Accueil L'International Au moins 19 organisations de défense des droits de l’homme demandent aux...

Au moins 19 organisations de défense des droits de l’homme demandent aux autorités égyptiennes de libérer Salah Soltan.

791
0

Marrakech, 16 févr. (Maroc-Actu) –

Au moins 19 organisations de défense des droits de l’homme, dont le Cairo Institute for Human Rights Studies (CIHRS), Amnesty International et l’ONG Human Rights Watch (HRW), ont appelé les autorités égyptiennes à libérer Salah Soltan.

« La détérioration de la santé de Salah Soltan semble être le résultat de représailles pour avoir défendu son fils Mohamed aux États-Unis », a déclaré Joe Stork, directeur adjoint de HRW pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord.

Soltan, 63 ans, fonctionnaire du gouvernement de l’ancien président Mohamed Morsi, membre des Frères musulmans et père du défenseur des droits humains Mohamed Soltan, est détenu depuis septembre 2013 et fait l’objet d’une disparition forcée depuis le 15 juin 2020, interrompue par trois brèves visites supervisées, selon HRW.

Lire aussi:  Argentine - L'Argentine déclare une "bataille" contre l'inflation

Soltan, résident permanent légal des États-Unis, a vécu et travaillé dans ce pays pendant plus d’une décennie avant son arrestation en septembre 2013 pour s’être opposé à l’éviction par l’armée égyptienne de Morsi, le président élu.

Il a été condamné à la prison à vie lors d’un procès de masse en septembre 2017, qui a été entaché de violations généralisées de la procédure régulière et du procès équitable, a déclaré HRW dans un communiqué.

L’état de santé de Soltan « était si mauvais » que, lors d’une visite en janvier 2022, l’homme « ne pouvait pas supporter son propre poids et deux gardes l’ont porté jusqu’à la chambre », selon l’un de ses proches, comme le rapporte l’organisation.

De plus, HRW a noté que la disparition forcée de Soltan a eu lieu le 15 juin 2020, quelques jours après que son fils ait déposé une plainte au civil devant un tribunal fédéral américain contre l’ancien Premier ministre égyptien Hazem al-Beblawy, alléguant qu’il était impliqué dans la torture présumée de son fils, Mohamed Soltan.

Lire aussi:  Dix millions d'Ukrainiens ont fui leur foyer à cause de la guerre, en tant que réfugiés ou personnes déplacées, selon le HCR.

Soltan a été détenu pendant plus d’un an dans des lieux que les autorités égyptiennes ont refusé de divulguer. Les autorités ont autorisé les membres de la famille à effectuer de brèves visites à la prison, en août et décembre 2021 et en janvier 2022, comme le rappelle l’organisation.

« Les organisations appellent le gouvernement américain à faire pression sur l’Égypte pour qu’elle mette fin à la punition extrajudiciaire de Salah Soltan et à la répression transnationale visant à réduire Mohamed Soltan au silence », ont déclaré les organisations, comme le rapporte HRW.

Article précédentLa relativité générale d’Einstein, démontrée à l’échelle du millimètre
Article suivantÉquateur : la police équatorienne établit un lien entre les corps suspendus à un pont et une querelle entre gangs de trafiquants de drogue