Accueil Economie Les répercussions économiques du conflit russo-ukrainien sur l’Afrique et le Maroc

Les répercussions économiques du conflit russo-ukrainien sur l’Afrique et le Maroc

284
0

Alors que l’économie mondiale se remettait de la crise du « Covid-19 » et de l’inflation des prix, le conflit russo-ukrainien a aggravé la situation concernant la crise économique en Afrique. Un centre de recherche analyse les répercussions économiques de cette guerre sur l’Afrique et le Maroc. Le Policy Center for the New South note dans une récente note d’analyse que l’invasion russe de l’Ukraine aura des répercussions importantes sur les économies africaine et marocaine. C’est un « mauvais moment » pour l’Afrique, qui se remet à peine de la crise du Covid-19 et des tendances inflationnistes mondiales.

La situation était mauvaise bien avant la guerre

Les perspectives économiques de l’Afrique n’étaient déjà pas favorables avant l’invasion russe de l’Ukraine, car l’Afrique reste très vulnérable à l’épidémie, selon la Banque mondiale. Les revenus par habitant dans la plupart des pays africains resteront inférieurs aux niveaux d’avant la pandémie, au moins jusqu’en 2023, explique le Policy Center for the South. L’inflation moyenne, selon le think tank, a atteint 5,1% en rythme annuel fin 2021. L’Afrique, notamment l’Afrique du Nord, sera particulièrement touchée par la hausse des prix alimentaires, et les denrées alimentaires représentent près de 40% du budget des ménages en plusieurs pays. . Les niveaux de pauvreté, mesurés à 1,90 dollar par jour, sont passés de 34 % avant la pandémie à 39 %, selon les Perspectives économiques en Afrique 2021. Selon le classement de la Banque africaine de développement, 43 pays africains importateurs d’énergie souffrent également indirectement des prix élevés du charbon, du gaz et du pétrole. , augmentant les coûts de production des engrais et des nutriments à forte intensité énergétique.

Impact économique mondial

Bien qu’il soit difficile de prédire l’impact économique exact du conflit actuel, le rapport indique que cette guerre nuira à l’économie mondiale en général. Avec raison, les deux parties au conflit jouent un rôle majeur dans les secteurs mondiaux de l’énergie, de l’alimentation et des engrais. La Russie joue un rôle central sur les marchés de l’énergie : ses exportations représentent environ 11 % et 9 %, respectivement, des importations mondiales de pétrole et de gaz. Il représente également 5% des importations mondiales de céréales et 24% des importations de blé. De plus, les exportations russes d’huile de tournesol sont également essentielles pour le marché mondial, représentant 23 % des importations mondiales de ce produit. La Russie est également le plus grand fournisseur d’engrais au monde et l’un des plus grands fournisseurs de métaux, dont le palladium, le nickel et l’aluminium. L’Ukraine monopolise 6,7 % des importations mondiales d’huiles végétales et 6 % des céréales.

Lire aussi:  "Masi Index" monte à la Bourse de Casablanca

Le conflit pourrait coûter au Maroc 2% du revenu national

Sur le plan économique, le conflit russo-ukrainien se fera durement sentir au Maroc, où le royaume est une source d’énergie et de nourriture. Selon l’analyse du Centre des « Politiques pour le Nouveau Sud », « la guerre russo-ukrainienne aura des effets économiques « importants » sur le Maroc, à court et à long terme ». Le rapport indique que le Maroc est un pays à revenu intermédiaire de la tranche inférieure qui importe plus de 90 % de son énergie et la moitié de ses besoins en céréales, et fait partie des pays africains les plus exposés à la crise actuelle. Le groupe de réflexion marocain a déclaré que « les prix élevés du pétrole et des denrées alimentaires exacerberont le déficit budgétaire élevé du Maroc, estimé à 6,5 % du PIB cette année, car le gaz butane est subventionné. Des prix plus élevés intensifieront également les pressions inflationnistes, comme dans le cas de l’essence et d’autres carburants libérés. Le même centre a déclaré : « L’un des secteurs qui pourraient être touchés par la crise ukrainienne est le secteur des légumes, des fruits et du poisson, en plus des exportations d’engrais, par exemple, qui représentent 4,5 % du PIB en 2019. La Russie est en concurrence sur les marchés européens. ; Alors que les exportations marocaines de fruits, de légumes et de poisson, qui représentent 2,6 % du PIB du Maroc, rivalisent avec les exportations européennes vers la Russie. Le Center for Policies for the New South a souligné que le Maroc est la plus grande économie africaine et risque de subir un choc négatif important de la guerre, car ses importations de pétrole, de gaz et de charbon représentaient 6,4 % du PIB en 2019, soit le double de celui de l’année dernière. L’Égypte et l’Afrique du Sud, qui sont également des sources d’énergie majeures. L’étude de recherche a déclaré que «le Maroc est un importateur majeur de céréales. Le coût d’importation des céréales en pourcentage du PIB était de 1,4 % en 2019 ; Mais étant donné la mauvaise récolte attendue en 2022, les importations pourraient être deux ou trois fois plus élevées qu’elles ne l’étaient en 2021. Cela signifie que l’impact pourrait coûter au Maroc entre 1 et 2 % du revenu national cette année.

Lire aussi:  L'intellectuel expatrié et l'intellectuel réticent - bayanealyaoume

Les pays exportateurs d’énergie profiteront du conflit

En Afrique, ce sont les pays exportateurs d’énergie qui profiteront le plus de la guerre actuelle, note le rapport du Policy Center for the South. Sur les 54 pays africains, 11 sont de grands exportateurs d’énergie et les autres sont des importateurs nets d’énergie ou sont presque autosuffisants, explique le groupe de réflexion. L’Algérie, l’Angola et le Nigéria sont les trois plus grands exportateurs d’énergie, tandis que l’Égypte et l’Afrique du Sud sont les deux plus proches de l’autosuffisance. Le Policy Center s’attend à ce que ces pays tirent des bénéfices significatifs des prix élevés du pétrole et du gaz enregistrés ces dernières semaines, même s’ils n’échapperont pas à la hausse des prix des denrées alimentaires car leurs économies restent dépendantes des importations mondiales de produits alimentaires.

Marrakech, 2022-03-06 19:48:55 (Maroc-Actu) –

Article précédentLa guerre ukraino-russe a un impact négatif sur l’économie mondiale
Article suivantLe Maroc promeut le secteur numérique et parie sur « Morocco Tech »