Accueil L'International Afghanistan – Le HCR déclare que l’Afghanistan « traverse une crise très grave »...

Afghanistan – Le HCR déclare que l’Afghanistan « traverse une crise très grave » et que 24 millions de personnes ont besoin d’aide.

950
0

Marrakech, 17 Mar. (Maroc-Actu) –

Le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, Filippo Grandi, a prévenu jeudi que l’Afghanistan « traverse une crise très grave » et a appelé la communauté internationale à apporter un soutien durable à la population, avant d’ajouter qu’il y a actuellement plus de 24 millions de personnes dans le besoin.

« Alors que le monde s’inquiète à juste titre de la guerre en Ukraine, l’Afghanistan connaît une crise très grave », a-t-il déclaré, au terme d’une visite de quatre jours dans ce pays asiatique. « Nous avons parlé à des personnes qui ne savent pas ce qu’elles vont pouvoir manger, à des femmes chefs de famille qui craignent pour la santé et le bien-être de leurs enfants, à des mères et des pères qui cherchent désespérément à subvenir aux besoins de leur famille », a-t-il déclaré.

Il a déclaré que « les besoins sont énormes » et a souligné que « le système de santé connaît de graves pénuries au milieu de la crise du COVID-19 et de l’épidémie de rougeole ». « Les travailleurs clés des services vitaux tels que les écoles et les hôpitaux ne reçoivent pas leurs salaires, alors que la crise des liquidités, l’augmentation des prix mondiaux des denrées alimentaires et des coûts de l’énergie ont un impact dévastateur », a-t-il déploré.

M. Grandi a noté que « quelque 3,4 millions de personnes sont déplacées à l’intérieur du pays en raison du conflit » et a souligné que « 24 millions de personnes en Afghanistan ont besoin d’une aide humanitaire ». « Nous appelons les donateurs à financer un effort humanitaire majeur qui, je le constate, donne des résultats importants », a-t-il déclaré.

Lire aussi:  Ukraine - L'Allemagne se prépare à fermer son espace aérien aux avions russes

« La protection des droits et du bien-être des Afghans nécessite une stabilité politique et économique à long terme », a-t-il souligné, avant d’insister sur le fait que « la communauté internationale doit rester engagée en Afghanistan ». « Toutefois, la posture humanitaire seule ne suffira pas. La revitalisation du système bancaire et de l’économie de l’Afghanistan, ainsi que le redémarrage des projets de développement, peuvent contribuer à préparer le terrain pour que les personnes déplacées et les réfugiés puissent envisager un retour volontaire lorsque les conditions le permettront », a-t-il fait valoir.

« Cela nécessite également que les autorités de facto renforcent la confiance des personnes déplacées. Lors de mes rencontres avec eux, je leur ai fait comprendre que la meilleure chose qu’ils puissent faire est de veiller à ce que tous les Afghans, y compris les minorités, les hommes, les femmes, les filles et les garçons, puissent exercer leurs droits et avoir un accès égal au travail et aux services », a-t-il déclaré.

M. Grandi a souligné que les talibans lui ont dit qu’ils reconnaissaient l’importance de fournir des services à la population et il leur a dit que ces déclarations devaient se traduire par des décisions et des actions sur le terrain, notamment la réouverture des écoles pour les enfants.

Lire aussi:  Ukraine - L'UE soutient le sommet Biden-Poutine : "Tout format est nécessaire pour tenter d'éviter la guerre".

Le plan de réponse humanitaire (HRP) prévoit 4,4 milliards de dollars (environ 3,98 milliards d’euros) pour venir en aide à 22 millions de personnes, tandis que les agences des Nations unies ont demandé 3,6 milliards de dollars (environ 3,258 milliards d’euros) pour le cadre d’interaction transitoire (TIF), afin de soutenir les programmes sociaux destinés à 38 millions de personnes.

« Le HRP et le TEF, ainsi que la réponse aux réfugiés (RRP) de 623 millions de dollars (environ 564 millions d’euros) visant à soutenir quelque six millions de réfugiés vivant dans les pays voisins, constituent une vision transfrontalière qui vise à améliorer la situation humanitaire globale des Afghans et à faire progresser leur protection, y compris la mise en œuvre de solutions », a expliqué M. Grandi.

En ce sens, il a réaffirmé que « les besoins sont énormes, mais les opportunités le sont tout autant ». « Il est temps pour la communauté internationale de s’engager et d’aider le peuple afghan à réaliser son potentiel. Mais sans le soutien et le travail des Nations unies et de leurs partenaires, les difficultés que j’ai vues cette semaine à Jalalabad, Kandahar et Kaboul ne feront qu’augmenter », a-t-il déclaré.

Article précédentLes roches qui ont aidé à former la Terre se sont formées loin d’ici.
Article suivantVolkswagen rejoint l’initiative pour une assurance minière responsable (IRMA)