Accueil Divertissements L’Université des ciné-clubs célèbre le réalisateur Saad Chraibi

L’Université des ciné-clubs célèbre le réalisateur Saad Chraibi

133
0

Les activités de la douzième session de l’Université du cinéma, qui seront organisées dans la ville de Kénitra du 7 au 10 décembre 2022, s’articulent autour du réalisateur Saad Chraibi et de son expérience cinématographique. Dans ce cadre, le programme de cette nouvelle session comprend, outre le concours des courts métrages, des ateliers de formation, et une conférence du penseur Mohamed Noureddine Avaya sur « l’écriture philosophique pour le cinéma » à l’occasion de la sortie de son nouveau livre  » Images de l’existence dans le cinéma et la philosophie », panorama de quelques longs métrages de Saad Chraibi (Femmes et femmes). Jawhara bint al-Habs, Thirst), une rencontre ouverte avec lui et une signature de son livre « Fragments of Cinematic Memory ».
Ce qui suit est un article connu sous le nom de Celebrated, édité par le chercheur Ahmed Sigelmasi pour le Catalogue du Festival :

Saad Chraibi.. Une des figures marquantes du cinéma et de sa culture au Maroc :

Le réalisateur autodidacte Saad Chraibi, né à Fès le 27 juin 1952, est considéré comme l’une des figures éminentes et actives de la culture cinématographique au Maroc, qui a grandi au sein du mouvement des clubs cinématographiques, où il a accumulé grâce à sa contribution à la création et à l’animation du Ciné-Club des Désirs à Casablanca, de 1973 à 1983, et à son entrée au bureau. Le directeur national de l’Université des ciné-clubs (Jawasim), une expérience théorique et pratique dans l’organisation d’associations, la gestion financière, l’analyse de films, l’activation de séances de discussion, l’écriture dans les journaux, etc. Ce qui a accru son efficacité, c’est son intelligence, son humilité, sa générosité, son amour illimité du savoir, sa capacité d’initiative, sa vision de l’avenir et sa profondeur humaine.


Ces qualités, couplées à sa grande passion pour le cinéma et sa culture, l’ont aidé à passer du côté consommateur des images des autres au côté producteur de ses propres images. Ainsi, il a travaillé comme assistant à la réalisation du film collectif « Les Cendres du Corral » (1976) et comme directeur de production pour le court métrage « Les Cent Jours de la Mamounia » (1977) réalisé par Mustafa Al-Derqawi, avant de réalise son premier film, « Boadil / De la vie d’un village » (1978), qui est un court métrage documentaire, suivi ensuite d’un court métrage de fiction intitulé « Mots et Expressions » (1980), et après cela avec le médium- long métrage « Absence » (1982), écrit, produit et réalisé par Soraya Gibran, Talented Returner et Muhammad Kafi.

Lire aussi:  Jared Leto révèle les vampires qui ont inspiré Morbius.


Après cela, il entre dans l’expérience du long métrage en 1991 en réalisant « Les Jours d’une vie ordinaire », qui seront suivis d’autres longs métrages, respectivement : « Femmes et femmes » (1998), « Soif » (2000) et « Jawhara Bint Al Habs » (2003). Et « Islam Oh Peace » (2007), « Women in Mirrors » (2010) et « The Three Memes, An Incomplete Story » (2019). En plus de ces films, il réalise quelques téléfilms et produit ou coordonne la production de quelques courts métrages.
Ce que l’on remarque des longs métrages de Saad Sharaibi, c’est que leurs sujets ne s’écartent pas de la plupart des trois thèmes de base imbriqués les uns dans les autres : le thème de la femme (son statut et sa relation avec les hommes dans différents contextes), le thème de l’amitié (la déception face à le présent et la nostalgie du passé), le thème de l’histoire récente (relations Dans la colonie française, les effets des événements du 11 septembre sur les relations entre l’Orient et l’Occident, le Maroc, les années de plomb).
Il est à noter que Saad Chraibi n’est pas seulement réalisateur de cinéma et de télévision, car sa profession principale est liée à la médecine et à sa diffusion, car il a suivi des cours universitaires à la faculté de médecine de Casablanca, et il a également suivi des cours de communication à la Université française de Vincennes au début des années soixante-dix du siècle dernier. Son implication dans la vie cinématographique marocaine en tant qu’amateur de cinéma et adepte de sa nouveauté, puis en tant que créateur et professionnel au sein de ses différentes chambres et structures, a fait de lui l’un des artisans de la politique cinématographique au Maroc à différentes étapes historiques grâce à son idées, perceptions, recommandations et force de proposition, et grâce à son combat aux côtés d’autres cinéastes pour améliorer les conditions de la pratique cinématographique au Maroc.
Tout au long de sa carrière cinématographique, il s’est battu et se bat toujours, depuis divers endroits, pour diffuser la culture cinématographique, organiser la profession, soutenir financièrement et moralement les associations et événements cinématographiques, encadrer des ateliers, animer des séminaires, des tables rondes, etc.
Début 2020, Saad Chraibi a publié un livre documentaire intitulé « Fragments from a Cinematic Memory », qui comprenait un échantillon de ses écrits et réflexions sur notre réalité cinématographique, le langage cinématographique et d’autres questions. Il a également inclus des données de l’histoire du cinéma et de ses scènes dans notre pays lorsqu’il a soulevé des questions liées aux festivals, à l’Université des ciné-clubs et au Centre du film marocain. Et la critique cinématographique marocaine… Deux livres collectifs ont été publiés à ce jour sur son expérience cinématographique : le premier a été publié par l’Association marocaine des critiques de cinéma en 2006, intitulé « L’expérience cinématographique de Saad Chraibi », et le second a été publié par l’Association Al-Qabas pour le cinéma et la culture à Errachidia en 2013 sous le titre « Cinema of Saad Chraibi.. Its Structures and Implications. » .

Lire aussi:  Réaction d'Idina Menzel (Frozen) à la vidéo bouleversante d'une jeune Ukrainienne chantant Let It Go dans un bunker.

Marrakech, 2022-12-05 18:34:13 (Maroc-Actu) –

Article précédentLa justice fiscale reportée sine die
Article suivantLancement d’une campagne pour encourager le paiement mobile et promouvoir la marque « MarocPay »