Accueil Divertissements « Salle de bain pour les familles »…un espace de travail et de révélation

« Salle de bain pour les familles »…un espace de travail et de révélation

368
0

Dans le cadre des activités de la quinzième session du Festival International du Théâtre et des Cultures organisé par la Fondation des Arts Vivants. Amazigh, une dimension créative distincte, et un développement dramatique et passionnant, pour le spectacle, accompagné d’autres actrices : Kholoud Batiwi, Fatima Boujo, Noura Qureshi, Sakina Al-Fadayli et Magda Zbeita.
Une œuvre théâtrale qui peut s’inscrire dans le cadre d’une comédie triste qui mêle regarder de manière divertissante, raconter et révéler la souffrance de la vie quotidienne.
Un groupe de femmes qui travaillent dur pour gagner leur vie dans une salle de bain moderne au service d’autres femmes qui vivent confortablement, une sorte de dévoilement de la dialectique du rapport entre maître et esclave dans le langage du philosophe Hegel. .
La salle de bain, ou plus exactement l’institut de beauté, selon le cours des événements, l’espace de recherche du moi perdu, pillé en présence d’autres personnes qui savent restituer le moi dont on lui a volé l’existence et l’être, dans la « salle de bain familiale ». Nietzsche s’est débarrassé de la fausseté de la réalité et des mensonges du langage vers le dévoilement et la franchise de l’angoisse de l’amour et du plaisir, et s’est amusé à danser et à chanter, jusqu’à révéler les baisers, les attouchements et l’extase avec des tremblements corporels.
Ce qu’il y a de beau dans cette œuvre théâtrale, c’est qu’elle célèbre la femme, tâtonnant ses sentiments intérieurs cachés qu’elle est obligée de cacher pour satisfaire la culture de la société, et aussi dans son travail et son travail dépossédé dans lequel elle perd son identité. , d’une femme en tant qu’être humain avec dignité à un moyen ou une machine forcée dans son dur labeur pour enlever la saleté, masser les pieds et porter des sacs Assouvir des désirs et tout faire pour rien.
C’est une équation difficile à laquelle la réalisatrice, Latifa Ahrar, avec son intelligence créative, a su trouver une solution en mêlant chant, danse, dialogue sensé et sobre sans blasphème ni tomber dans le tabou, et en surveillant les mondes de l’ardu et travail pénible des femmes. Le spectacle, dont moi, pensait que les représentations théâtrales nous permettraient, à nous spectateurs, d’entrer dans un monde spécifique aux femmes, ce qui n’est pas permis dans la réalité. Néanmoins, le spectacle nous a donné l’occasion de profiter de ce qui se passe sous la porte de l’abstinence, et nous avons vécu des moments de plaisir dans la performance diagnostique de personnages féminins semblables à nos mères, sœurs et filles. Et l’ouverture et la franchise Bmkonont soi et les désirs du corps inhibés.
« The Family Bath » est une œuvre théâtrale qui chevauche le simple dans tous ses éléments créatifs avec une vision metteur en scène qui s’adresse à l’esprit du spectateur en l’intégrant au cœur du problème des femmes, tout en agitant sa conscience avec des refoulements subconscients qui habitent son subconscient et explosent dans les manifestations et comportements quotidiens. Et la beauté de l’œuvre est qu’elle aborde deux dimensions qui s’excluent mutuellement :
Après la quarantaine due à la pandémie de Corona, qui a obligé le moi humain à s’isoler et à s’exclure et à retourner se confiner dans l’ego parfois douloureux en raison de la rupture de l’habituel et du familier, mais l’intelligence du réalisateur et la performance des actrices ont permis l’insertion des phrases et des situations linguistiques quand le texte et lui a donné une dimension actuelle acceptable.
La deuxième dimension est le bain des femmes en tant qu’espace spirituel et physique très privé et intime dans lequel les femmes se retirent complètement libres de tout et parfois même de leurs sous-vêtements sans barrières ni obstacles. spectacle théâtral, et le paradoxe réside dans le rassemblement social commun entre les moi. La querelle à la recherche d’un exutoire de salut, même dans une salle de bains ou un salon de beauté, et le psychique dans la divulgation des parties les plus intimes de l’âme et l’affliction flagrante du corps, cherchant à étancher la soif naturelle entre les sexes absents présents dans le travail théâtral.
L’œuvre théâtrale se distinguait par des dimensions scénographiques simples dans des fonds et des sièges blancs, et un manteau d’homme noir l’embrassant et des femmes à la recherche d’une chaleur manquante, des femmes rêveuses se rebellant contre une réalité malsaine et des lumières avec un sol jaune pour souligner des moments de plaisir et de beau rêve. avec des chants et des danses et une révélation triste et belle ensemble et la couleur rouge foncé et blanche révélant la Vérité, des maillots de bain et la jouissance du corps et aussi la brûlure du corps et de l’âme dans une jupe de travail comme symbole du labeur pour vivre..
Bien que le texte raconte l’époque de Corona, qui est devenue la règle du passé, qui n’est pas regrettée pour son émergence, la sophistication de la vision du réalisateur et la merveilleuse performance de diagnostic, en particulier par la créatrice Saadia Deeb et le reste de les autres actrices, ont donné à l’œuvre une dimension actuelle pour révéler la disparité de classe dans la formation sociale marocaine ; Et c’est la caractéristique des grands créateurs comme la merveilleuse Latifa, qui sont libres de gérer cette œuvre qui célèbre l’héritage amazigh, en plus de la touche du créateur, le scénographe Tariq Al-Reb, et du reste des membres de l’équipe technique. en meubler l’espace « salle de bain familiale » ou en portant les enfants de la salle de bain car ce sont des agents nettoyants pour les corps en attente de purification des esprits et des âmes, comme elle le dit La pièce est dans son dernier souffle.

Lire aussi:  Al Hoceima Theatre Club présente la première de sa nouvelle œuvre théâtrale "Takhrifen / Takhreef Duo"

Écrit par : Qassem Al-Ajlawi

Dramaturge et metteur en scène

Marrakech, 2022-06-23 19:37:23 (Maroc-Actu) –

Article précédentModric informe les responsables suédois sur le potentiel d’investissement du Maroc
Article suivantAl-Safa Bank lance la commercialisation de deux nouveaux produits d’assurance Takaful