Accueil Economie Industrie automobile : Un faussaire revient sur les paris du secteur

Industrie automobile : Un faussaire revient sur les paris du secteur

160
0

Le ministre de l’Industrie et du Commerce, Riad Mazour, a inauguré, mercredi, la septième session du salon « Tanger-Med Automotive Meeting ».

Cette session sera organisée sous le Haut Patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, par l’Association marocaine de fabrication et d’assemblage d’automobiles, du 26 au 28 octobre, à Tanger, sous le slogan : « Quelle stratégie pour relancer l’industrie automobile ?

Mazur a déclaré lors d’une table ronde aux Rencontres Tanger-Méditerranée de l’Automobile que « cet événement est à nouveau organisé après la pandémie, dans un contexte particulier marqué par la reprise économique et les enjeux décisifs pour l’avenir du secteur. Le Maroc, sous la direction visionnaire de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, a su saisir les opportunités qui s’offraient grâce à un dynamisme de production et d’exportation sans précédent dans le secteur. Aujourd’hui, le Royaume, avec une capacité de production annuelle de 700 000 voitures, reste le premier constructeur automobile en Afrique. Il a également expliqué que cette dynamique a bénéficié d’un rythme d’investissement soutenu au cours des deux dernières années, avec 31 projets d’une valeur totale de 5,6 milliards de dirhams, qui créeront plus de 26.000 emplois dans le secteur.

Lire aussi:  77% des hommes d'affaires sont confiants dans les perspectives de développement de l'Afrique

Le ministre a également souligné le rôle important joué par la charte des investissements pour stimuler l’attractivité de la plateforme industrielle et développer les secteurs stratégiques, notamment l’industrie automobile. Il a également souligné à cet égard que nous sommes « en pleine transition vers une mobilité durable. Le Maroc a démontré l’étendue de sa capacité à produire des voitures électriques, et a engagé cette transformation dans le cadre d’une stratégie énergétique ambitieuse basée sur les énergies renouvelables, l’efficacité énergétique et l’intégration régionale. Avec ses capacités et ses qualifications OEM, le Maroc est aujourd’hui une plateforme montante pour la mobilité électrique.

Lire aussi:  Le gouverneur de la Banque centrale d'Égypte confirme que la politique monétaire

Mazur a déclaré que la réalisation des ambitions reste dépendante de la compétitivité du secteur, soulignant que la compétitivité reste une « nécessité inévitable pour la durabilité » pour toute industrie. Il a également expliqué que « nous cherchons à faire du Maroc la base de fabrication automobile neutre en carbone la plus compétitive au monde, et à améliorer le taux d’intégration locale de 64 % à 80 %. Pour atteindre cet objectif, une partie des énergies renouvelables sera allouée au service des industriels dans le cadre d’une offre aux tarifs très compétitifs. Il a également souligné à cet égard qu’un soutien motivationnel approprié est mis à la disposition des acteurs pour atteindre l’objectif souhaité.

Marrakech, 2022-10-27 18:44:16 (Maroc-Actu) –

Article précédentLa recherche de l’équilibre dans la pièce « Article d’introduction » du créateur Mohamed Zaitan
Article suivantLe groupe industriel CONMEDIC élève son investissement à l’horizon de l’atteinte de la « souveraineté sanitaire » au Maroc