Accueil Economie Les prix du poulet refusent de baisser et les vendeurs se plaignent...

Les prix du poulet refusent de baisser et les vendeurs se plaignent du pouvoir des courtiers

157
0

Les prix du poulet sur les marchés marocains exaspèrent toujours les citoyens, dont le pouvoir d’achat ne peut supporter le niveau atteint par un kilogramme de viande blanche, fixé à 19 à 20 dirhams.
La réponse des vendeurs aux demandes marocaines n’est pas différente. Ils admettent qu’il n’y a aucune justification raisonnable à la montée en flèche du prix du poulet tant que l’offre est abondante, à l’exception de certains facteurs nouveaux tels que les prix élevés des aliments pour animaux, qui, selon eux, ne peuvent justifier la marge de profit extra large imposée par les grandes spéculateurs et courtiers. Pire encore, ces courtiers drainent le marché des poussins pour imposer leur pouvoir, et influencer l’offre et la demande.
Les vendeurs, que j’ai contactés, s’accordent à l’unanimité pour que l’augmentation réelle ne dépasse pas un dirham, appelant les autorités à intervenir afin de préserver une substance devenue le seul refuge de la classe pauvre épuisée par les hausses successives de la reste des matières premières de consommation.

Mustafa Al-Salki

Photographie : Ahmed Aqil Makaw

Lire aussi:  La Banque mondiale accorde au Maroc un prêt de 350 millions de dollars pour soutenir l'économie bleue

Marrakech, 2022-05-31 19:45:22 (Maroc-Actu) –

Article précédentHonda dévoile une voiture familiale pratique et économique
Article suivantOrganisation de la 17ème édition du salon marocain de l’immobilier « SMAP Emo 2022 » à Paris