Accueil L'International Nicaragua : Les autorités nicaraguayennes ordonnent l’assignation à résidence de trois prisonniers...

Nicaragua : Les autorités nicaraguayennes ordonnent l’assignation à résidence de trois prisonniers de l’opposition « pour des raisons humanitaires ».

584
0

Marrakech, 19 févr. (Maroc-Actu) –

Les autorités nicaraguayennes ont annoncé l’octroi de l’assignation à résidence aux opposants emprisonnés Arturo Cruz, Francisco Aguirre Sacasa et José Pallais.

Le ministère public a indiqué qu’il avait demandé cette mesure « pour des raisons humanitaires » en raison de leur état de santé et l’autorité judiciaire a confirmé ce changement, selon un communiqué de l’entité elle-même.

« Le ministère public, en prenant connaissance de l’état de santé des personnes susmentionnées, pour des raisons d’humanité, a demandé à l’autorité judiciaire de modifier la mesure conservatoire de détention provisoire en assignation à résidence, ce qui a été autorisé par l’autorité correspondante », explique-t-il.

Les trois prisonniers, deux âgés de 68 ans et un de 77 ans, seront transférés de la prison de Chipote et envoyés en résidence surveillée avec garde à vue.

Lire aussi:  Le Premier ministre israélien s'entretient séparément avec Poutine et Zelenski.

La nouvelle a été rendue publique après qu’il a été signalé que Cruz et Pallais, tous deux âgés de 68 ans, présentaient de graves problèmes de santé pendant le procès qu’ils subissent. Le procès a tenu quatre séances jusqu’à vendredi et se poursuivra lundi.

Selon son avocat, Cruz présentait de possibles symptômes liés à la maladie de Parkinson, et Pallais s’est évanoui dans la salle d’audience. Un médecin était présent lors de la séance de vendredi en raison de la gravité des détenus. Aguirre Sacasa, 77 ans, a été déclaré coupable le 8 février.

Lire aussi:  Ukraine - Les autorités ukrainiennes vont ouvrir trois nouveaux corridors humanitaires dans la ville de Sumy.

Cette décision fait suite au décès en détention de l’ancien guérillero et leader de l’opposition Hugo Torres, qui est décédé samedi 12 février à l’âge de 73 ans, huit mois après avoir été arrêté et conduit à la prison d’El Chipote, où il purgeait une peine pour conspiration présumée contre le gouvernement du président Daniel Ortega.

Plusieurs organisations de défense des droits de l’homme ont dénoncé la « manipulation » du droit pénal et le « manque de garanties » dans les procès que le ministère public mène dans le pays, dans lesquels au moins 18 opposants ont déjà été reconnus coupables.

Article précédentLe costume de Natalie Portman en tant que Thor dans Amour et Tonnerre de Marvel a été dévoilé.
Article suivantThe Walking Dead saison 11 : le Commonwealth est-il vraiment tout ce qu’il est censé être ?