Accueil Divertissements Est-il possible de projeter le film « Sharp » lors de la 22ème session...

Est-il possible de projeter le film « Sharp » lors de la 22ème session de notre Festival National ?

99
0

Le plasticien, photographe et cinéaste marocain Mohamed Abou El Waqar (1946-2022) est décédé jeudi 1er septembre en Russie, laissant derrière lui de nombreuses peintures plastiques, des photographies et quelques films.
Parmi ces derniers figure son long métrage, l’orphelin, « Hada » (1984), dans lequel il remporte six prix et deux mentions lors de la deuxième session du Festival National du Film du 15 au 22 décembre 1984 à Casablanca, un record qui a pas été dépassée jusqu’à présent. En plus de rendre hommage à son regretté photographe, Mustafa Estito, et aux villageois qui y ont participé, « Hadda » a remporté le Grand Prix, le Prix de la réalisation, le Prix du scénario (Tijani Al-Shariki et Muhammad Abu Al-Waqar), le Prix féminin Diagnostic Award (la jeune fille Zahra Obaha), le Decoration Award (Abu Al-Waqar et Al-Shriqi) et le Journalism Award. Tous ces prix lui ont été décernés par un jury présidé par l’écrivain Taher Benjelloun, dont les membres comprenaient la scénariste Farida Ben El Yazid, feu le créateur aux multiples talents Ahmed Bouanani, le feu artiste Mohamed Shabaa, le distributeur Hamid Marrakchi, le feu réalisateur de la photographie Mohamed Saqqat et l’avocate Latifa Filali Amin.
Est-il possible de re-présenter ce beau film au 22ème Festival de Tanger, après 38 ans de sa production, pour permettre à des générations de jeunes cinéastes, cinéastes et autres qui n’ont pas encore pu le voir, l’opportunité de le voir, surtout puisqu’on célèbre le quarantième anniversaire de la naissance du Festival national du film (1982-2022) ? , en l’honneur de son créateur à l’occasion de sa disparition et nous sommes proches de la cérémonie d’ouverture ? Cela m’amène à une deuxième question : n’y a-t-il pas une réflexion sérieuse de la part de la direction du Centre marocain du cinéma et du ministère en charge du secteur du cinéma pour faire connaître à grande échelle les classiques du cinéma marocain et favoriser l’accumulation de films marocains disponibles dans les archives (le cas échéant, bien sûr) via des plateformes numériques spéciales (payantes ou gratuites), des démonstrations cinématographiques, nos écrans de télévision, ou en ravivant notre trésor cinématographique à Rabat, qui est tombé dans un profond sommeil depuis ans, pour que chacun puisse voir les différents films marocains et interagir avec eux de manière critique, dans les médias et dans la recherche…
En attendant la réponse à ces deux questions, je ne manque pas de souligner que « Sharp » est un film qui a sa particularité et son unicité parmi les films des années quatre-vingt du siècle dernier. dépourvu de créativité et responsabilisé à plusieurs niveaux. Ce qui attire peut-être l’attention du destinataire est la prédominance des dimensions plastiques et photographiques dans sa photographie et sa mise en scène, et l’appariement dans ses dialogues écrits par Al-Tijani Al-Shariki entre l’arabe classique (commentaire et poésie), familier et un peu français et amazigh. De plus, la plupart de ceux qui ont interprété ses rôles ne sont pas des acteurs professionnels, à l’exception de l’actrice et plasticienne autodidacte Malika Masrar et d’autres. Malgré cela, le réalisateur Abu Al-Waqar a réussi à bien les gérer, ce qui a rendu automatiquement leur performance devant la caméra, en particulier la jeune fille Zahra Obaha (dans un rôle pointu).
Du début à la fin, le film regorge de clips plastiques/peintures dans lesquels le réalisateur célèbre les espaces ruraux intérieurs et extérieurs, l’architecture, les vêtements, les produits artisanaux et d’autres composantes de la culture marocaine authentique. Malgré le rythme relativement lent du film, qui s’inscrit dans le rythme de la vie dans le désert, la caméra de feu Mustafa Estito et l’œil du réalisateur Abu Al-Waqar ont réussi à atténuer cela en se concentrant sur les visages, les couleurs, les portes, murs, inscriptions, espaces naturels et autres composantes de la vie quotidienne pour créer des images visuellement agréables en harmonie avec les sons (dialogues, musique, poèmes et commentaires…) qui les accompagnent.
Le film « Sharp » n’est pas différent du reste des œuvres plastiques d’Abu Al-Waqar et d’autres, car toutes ces œuvres sont pleines de personnages et de symboles empruntés aux cultures arabe et amazighe, les remodelant de sa propre perspective.
Il est à noter que Mohamed Abou El Waqar, né à Marrakech en 1946, est titulaire d’un diplôme de réalisation de l’Institut supérieur du cinéma de Moscou, où il a poursuivi ses études universitaires de 1966 à 1973, avant de rejoindre en 1974 comme réalisateur, et jusqu’à 1977, au Centre du Cinéma Marocain. Il a également bénéficié dans la période 1978-1981 d’une formation à l’institut précité de Moscou et dans les ateliers « Gorky », et a continué à pratiquer la peinture depuis son adolescence jusqu’à sa mort le 1er septembre 2022 dans la ville d’Iliknerostal, qui est d’environ 60 km à l’est de Moscou, et expose ses peintures plastiques depuis des décennies à l’extérieur et à l’intérieur du Maroc. . En parallèle, il se consacre également à la photographie et aux arts vidéo, notamment après son retrait du monde du cinéma.
Sa filmographie, outre des documentaires sur l’art plastique dans lesquels il mêle théâtre, poésie et composition, se compose des titres suivants : « Le miroir enchanté » (1994), un court métrage avec vidéo (25 j), « Sharp » ( 1984), un long métrage (107 j), « La Cité de la mémoire » ou « Visages de Marrakech » (1977), un film documentaire, « Les Assassins » (1971), le film de fin d’études de l’Institut de Moscou basé sur le court métrage histoire de l’américain Ernest Hemingway (24 j).

Lire aussi:  Le réalisateur de Batman, Matt Reeves, explique pourquoi il ne fera jamais de film Marvel.

< Ahmed Sigilmassi

Marrakech, 2022-09-05 19:11:48 (Maroc-Actu) –

Article précédentLG présente ses derniers produits à l’IFA 2022
Article suivantLe prêt agricole au Maroc réalise un produit net bancaire de 2,13 milliards de dirhams