Accueil L'International Ukraine – Poutine impute la crise en Ukraine au non-respect des accords...

Ukraine – Poutine impute la crise en Ukraine au non-respect des accords de Minsk et affirme que ceux-ci « n’existent plus ».

516
0

Insiste pour que Kiev renonce à « ses aspirations à rejoindre l’OTAN »[1965-001].

Assure que l’Ukraine dispose de « compétences nucléaires » et d’une industrie atomique « bien développée ».

Marrakech, 22 févr. (Maroc-Actu) –

Le président russe Vladimir Poutine a imputé mardi la crise dans l’est de l’Ukraine au non-respect par Kiev des accords de Minsk et a souligné qu’après les récents événements, ces accords « n’existent plus ».

« Les accords sont un ensemble de mesures qui visaient à régler la situation dans l’est. Nous participons à ces discussions depuis non pas sept, mais huit ans. J’étais l’un des auteurs de ces documents, et c’est pourquoi je tiens à souligner une fois de plus que nous étions intéressés par l’exécution de ces mesures, car elles étaient le résultat d’un compromis », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse télévisée.

Le président, qui a rappelé que ces documents, qui ont également été signés par les dirigeants des républiques autoproclamées de Donetsk et de Lougansk, aujourd’hui reconnues par la Russie, a souligné qu' »à l’époque, il n’était pas facile de parvenir à un tel compromis », surtout après « l’attaque terroriste contre l’un des dirigeants de ces républiques ».

« Cette attaque a été menée par les services spéciaux ukrainiens. C’est un fait évident. C’était un assassinat politique, mais l’important est que sous ces documents, il y a des signatures. Les dirigeants sont parvenus à ce compromis et, à l’époque, ce n’était pas facile car, au départ, les dirigeants des républiques ne voulaient pas faire partie des négociations », a-t-il déclaré.

Il a toutefois regretté que les autorités ukrainiennes aient par la suite « bloqué ces accords », qui sont « tombés en désuétude ». « Il y a des déclarations des autorités ukrainiennes, qui ont dit qu’elles n’avaient pas l’intention d’honorer ces accords. (…) Devons-nous continuer à assister à ce massacre, à ce génocide des personnes vivant dans ces territoires ? Comment peut-on tolérer cela ? Lorsque nous avons parlé à nos partenaires en Europe, ils ont toujours dit la même chose, nous devons suivre cette voie, mais ils n’ont pas pu convaincre leurs partenaires en Ukraine de mettre en œuvre ces accords », a-t-il déclaré.

Lire aussi:  Pérou - La police péruvienne arrête les membres d'une bande criminelle qui vénéraient le "saint Chucky".

Poutine a souligné que « désormais, ces accords n’existent plus car nous avons reconnu l’indépendance de ces formations ». « Nous avons reconnu ces républiques et donc nous avons reconnu leur constitution, qui est celle qui prévoit leurs frontières. Nous espérons que toutes les questions litigieuses pourront être réglées lors des négociations entre l’Ukraine et les représentants de ces républiques », a-t-il déclaré.

En ce sens, il a admis que pour l’instant, il considère que de tels pourparlers sont irréalisables étant donné que « les opérations militaires se poursuivent dans la région, ce qui tend à augmenter la tension ».

FORCES ARMÉES À L’ÉTRANGER

En ce qui concerne l’envoi éventuel de troupes de l’armée russe dans la région, il a une nouvelle fois précisé qu’aucune décision n’avait été prise à ce sujet pour l’instant, bien qu’une série d’accords aient été signés, qui comprennent des clauses selon lesquelles Moscou doit fournir un soutien militaire aux républiques d’Ukraine orientale si nécessaire.

« C’est le signe que nous sommes prêts à remplir nos obligations si nécessaire », a-t-il déclaré, soulignant que ces questions avaient été « discutées pendant des heures lors de négociations avec les partenaires de la Russie en Europe et avec des représentants des États-Unis ».

M. Poutine a également déclaré que « ce qu’il faut faire pour vivre sans conflit, c’est reconnaître la libre volonté des personnes vivant en Crimée et à Sébastopol, étant donné que « leur volonté n’est pas moindre que celle des habitants de Kovoso ». Il a souligné que l’opinion de ces citoyens « s’est exprimée par le biais d’un référendum sans que personne ne les oblige à se rendre aux urnes ». « Ils sont venus volontairement et ont pris leur décision et il faut la respecter. Les pays démocratiques doivent le reconnaître », a-t-il déclaré.

Lire aussi:  Chine - La FIJ est "profondément" préoccupée par le manque de liberté de la presse à Hong Kong.

D’autre part, il a de nouveau souligné qu’il existe un différend avec l’OTAN concernant son expansion : « Nous sommes contre l’intégration de l’Ukraine dans l’OTAN et la meilleure décision serait que nos partenaires occidentaux obligent Kiev à renoncer à son adhésion à l’OTAN et à rester neutre ».

Il a également affirmé qu' »il est important de démilitariser l’Ukraine moderne car c’est le seul facteur contrôlable que l’on peut observer et auquel on peut réagir ». « Tout le reste peut aller dans n’importe quelle direction d’aujourd’hui à demain », a-t-il déclaré.

LES POUVOIRS NUCLÉAIRES DE L’UKRAINE

Concernant les éventuelles « compétences » nucléaires de l’Ukraine, il a prévenu que le pays dispose d’une industrie nucléaire bien développée. « Il y a des installations, des possibilités de développer des armes nucléaires beaucoup plus rapidement que dans d’autres pays, où ils doivent le faire à partir de zéro. La seule chose qui manque est un système d’enrichissement de l’uranium, mais pour l’Ukraine, ce n’est pas un problème qui ne peut être résolu », a-t-il prévenu.

« Je l’ai dit hier, il y a des missiles de production soviétique qui ont une portée de 110 kilomètres….. Mais la menace pour la Russie est que, même si l’Ukraine développe des armes tactiques, elle constitue déjà une menace stratégique et nous devons en tenir compte, car vous pouvez augmenter la portée de 110 à 300 ou 500 kilomètres », a-t-il expliqué.

Cela signifierait, selon lui, que Moscou « serait dans la zone de frappe » de l’Ukraine. « Pour nous, c’est une menace stratégique et c’est ainsi que nous la percevons, nous devons donc réagir à cette menace de manière appropriée », a-t-il déclaré.

Article précédentLa bande-annonce de la saison 2 d’Euphoria révèle la fin du jeu de Lexi et pourquoi Fezco n’est jamais arrivé.
Article suivantMaroc-Actu.-Le droit d’auteur d’une œuvre créée par une IA ne peut être protégé, selon le bureau américain du droit d’auteur.