Accueil L'International Lopez Obrador demande à l’ambassadeur du Mexique en Espagne de « travailler dur »...

Lopez Obrador demande à l’ambassadeur du Mexique en Espagne de « travailler dur » pour « renforcer l’unité » des deux pays

925
0

Début février, le président mexicain a proposé une « pause » dans les relations bilatérales.

Marrakech, 23 Mar. (Maroc-Actu) –

Le président mexicain Andrés Manuel López Obrador a demandé à l’ambassadeur du Mexique en Espagne, Quirino Ordaz, de « travailler dur » pour « renforcer l’unité » entre les deux pays, après que le président a proposé une « pause » dans les relations bilatérales.

Par le biais de son compte Twitter, M. Ordaz a précisé que, lors d’une rencontre avec le président mexicain, ce dernier lui a également demandé de « renforcer la promotion des investissements » entre les deux pays.

S’adressant à la presse, l’ambassadeur, qui a finalement reçu le feu vert du gouvernement espagnol fin février, a déclaré que la rencontre avec M. Lopez Obrador avait duré un peu plus d’une heure et qu’il se rendrait à Madrid pour commencer à travailler « dans les prochains jours ».

Lire aussi:  Ukraine - M. Biden réaffirme qu'une "confrontation directe" entre la Russie et l'OTAN déclencherait une "troisième guerre mondiale".

M. Ordaz a déclaré que le dirigeant mexicain lui avait demandé de « travailler beaucoup sur l’unité, entre le peuple espagnol et le peuple mexicain » et a indiqué qu' »il lui semble que c’est une bonne opportunité » pour « renforcer, travailler très dur, promouvoir beaucoup d’investissements » et « continuer à renforcer la relation culturelle ».

« C’est vraiment un lien historique que nous avons, très grand, très large avec l’Espagne, plus de 500 ans, et je pense que nous devons continuer à chercher cela, en travaillant main dans la main », a-t-il déclaré, selon le journal mexicain « Milenio ».

Le Sénat mexicain a ratifié la nomination de M. Ordaz le 8 mars, achevant ainsi le processus de nomination, qui avait traîné en longueur en raison d’un retard dans l’octroi du certificat. Il y a eu des spéculations selon lesquelles le retard dans l’approbation de l’Espagne pourrait être dû à une sorte de représailles pour la position critique du président mexicain envers le passé colonial de l’Espagne.

Lire aussi:  L'OTAN offre à l'Ukraine un soutien "politique et pratique" face à la menace d'invasion russe

Les relations entre l’Espagne et le Mexique ont été secouées il y a un mois après que le président López Obrador a proposé une « pause » dans les relations bilatérales, dans une nouvelle impulsion sur l’Espagne.

Le président mexicain s’est montré très critique à l’égard de l’héritage colonial de l’Espagne, exigeant à plusieurs reprises que l’Espagne s’excuse pour cet héritage. À cet égard, il a envoyé au roi Felipe VI une lettre exigeant que « l’État espagnol reconnaisse sa responsabilité historique » pour les délits commis lors de la conquête et « présente les excuses ou les réparations politiques qui s’imposent ».

Le gouvernement a toujours minimisé les critiques, qu’il a même présentées comme faisant partie des « débats internes » du pays aztèque, mais il a également fait savoir qu’il ne s’excuserait pas pour le passé.

Article précédentVoici à quoi ressemble Sydney Sweeney dans le rôle de Spider-Gwen dans le spin-off de Spider-Man.
Article suivantMusk inaugure la gigafactory de Tesla à Berlin et livre les premiers modèles « made in Germany ».