Accueil L'International Andorre – Le syndic général d’Andorre appelle à « soigner » la démocratie à...

Andorre – Le syndic général d’Andorre appelle à « soigner » la démocratie à l’occasion de la Journée de la Constitution

563
0

Le conflit en Ukraine focalise les réactions des représentants politiques

ANDORRA LA VELLA (ANDORRE), 14 mars. (Maroc-Actu) –

Le syndic général d’Andorre -président du parlement-, Roser Suñé, a lancé un appel à « prendre soin » de la démocratie dans son discours à l’occasion de la journée de la Constitution de la Principauté.

Elle voulait « revendiquer cet acte de sollicitude si présent dans la sphère privée – on prend soin de ses enfants, de ses parents, de son partenaire, disait-elle – et l’extrapoler à la vie publique ».

Ainsi, suivant la proposition de l’ancienne maire de Madrid, Manuela Carmena, il a souligné, en référence à la démocratie, que « face au risque qu’elle soit affaiblie par la montée du populisme et des mouvements extrémistes, nous devons savoir comment en prendre soin et assurer sa bonne santé ».

De cette manière, M. Suñé nous a rappelé que les représentants politiques doivent « tout » aux citoyens, raison pour laquelle il estime qu’il faut ouvrir la participation citoyenne au-delà des élections et gouverner avec transparence.

« Prendre soin, c’est aussi placer les personnes au centre de l’action politique », a synthétisé le général, en rappelant certains des problèmes qui marquent l’agenda politique andorran, comme la santé mentale, le logement ou le changement climatique.

Elle a également mentionné qu’il y a deux ans, l’enfermement pour lutter contre la pandémie de Covid-19 a commencé, qui « a peut-être été la crise la plus profonde et la plus globale de ce premier quart du 21ème siècle ».

Lire aussi:  Moldavie - La Moldavie demande officiellement à rejoindre l'UE

MISE EN ŒUVRE DU PLAN DU GOUVERNEMENT

Dans des déclarations à la presse, le chef du gouvernement, Xavier Espot, a repris à son compte les propos du président du Conseil général et a rappelé que les institutions doivent « mettre les citoyens au centre » de leurs politiques.

Dans ce sens, Espot a affirmé que, malgré le fait qu’à l’avenir on se souviendra du mandat actuel pour la gestion de Covid-19, « le gouvernement a également prêté attention à la réalité quotidienne des citoyens ».

Ainsi, il a rappelé que l’exécutif dispose d’un plan gouvernemental qui « a été mis en œuvre et continuera à l’être ».

CONSÉQUENCES DU CONFLIT EN UKRAINE

L’inquiétude quant aux conséquences du conflit en Ukraine a marqué les réactions des représentants politiques au discours du Syndic Général.

M. Espot a souligné que le conflit a des répercussions pour Andorre : d’une part, elle devra accueillir des réfugiés dans un « contingent raisonnable » pour la taille de la Principauté, et d’autre part, l’augmentation du coût de l’énergie est envisagée.

En ce sens, il a annoncé que des mesures seront prises pour que la hausse du prix de l’électricité n’ait pas un impact total sur les citoyens, car « il ne serait pas compris que la FEDA – la société parapublique qui importe, génère, distribue et vend l’électricité – réalise un bénéfice » dans le contexte actuel.

Lire aussi:  Ukraine - La Russie oppose son veto à la résolution du Conseil de sécurité de l'ONU condamnant l'invasion de l'Ukraine

De même, des mesures seront étudiées pour que la hausse du prix des hydrocarbures ait un impact moindre sur les habitants du pays, notamment les professionnels du transport.

REACTIONS

Le président du groupe parlementaire démocrate – principal parti de la coalition gouvernementale – Carles Enseñat, a déclaré que face à une guerre « nous devons réagir », tant d’un point de vue humanitaire que pour éviter de pouvoir faire en Andorre ce qui ne peut être fait en Europe.

Pour sa part, le président du groupe parlementaire libéral – membre de la coalition gouvernementale – Ferran Costa, a souligné que les Andorrans ne sont pas des « éléments isolés » et que les pays ont différents types de relations de dépendance.

Pour le chef de l’opposition, le président du groupe parlementaire social-démocrate, Pere López, face à un conflit armé « de première ampleur », il est nécessaire de réagir avec force.

Au niveau national, M. López a déclaré qu' »il n’a jamais été aussi cher de vivre en Andorre » et que le problème du logement n’est pas lié à la guerre en Ukraine.

Enfin, pour le président du groupe parlementaire Terceravia – également dans l’opposition – Josep Pintat, il ne suffit pas d’accueillir des réfugiés, mais il faut une feuille de route au niveau économique pour faire face aux différentes conséquences du conflit.

Article précédentMaroc-Actu.-Esker apporte la transformation numérique à la gestion financière avec son « Finance Tour 2022 ».
Article suivantVolkswagen prévoit que Porsche fera son entrée en bourse au cours du dernier trimestre de cette année.