Accueil Divertissements Adel Al-Arabi et Bilal Falah discutent de la fabrication du terrorisme dans...

Adel Al-Arabi et Bilal Falah discutent de la fabrication du terrorisme dans « Rebel »

325
0

Vendredi soir dernier à Rabat, la pré-projection du long métrage « Rebelle » a été présentée par les réalisateurs belges d’origine marocaine, Adel El-Araby et Bilal Falah, qui envoie le spectateur dans les zones sous contrôle de l’Etat islamique en Syrie.
Après le grand succès de leur dernière œuvre, « Naughty Boys Forever » (2020), Adel et Bilal présentent une nouvelle œuvre cinématographique qui traite d’un sujet de grande importance dans la ville de Molenbeek, où le film a été tourné, représenté dans le djihadiste l’industrie et le terrorisme.
Le film, qui a réussi à mélanger le public et le privé, raconte une histoire parallèle de deux frères ; Kamal, un jeune rappeur qui a décidé d’aller en Syrie pour aider les victimes de la guerre, mais s’est retrouvé recruté par ISIS, Nassim ; L’enfant, qui est resté à Molenbeek avec sa mère, Leila, est devenu une cible favorite des recrues de l’Etat islamique.
Le film, qui est à la fois un film de guerre, un drame familial et une comédie musicale entrecoupés de scènes de rap, met en lumière, d’une part, les remords de Kamal, écrasé par la machine terroriste qui l’a contraint à filmer les combats, les exécutions et la vie quotidienne dans les quartiers contrôlé par ISIS au service de la propagande. Le djihadisme, en revanche, est trop chargé idéologiquement avec l’enfant Nassim, qui considère son frère Kamal comme un héros.
Le réalisateur Adel Elaraby a exprimé son bonheur d’être au Maroc, son pays d’origine, où il a eu l’occasion de montrer ce film, qui relate les attentats terroristes survenus notamment depuis 2012, en Belgique, en France et en Syrie.
Dans une déclaration à Maghreb Arab Press, Elaraby a souligné que cette guerre « était aussi notre guerre, car nous avons tous été touchés par l’extrémisme et les attentats. Raconter ces faits est un projet que nous poursuivons depuis longtemps pour tenter de trouver des réponses, notamment sur les causes de l’extrémisme et de la guerre civile. Le réalisateur a également fait l’éloge de la « piste de film », qui a été sélectionnée pour être projetée au Festival de Cannes et dans de nombreux autres festivals.
De son côté, Bilal Falah a déclaré que c’est « un grand honneur pour moi » que le film « Rebel » soit projeté à Rabat, exprimant son attachement au Maroc.
Le jeune réalisateur a également souligné que le film est le plus proche d’eux en raison de l’importance du sujet qu’il traite et des effets négatifs des guerres et du terrorisme sur les familles touchées et le monde en général, notant que l’écriture du scénario a coûté plusieurs années. et un grand effort de documentation.
De son côté, Kamal Mohamed, l’un des acteurs principaux du film, s’est dit chanceux de travailler avec Adel et Bilal sur ce projet, qui « a une place particulière pour eux » en raison du sujet dont il traite, qui a touché leurs parents et amis dans la ville de Molenbeek, où sévissait le phénomène de l’extrémisme.
Il a également exprimé sa joie de jouer le rôle de « l’imam Yusuf », qui incarne le « véritable islam » qui appelle à la tolérance, à l’amour et au respect, et non à la violence, au fanatisme et à l’extrémisme.
Le film, dont la première est prévue le 31 août, mettra en vedette un groupe d’artistes célèbres tels que Abu Bakr Bin Sayhi (Kamal), Lubna Azabal (Mère Laila), Amir Al-Arabi (Naseem), Tara Abboud (Noor) et Younes Bawab (« Mère Laila »). Abou Ammar).
Le film a été projeté au dernier Festival de Cannes, lors de la séance de minuit hors compétition, lors des derniers jours du festival. Après avoir réalisé plusieurs films belges à succès, Adel Elaraby (34 ans) et Bilal Falah (36 ans) ont réussi à s’imposer à Hollywood en réalisant le film révolutionnaire « Bad Boys for Life » (Brothers Forever), avec la participation de personnalités internationales. met en vedette Will Smith et Martin Lawrence.
Le troisième volet du film « Bad Boys for Life », qui a dominé le box-office américain en 2020, a permis aux réalisateurs de montrer tout leur talent et de promouvoir leurs noms au niveau international.
Le duo belgo-marocain compte également d’autres longs métrages à son actif, dont « Sura » (2014), « Black » (2015) et « Gangsta » (2018).

Lire aussi:  Rita Ora signe pour la série Disney+ La Belle et la Bête

Marrakech, 2022-08-29 11:02:24 (Maroc-Actu) –

Article précédentLe centre de recherche Al-Tijari abaisse l’objectif de prix de Maroc Telecom à 134 dirhams
Article suivantLe chiffre d’affaires consolidé de « Energie Maroc » s’élève à 5,90 milliards de dirhams à fin juin 2022