Accueil Economie Benali : le Maroc cherche à mettre en place une infrastructure gazière...

Benali : le Maroc cherche à mettre en place une infrastructure gazière digne du XXIe siècle

358
0

La ministre de la Transition énergétique et du Développement durable, Leila Benali, a affirmé que le Maroc cherche à mettre en place une infrastructure gazière digne du XXIe siècle.
Benali a déclaré, lors d’une récente réunion de communication avec les médias nationaux, que cette infrastructure gazière, qui comprend des gazoducs, des ports, des unités de stockage et de reconversion du gaz naturel liquéfié, permettra non seulement la fourniture d’une énergie compétitive pour le secteur de l’électricité, mais aussi pour le secteur industriel, qui souffre de la situation actuelle d’approvisionnement en gaz naturel.
A cet égard, elle a souligné l’importance de la construction d’unités de reconversion du gaz liquéfié en gaz naturel, soulignant que la réalisation de la souveraineté énergétique en matière de gaz naturel passe par la reconversion du gaz liquéfié en gaz naturel au niveau du territoire national, que ce soit dans des unités flottantes ou des plates-formes terrestres.
Le ministre a appelé à permettre aux autorités concernées de procéder aux études et calculs économiques et financiers nécessaires pour déterminer les sites optimaux pour la pose de ces unités, soulignant que les ports de Muhammadiyah et de Nador semblent, selon l’Agence nationale des ports, les plus disposés à recevoir gaz naturel liquéfié, le stocker et le transformer en gaz naturel, que ce soit au niveau d’une unité flottante. ou sauvage.
Elle a souligné la nécessité de ne pas se cantonner à un seul port pour ce processus, d’autant plus que le Maroc compte de nombreux ports le long de ses côtes de plus de 3 500 km, comme le port de Jorf Lasfar, qui est un pôle industriel, le port de Tanger et le port de Dakhla, en passe de devenir une zone industrielle. Green, soulignant que le Maroc cherche à préparer 4 ports, et que l’objectif, selon le ministre, n’est pas seulement de recevoir du gaz naturel liquéfié, mais de parvenir à un développement global de la ville ou de la région concernée.
Dans ce contexte, a-t-elle indiqué, les ports marocains s’apprêtent à recevoir pour la première fois du gaz naturel liquéfié, expliquant que ce type de gaz nécessite le respect de normes de sécurité très particulières qui nécessitent de laisser aux autorités compétentes suffisamment de temps pour mener toutes les études nécessaires.
D’autre part, Benali a souligné que la mise en place d’une infrastructure gazière au niveau ferait également du Maroc un pionnier dans le domaine de l’hydrogène concurrent du gaz, expliquant que cette infrastructure lui permettrait de transporter l’hydrogène à travers les gazoducs.
A cet égard, elle a souligné que les pays européens ont déjà pu transporter de l’hydrogène dans 30% de leurs gazoducs.
Le ministre a également souligné l’importance d’activer les infrastructures conjointes entre un certain nombre de pays européens et le Maroc, notant que certains de ces pays disposent d’unités non opérées pour convertir le gaz naturel liquéfié en gaz naturel, tandis que le Maroc, pour sa part, dispose de la -Gazoduc européen, Et deux unités de stockage de gaz à l’arrêt.
D’autre part, Benali a commenté le retard du projet de Tandrara, notant que les projets d’exploitation des champs gaziers de Tandrara et de Larache sont à divers stades d’avancement, et certains d’entre eux ont connu des retards, ajoutant : « Je préfère que ces projets s’inscrivent dans la dynamique des infrastructures gazières du XXIe siècle dont j’en ai parlé précédemment.
La ministre a exprimé son espoir que « ces projets pourront prouver leur pérennité économique et se développer de manière durable selon cette dynamique ».

Lire aussi:  DACIA Maroc lance « SANDERRO STREETWAY/ARTWAY »

Mots clés

Amarre en tissu au Maroc, un frelon, sous le pied, raccord, envahisseur, vingt arrimage

Marrakech, 2022-04-20 18:09:59 (Maroc-Actu) –

Article précédentL’équipe Progrès et socialisme de la Chambre des représentants demande une augmentation des salaires
Article suivantLe ramadan relance le marché publicitaire au Maroc