Accueil L'International Corée.- La Corée du Sud élit le successeur du président Moon Jae...

Corée.- La Corée du Sud élit le successeur du président Moon Jae In lors d’une élection

691
0

Marrakech, 9 mars. (Maroc-Actu) –

Les bureaux de vote ont ouvert mercredi en Corée du Sud où quelque 44,2 millions d’électeurs sont appelés à élire le successeur du président social-libéral Moon Jae In, qui ne peut se représenter après cinq ans de mandat.

Selon les sondages, la course au pouvoir est très serrée entre les deux leaders. D’un côté, on trouve le candidat du Parti démocratique au pouvoir, Lee Jae Myung, et le candidat du Parti du pouvoir du peuple (PPP) conservateur, Yoon Suk Yeol, dont la victoire déterminera un nouveau quinquennat de leadership libéral ou un glissement vers la droite.

Plus de 16 millions de personnes, soit 36,93 %, sur un total de quelque 44 millions d’électeurs inscrits, ont déjà voté par anticipation vendredi et samedi. Le taux de participation a été le plus élevé depuis l’introduction du système de vote anticipé en 2014, a rapporté l’agence de presse sud-coréenne Yonhap.

Lors de l’élection de mercredi, les patients atteints du coronavirus et les personnes en quarantaine ont pu voter entre 18 heures et 7 h 30 (heure locale), après la clôture du scrutin normal.

Lire aussi:  Etats-Unis/Chine - Les représentants américains et chinois discutent des relations entre les Etats-Unis et la Chine et du conflit en Ukraine.

Bien que 14 candidatures différentes aient été présentées, il y a deux candidats principaux dans cette élection, qui ont été entachés de différents scandales pendant la campagne.

M. Lee, 57 ans, ancien gouverneur de la province de Gyeonggi, a mis à profit son expérience de l’administration publique pour faire campagne sous le slogan d’un président pragmatique qui résoudra à la fois les questions économiques et les affaires étrangères. En outre, en 2015, Lee a été soupçonné d’être impliqué dans une affaire de corruption concernant la construction de biens immobiliers à Séoul lorsqu’il était maire de cette ville.

Pour sa part, M. Yoon, 61 ans, ancien procureur général, a profité d’une vague de mécontentement public à l’encontre de l’administration de l’actuel président pour diffuser un message de justice, de bon sens et de principe. Il a dû faire face à des accusations selon lesquelles il était lié à des chamans et a également été entaché par les scandales de sa femme, Kim Keon Hee, qui a été accusée d’avoir accepté des pots-de-vin avant que Yoon ne lance sa candidature à la présidence.

Les sondages donnaient une légère avance à Yoon en raison de sa décision préélectorale de s’allier à Ahn Cheol Soo, le candidat à la présidence du principal parti d’opposition sud-coréen, le People’s Power Party (PPP).

Lire aussi:  Siemens augmente son bénéfice au premier trimestre de 19% à 1,643 milliard d'euros

Beaucoup pensent que la coalition a renforcé les chances de Yoon, mais d’autres ont prévenu qu’elle pourrait se retourner contre lui et inciter davantage de partisans de Lee à voter.

Les taux de désapprobation et les scandales des deux candidats ont conduit à ce que l’on a appelé la « méchante élection ».

Pour la quatrième économie d’Asie, l’élection présidentielle revêt une importance considérable. Le vainqueur de l’élection devra faire face à des défis tels que les inégalités et la hausse des prix du logement dans le pays.

Moon Jae In ne peut pas se représenter après cinq ans de mandat. Dans le système présidentialiste sud-coréen, pratiquement toutes les politiques sont entre les mains du chef de l’État. Le successeur de Moon doit prendre ses fonctions en mai.

L’élection intervient à un moment de tension en Corée du Sud, la Corée du Nord voisine ayant procédé à une série de tests de missiles en janvier, dont le lancement d’un missile de moyenne portée.

Article précédentY aura-t-il une saison 7 de Line of Duty ?
Article suivantLes constructeurs défendent le moteur à combustion comme une solution de mobilité « pour de nombreuses années encore ».