Accueil L'International Chine : Le ministre chinois des Affaires étrangères qualifie de « mensonges » les...

Chine : Le ministre chinois des Affaires étrangères qualifie de « mensonges » les accusations de répression contre la minorité ouïgoure.

363
0

MUNICH, 19 févr. (DPA/EP) –

Le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, a une nouvelle fois fermement rejeté les accusations de la communauté occidentale et des ONG internationales selon lesquelles Pékin mène une campagne de répression contre la minorité musulmane ouïgoure, accusations qu’il a qualifiées de « mensonges ».

Wang a déclaré qu’il n’y avait « jamais » eu de camps de travail forcé ou de rééducation systématiques dans la province du Xinjiang, comme le prétendent les ONG. « Ce sont des mensonges fabriqués et diffusés sous forme de désinformation », a-t-il déclaré.

« Croyez-moi quand je vous dis que le gouvernement dit la vérité », a-t-il insisté.

Selon des allégations internationales, des centaines de milliers de Ouïghours musulmans ont été envoyés dans des camps de rééducation au Xinjiang, où ils sont soumis à la torture, aux mauvais traitements et à un endoctrinement idéologique.

Lire aussi:  La coalition saoudienne bombarde plusieurs positions des Huthis malgré la déclaration de cessez-le-feu des rebelles.

Les Ouïghours qui ont fui la région du Xinjiang à l’étranger affirment que des personnes sont parfois raflées dans la rue et envoyées dans des camps de détention, appelés centres de rééducation, où on leur apprend à renoncer à tout comportement associé à la culture ouïghoure.

Pékin accuse les membres de la minorité de se livrer à des actes de séparatisme et de terrorisme, une déclaration réitérée par le ministre chinois lorsqu’il a fait référence à une région qui, a-t-il noté, a souffert d' »idéologies radicales » et d’attaques extrémistes dans le passé et où l’on trouve des « forces terroristes » venues de l’étranger.

Lire aussi:  MSF prévient que le siège de la population ukrainienne à Mariupol affecte sa santé physique et mentale.

« Aujourd’hui, tous les citoyens peuvent vivre dans la paix et le bonheur », a déclaré Wang à la conférence, avant d’ajouter que « tous les groupes ethniques ont pu suivre librement leur foi ».

De même, et comme le gouvernement chinois l’avait laissé entendre il y a plusieurs semaines, M. Wang a déclaré que son pays était ouvert à une visite de Michelle Bachelet, haut-commissaire des Nations unies aux droits de l’homme, au Xinjiang pour examiner la situation sur le terrain.

Article précédentLa Chine et le Royaume-Uni réduisent les incitations à l’électrification en raison de la pandémie, selon PwC
Article suivantTom Hanks, Robert Zemeckis et Eric Roth, le trio de Forest Gump, de nouveau réunis dans Here.