perturbera davantage les marchés mondiaux, aura des conséquences négatives sur les approvisionnements mondiaux en céréales à court terme et, en perturbant les marchés du gaz naturel et des engrais, aura des répercussions négatives pour les producteurs à l’aube d’une nouvelle saison de plantation.

« Cela pourrait faire grimper l’inflation déjà élevée des prix alimentaires et avoir de graves conséquences pour les pays importateurs nets de denrées alimentaires à faible revenu, dont beaucoup ont vu les taux de malnutrition augmenter ces dernières années face aux perturbations dues aux pandémies. »

Situation actuelle

La situation est différente en Ukraine et en Russie.

L’Ukraine étant une zone de guerre, sa capacité à récolter et à collecter à l’avenir sera pour le moins difficile.

Une préoccupation plus immédiate est la capacité de l’Ukraine à exporter des produits agricoles dont la récolte est déjà très difficile.

Les marchandises destinées à l’exportation sont confrontées à des défis logistiques extrêmes. Les principaux ports du pays sont bloqués et les routes, les chemins de fer et les gares ont été détruits ou gravement endommagés.

La semaine dernière, 1 100 wagons de train transportant des céréales seraient restés bloqués près du principal poste frontière avec la Pologne, dans l’ouest de l’Ukraine, dans l’impossibilité de transporter leur cargaison à l’étranger.

Il a été suggéré que l’important volume de marchandises devant trouver un itinéraire alternatif est à l’origine du blocage, exacerbé par des problèmes logistiques : les différences de largeur des voies ferrées utilisées par l’Ukraine et la Pologne. Avant la guerre, l’Ukraine exportait 98 % de ses céréales via la mer Noire, de sorte que ce problème ne s’était pas posé.

La Russie est un cas différent. La guerre ne se déroule pas sur son territoire mais, selon l’IFPRI, « les exportations russes sont gravement entravées par l’absence de trafic maritime en mer Noire, les problèmes de paiement liés aux sanctions internationales et les restrictions à l’exportation appliquées par la Russie elle-même ».

Moscou, pour sa part, a déclaré qu’elle prévoyait de restreindre les exportations d’huile de tournesol et a imposé une interdiction sur les expéditions de graines de tournesol afin de réduire la pression sur les prix intérieurs.

Quels sont les pays les plus exposés ?

Le problème est double. L’offre de matières premières clés et de leurs dérivés a été fortement restreinte, ce qui a entraîné une hausse des prix.

La FAO a révélé la semaine dernière que les prix mondiaux des produits alimentaires de base ont atteint leur plus haut niveau jamais enregistré en mars, la guerre en Ukraine générant des perturbations sur les marchés des céréales et de l’huile végétale.

Les pays les plus pauvres risquent de faire les frais de cette menace d’approvisionnement limité et de flambée des prix.

Les statistiques fournies par Comtrade révèlent qu’au cours de la période 2016-2020, les principaux marchés de l’Ukraine pour les exportations de blé et de maïs étaient (dans l’ordre) l’Égypte, l’Indonésie, le Bangladesh, les Philippines et le Maroc, tandis que pour les exportations russes des mêmes produits, il s’agissait de l’Égypte, de la Turquie, du Bangladesh, du Soudan et du Nigeria.

Selon la FAO, six pays d’Afrique occidentale importent 30 à 50 % de leur blé de Russie et d’Ukraine,

Amira Freyer-Elgendy, analyste au sein de la société de recherche et d’analyse GlobalData basée à Londres – société mère de Just Food – détaille les nations qu’elle considère comme vulnérables. « L’Égypte, qui est un marché d’importation clé, a tenté de lutter contre la pression exercée sur les prix du pain local et les pressions exercées sur les revenus disponibles en fixant le prix du pain non subventionné. L’Irak, la Syrie, le Liban et le Yémen risquent de souffrir parce que leurs infrastructures sont relativement plus faibles. Il existe un risque réel de famine pour certains d’entre eux, étant donné les niveaux déjà élevés d’insécurité alimentaire.

À l’IFPRI, M. Laborde regarde dans la même direction. Il déclare à Just Food : « Les pays d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient sont les plus vulnérables en raison de leur forte consommation de blé et de leur grande dépendance à l’égard des importations, notamment de la mer Noire.

« Le niveau exact de vulnérabilité dépend beaucoup des conditions préalables existantes en termes de stabilité politique, de solidité macroéconomique et d’absence d’insécurité alimentaire.

« Ensuite, il y a certains pays de la Corne de l’Afrique, la Somalie, ou de l’Afrique de l’Ouest, comme le Nigéria, qui dépendent des importations de blé pour des besoins spécifiques et qui devront faire face à des degrés d’ajustement variables en fonction de leur résilience.

« Des pays comme le Bangladesh vont également se retrouver dans une situation difficile, avec des prix alimentaires plus élevés, des prix des engrais plus élevés – pour leurs propres agriculteurs et des coûts supplémentaires pour le gouvernement pour les subventionner. »

Quelles sont les options ?

En cas de pénurie d’approvisionnement, les pays les plus pauvres risquent également d’être touchés par une surenchère.

La course à la position a déjà commencé. Fin mars, il est apparu que l’Inde avait contracté 45 000 tonnes d’huile de tournesol russe à un prix record pour une livraison en avril, alors que les prix de l’huile comestible sur le marché local ont grimpé en flèche à la suite de l’arrêt des livraisons de l’Ukraine rivale.

David Jackson, directeur du groupe de recherche agroalimentaire LMC International, appelle cette situation « détournement de commerce ».

Il déclare : « Cette huile de tournesol russe n’a pas été créée de toutes pièces, l’Inde l’a simplement achetée à une autre destination, qui devra maintenant trouver sa propre alternative. »

Entre-temps, au moment de la rédaction du présent document, une délégation égyptienne devait se rendre en Inde pour faciliter les importations de blé dans le cadre des efforts visant à sécuriser les approvisionnements.

M. Jackson ajoute : « Vous pouvez détourner les échanges en payant plus que ce que les autres sont prêts à payer, mais cela ne fait que leur laisser moins, vous volez donc Pierre pour payer Paul. »

M. Laborde de l’IFPRI indique quelques alternatives à court terme. « Grâce à la mondialisation des marchés, nous avons plus de possibilités de trouver des fournisseurs alternatifs aujourd’hui qu’il y a 40 ans », dit-il. « En particulier, le fait d’avoir de grands producteurs à la fois dans l’hémisphère sud et dans l’hémisphère nord offre plus d’options, mais aussi la possibilité pour les agriculteurs du monde entier de modifier leurs décisions de plantation à un moment différent.

« Pour l’instant, l’offre actuelle de blé est constituée des récoltes de l’été dernier aux États-Unis et dans l’Union européenne, des récoltes de la fin de l’année dernière dans certains pays ayant d’importantes récoltes de blé de printemps – comme le Canada et les États-Unis – ou des récoltes « d’hiver » récoltées pendant l’été local en Argentine ou en Australie.

« A ce jour, ce sont les pays qui pourraient faire face à la pénurie de blé, à part l’Inde. L’Argentine et l’Inde ont eu des récoltes particulièrement bonnes récemment, de sorte qu’elles ont un excédent commercial. Néanmoins, ces opportunités pourraient être limitées par des réponses politiques locales peu judicieuses, notamment les restrictions à l’exportation de l’Argentine.

« Globalement, il pourrait être difficile de remplacer tout le blé manquant de la mer Noire, mais les choses pourraient être gérables jusqu’à l’été. »

Préoccupations futures

« De grands « trous » se produiront si l’Ukraine n’est pas en mesure de faire face à la croissance de sa récolte de blé – par exemple, les applications d’engrais qui devraient normalement avoir lieu au printemps – et, pire encore, si les agriculteurs ne sont pas en mesure de récolter pendant l’été ou si les exportations sont entravées en raison d’infrastructures endommagées », explique M. Laborde.

« De même, si les exportations de la Russie chutent, ou si son secteur agricole est endommagé par la crise économique résultant de la guerre et des sanctions, la différence sera beaucoup plus importante. »

Quant aux fournisseurs alternatifs qui pourraient combler la future pénurie dans la région de la mer Noire, Mme Freyer-Elgendy de GlobalData déclare : « Les régions qui disposent de grandes quantités de ces alternatives sont susceptibles d’être très demandées : le Canada, l’Inde et l’UE ont de grands volumes de production de colza. L’Australie a bénéficié de précipitations supérieures à la moyenne cette année et s’attend donc à une récolte de blé record, contrairement à d’autres régions productrices de blé – les États-Unis et le Canada – qui ont été touchées par la sécheresse de l’année dernière.

Toutefois, les nations les plus pauvres, confrontées à des pénuries d’approvisionnement et à un manque de fonds pour concurrencer les nations plus riches sur un marché serré, pourraient devoir compter sur l’aide pour surmonter la crise.

Qu Dongyu, directeur général de la FAO, a laissé entendre la semaine dernière qu’il était encore possible d’éviter une crise alimentaire mondiale de l’ampleur de celle de 2008. Dans un discours prononcé lors de la 169ème session du Conseil de la FAO, convoquée pour discuter de l’impact de la guerre en Ukraine sur la sécurité alimentaire mondiale, M. Qu a souligné l’importance de maintenir le fonctionnement des chaînes d’approvisionnement mondiales et a mis en avant le travail de la FAO sur le terrain.

« Nous ne devons pas fermer notre système commercial mondial et les exportations ne doivent pas être limitées ou taxées », a-t-il déclaré.

Mais la FAO s’est efforcée d’avancer des propositions plus concrètes pour aider les pays les plus pauvres à surmonter la crise. Parmi celles-ci figure la mise en œuvre rapide d’une cartographie détaillée des sols, qui aidera les pays les plus vulnérables à utiliser efficacement les engrais.

Le collègue de Qu, Maximo Torero, économiste en chef de la FAO, explique à Just Food que le soutien financier devra également venir. « Il s’agira d’un mélange de subventions et de prêts », précise-t-il.

Selon M. Torero, la FAO élabore actuellement des plans pour aider les pays à faire face aux prix des denrées alimentaires. Son « mécanisme d’allocation » sera basé sur le niveau de revenu d’un pays et sa dépendance aux importations.

« Il existe différents niveaux de vulnérabilité. Certains pays importent directement, mais d’autres sont indirectement touchés par la hausse des prix, comme le Mozambique et le Bénin », explique-t-il.

Mais même en bénéficiant de cette aide financière, ils n’obtiennent pas forcément les fournitures dont ils ont besoin.

Dans un bilan sombre, M. Torero ajoute :  » Il sera impossible pour les autres pays de couvrir les dépenses de l’Union européenne. [supply] écart si les deux pays [Ukraine and Russia] ne produisent pas l’année prochaine.

« J’espère que ce n’est pas le cas. »

Pour en savoir plus sur la couverture par Just Food de la manière dont le conflit affecte l’industrie alimentaire, visitez notre microsite dédié..

GlobalData, la société mère de Just Food, fournit une analyse continue de l’impact de la guerre sur tous les secteurs d’activité..

Sociétés apparentées


Marrakech, 2022-04-13 09:52:15 (Maroc-Actu) –

Lire aussi:  Le directeur général des douanes marocaines fait allusion à la possibilité d'ouvrir les douanes à Ceuta et Melilla occupées
Article précédentUkraine – L’ONU nomme un médiateur pour négocier un « cessez-le-feu humanitaire » en Ukraine
Article suivantCe sont des volets de dépenses de plus de 300 millions de dirhams pour soutenir les professionnels du transport