Accueil L'International Ukraine – Plus de 50 pays, dont l’Espagne, demandent à l’ONU de...

Ukraine – Plus de 50 pays, dont l’Espagne, demandent à l’ONU de protéger les journalistes en Ukraine

1182
0

Marrakech, Mar. 25. (Maroc-Actu) –

Plus de 50 pays, dont l’Espagne, ont signé une déclaration aux Nations unies pour mettre en garde contre le « grave danger » auquel sont confrontés les journalistes en Ukraine en raison de « l’invasion illégale » lancée par la Russie et ont rappelé que le droit international protège les professionnels des médias.

Les pays signataires ont assuré dans leur texte, publié vendredi, qu’il existe des rapports « vérifiés » d’attaques russes contre la presse, dans le cadre d’un conflit qui a déjà coûté la vie à au moins cinq professionnels.

Lire aussi:  Afghanistan - Le HCR déclare que l'Afghanistan "traverse une crise très grave" et que 24 millions de personnes ont besoin d'aide.

« La libre circulation d’informations indépendantes et précises est indispensable dans les situations de conflit », entre autres pour exposer toutes les conséquences pour la population de l’offensive militaire ordonnée par le président russe Vladimir Poutine, ont-ils souligné.

Ils ont également condamné les tentatives de Moscou de « faire taire » la presse indépendante, avec des blocages et des intimidations, y compris des menaces d’emprisonnement, et la fermeture des principaux réseaux sociaux, « sous le faux prétexte qu’ils diffusaient de fausses informations sur la guerre en Ukraine ».

Lire aussi:  Nicaragua/Espagne : le Nicaragua retire son ambassadeur en Espagne en raison de "pressions et de menaces d'ingérence".

« La liberté de la presse et le libre accès à l’information (…) est le seul moyen possible de vérifier et de témoigner des événements actuels en Ukraine », ont exigé les gouvernements, dont l’administration ukrainienne.

Article précédentM. Poutine se compare à J.K. Rowling et affirme que la Russie est également victime de la « culture de l’annulation » occidentale.
Article suivantM. Maroto affirme qu’après la gigafactory de Volkswagen à Sagunto, il y aura « d’autres projets ».