Accueil L'International AMP : attaque de missiles des Gardiens de la révolution iraniens près...

AMP : attaque de missiles des Gardiens de la révolution iraniens près du consulat américain à Erbil, en Irak.

685
0

Marrakech, 13 Mar. (Maroc-Actu) –

L’armée des gardiens de la révolution iranienne a revendiqué l’attaque du consulat américain à Erbil, dans la région du Kurdistan irakien, et a déclaré qu’elle visait les centres d’entraînement des services de renseignement étrangers israéliens, le Mossad, qui se trouveraient à proximité, bien que les autorités kurdes locales aient nié leur existence.

« La nuit dernière, le ‘Centre stratégique de la conspiration et du mal des sionistes’ a été visé par les puissants missiles du Corps des gardiens de la révolution islamique », a déclaré l’organisation dans un communiqué repris par l’agence de presse semi-officielle Tasnim.

« Les Gardiens de la révolution avertissent le régime sioniste d’Israël que toute agression recevra une réponse dure, décisive et destructrice », selon le communiqué.

Le gouverneur d’Erbil, Omed Joshnaw, avait démenti quelques heures plus tôt les informations « sans fondement » faisant état de la présence de bases israéliennes dans les environs de la ville, capitale de la région semi-autonome du Kurdistan irakien.

« La question d’Israël est évoquée depuis longtemps. C’est sans fondement, il n’y a pas de base israélienne dans cette zone », a expliqué le gouverneur.

Les Gardiens de la révolution ont juré mardi de « venger » Israël et ses alliés pour la mort de deux de leurs soldats dans une frappe aérienne sur la capitale syrienne, Damas, où ils servaient de conseillers au gouvernement syrien dans la guerre qui secoue la république arabe.

Lire aussi:  Ukraine - Le représentant de la Russie auprès de l'UE rejette l'invasion de l'Ukraine et demande aux États-Unis de fournir des preuves.

Quelques heures plus tôt, les services de renseignement du Kurdistan irakien ont confirmé, sans mentionner explicitement l’Iran, que les douze missiles qui ont frappé samedi en fin de journée à proximité de la mission diplomatique « ont décollé de l’est, hors d’Irak ».

Les autorités du Kurdistan irakien ont confirmé que les missiles ont touché des zones proches du nouveau bâtiment du consulat américain, en cours de construction.

Le département d’État américain a assuré à l’agence de presse kurde Rudaw que l’attaque n’avait fait aucune victime et n’avait pas endommagé l’installation, mais plusieurs bâtiments environnants ont été endommagés dans l’attaque, notamment le bureau du média Kurdistan 24, et le ministère régional de l’Intérieur a fait état de deux blessés légers.

Les forces politiques irakiennes et les Nations unies ont condamné l’attentat, à commencer par le premier ministre irakien Mostafa al-Kazemi, le religieux chiite et homme fort de l’Irak Muqtada al-Sadr, le président du Parlement Mohamed al-Halbusi et la mission des Nations unies en Irak, avec le message commun que l’attentat à la bombe était un acte contre la souveraineté et l’intégrité territoriale de l’Irak.

Lire aussi:  Ukraine - Au moins cinq morts, dont deux enfants d'un an, après une frappe aérienne à Yitomir, en Ukraine.

L’UE a également condamné cette action dans une déclaration publiée par le Service d’action extérieure. « Rien ne justifie un tel acte de violence contre le territoire d’un pays souverain », a-t-il déclaré, tout en exprimant sa solidarité avec le peuple irakien, le gouvernement irakien et le gouvernement du Kurdistan.

ISRAEL AU KURDISTAN IRAKIEN

Le démenti du gouverneur n’est pas la première fois que le gouvernement régional du Kurdistan (GRK) nie la présence israélienne dans la région.

En avril 2021, le porte-parole du gouvernement kurde, Jotiar Adil, a démenti la présence du Mossad à Erbil à la suite d’informations faisant état d’une attaque soutenue par l’Iran contre une base des services de renseignement israéliens.

Un an plus tôt, le gouvernement kurde a également rejeté les affirmations « inexactes » d’un porte-parole israélien selon lesquelles l’Iran pourrait attaquer des Israéliens dans la région du Kurdistan, à la suite du regain de tension qui a suivi l’assassinat du scientifique nucléaire iranien Mohsen Fajirzadé.

Une conférence sur la normalisation des liens avec Israël s’est tenue à Erbil en décembre dernier sans l’approbation des autorités kurdes, ce qui a suscité la condamnation de plusieurs milices irakiennes soutenues par l’Iran.

Le gouvernement kurde a affirmé à l’époque qu’il n’était pas au courant de l’organisation de la conférence, rappelle Rudaw.

Article précédentMaroc-Actu – La feuille de route d’Apple pour les Macs après le dévoilement du M1 Ultra, selon Gurman
Article suivantLe groupe Volkswagen augmente ses bénéfices de 75 % en 2021 pour atteindre 15,428 milliards d’euros