Accueil L'International Ukraine – L’ONU estime à 520 000 le nombre de réfugiés du...

Ukraine – L’ONU estime à 520 000 le nombre de réfugiés du conflit en Ukraine

826
0

Marrakech, 1 Mar. (Maroc-Actu) –

Les Nations unies ont évalué lundi à environ 520 000 le nombre de réfugiés laissés pour compte par le conflit en Ukraine, soit le « plus grand exode en Europe » depuis la guerre des Balkans, et ont prévenu que ce nombre pourrait augmenter dans les prochains jours.

« Ce nombre augmente de manière exponentielle, heure par heure, littéralement, depuis jeudi. Je travaille sur les crises de réfugiés depuis près de 40 ans et j’ai rarement vu un exode de personnes aussi incroyablement rapide, certainement le plus important en Europe, depuis les guerres des Balkans », a déclaré Filippo Grandi, Haut Commissaire des Nations unies pour les réfugiés (HCR).

Il a précisé que plus de 280 000 migrants ont fui vers la Pologne, 94 000 autres ont migré vers l’Ukraine, près de 40 000 se trouvent actuellement en Moldavie, et 34 000 et 30 000 se trouvent respectivement en Roumanie et en Slovaquie.

« Je tiens à féliciter les gouvernements des pays d’accueil pour avoir permis aux réfugiés d’accéder à leur territoire. Le défi d’admettre et d’enregistrer, de répondre aux besoins et d’assurer la protection de ceux qui fuient est intimidant », a-t-il déclaré, selon un communiqué du HCR.

Il s’est dit préoccupé par la « probable nouvelle escalade du nombre d’arrivées ». « En cette période critique, il ne peut y avoir de discrimination à l’encontre d’une personne ou d’un groupe », a-t-il déclaré.

Lire aussi:  Le Panama demande aux États-Unis de revoir l'accord de libre-échange, dix ans après sa signature.

« Nous planifions actuellement, je répète, nous planifions, jusqu’à quatre millions de réfugiés dans les jours et les semaines à venir. Une augmentation aussi rapide constituerait une charge énorme pour les États d’accueil et mettrait certainement à rude épreuve les systèmes d’accueil et les ressources connexes », a-t-il ajouté.

Il a noté que, « alors que la sixième nuit d’angoisse s’abat une fois de plus sur l’Europe frappée par la guerre et que des millions de civils ukrainiens innocents se blottissent dans des bunkers », le Conseil de sécurité des Nations unies ne doit pas échouer, car si c’est le cas, « il sera trop tard pour tout le monde ».

« Laissez-moi vous dire, en tant qu’ancien travailleur humanitaire, quelle responsabilité vous avez de faire en sorte que la paix et la sécurité pour tous l’emportent finalement sur les luttes de pouvoir et les intérêts nationaux étroits », a-t-il conclu.

ESCALADE DES VIOLATIONS DES DROITS DE L’HOMME

Pour sa part, le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a souligné devant le Conseil de sécurité de l’ONU que « la propagation de la violence et des conflits dans le monde nie les droits de l’homme de millions de personnes ».

« L’escalade des opérations militaires de la Fédération de Russie en Ukraine conduit à une escalade des violations des droits de l’homme. Nous connaissons le résultat inévitable de la guerre : des victimes civiles, des femmes, des enfants et des hommes forcés de quitter leur foyer, la faim, la pauvreté et des perturbations économiques majeures », a déclaré M. Guterres.

Lire aussi:  Iran : trois morts après le crash d'un avion de chasse dans le nord-ouest du pays

En ce sens, il a expliqué que « le conflit est un déni total des droits de l’homme » et a rappelé qu’il a « toujours » appelé à la fin de « l’offensive » et au « retour sur la voie du dialogue et de la diplomatie », selon un communiqué de l’ONU.

« Dans le monde entier, nous devons mettre l’accent sur les droits des minorités de manière beaucoup plus précise et soutenue. J’exhorte les autorités des pays, de la Birmanie à l’Afghanistan, en passant par l’Éthiopie, à renforcer la protection des minorités et à respecter l’égalité des droits de tous leurs peuples », a-t-il déclaré.

M. Guterres a également noté que plus de 5 200 personnes sont mortes sur les routes migratoires en 2021 et a exigé que les politiques migratoires soient fondées « sur la coopération entre les États et le plein respect des droits et de la dignité de tous ».

« Les politiques d’asile et de migration hostiles, et la rhétorique xénophobe qui les accompagne souvent, menacent la vie des migrants et des réfugiés et font des hypocrites de ceux qui prétendent donner l’exemple en matière de droits de l’homme », a-t-il déclaré.

Article précédentLe 31e Congrès & Expo de Faconauto débute ce mercredi avec la présence du ministre Reyes Maroto
Article suivantBecquerel a découvert la radioactivité il y a 126 ans.