Accueil Economie Attentes pessimistes sur l’économie nationale

Attentes pessimistes sur l’économie nationale

552
0

Après deux années caractérisées par la crise sanitaire et la reprise post-crise, l’économie nationale a connu une baisse de son taux de croissance en 2022, sous l’effet de la sécheresse et des chocs inflationnistes, selon le Haut-commissariat au plan. L’environnement international a été moins favorable en 2022 avec l’augmentation des tensions géopolitiques.

ralentissement de la croissance de l’économie nationale

L’économie nationale a connu un ralentissement de son taux de croissance, atteignant 1,3% en 2022, au lieu d’une hausse moyenne de 3,2% annuellement enregistrée entre 2015 et 2019, selon le budget économique prévisionnel pour l’année 2023 du Haut-Commissariat au Plan.
Le haut-commissaire au plan, Ahmed Lahlimi El Alami, a déclaré dans un discours lu en son nom par le secrétaire général de la Commission, Ayachi Khallaf, lors d’une conférence de presse jeudi dernier consacrée à la présentation du budget économique prévisionnel pour l’année 2023, que au cours de l’année 2022, la demande extérieure nette n’était pas appropriée à l’activité, en raison de sa contribution négative. De la croissance économique qui aurait pu s’élever à -1,3 point. On s’attend à ce que les exportations aient particulièrement explosé, mais la hausse des importations a été plus robuste, tirée par les produits énergétiques, alimentaires et chimiques.
En conséquence, le déficit commercial devrait s’être creusé à -22,7 % du PIB. Or, le renforcement des échanges de services aurait limité celle-ci en ressources à -15%, mais le déficit du compte courant pourrait s’être aggravé, pour s’établir à -4,9% du PIB en 2022.
Il était probable que le taux d’épargne nationale diminuerait à 27,8% du produit intérieur brut au lieu de 28,8% l’année précédente, en plus de relever les besoins de financement de l’économie nationale pour atteindre son plus haut niveau au cours des cinq dernières années, soit 4,9% du produit intérieur brut en 2022. .
D’autre part, l’économie nationale devrait croître à un taux de 3,3% en 2023, contre 1,3% l’année dernière, selon le budget économique projeté pour l’année 2023.
Ahmed Lahlimi Alami a expliqué : « Compte tenu des évolutions sectorielles et de la croissance de 2,7 % des taxes et redevances sur la production nette de subventions, le produit intérieur brut devrait enregistrer une augmentation d’environ 3,3 % en 2023, après les 1,3 % il a atteint en 2022.
Lahlimi a déclaré qu’en 2023, l’économie nationale se développera dans un contexte marqué par les perspectives de récession chez les principaux partenaires commerciaux, le resserrement des conditions financières internationales et la persistance de prix élevés.
A cet égard, il a indiqué que la croissance du commerce mondial devrait ralentir à 1,6% au lieu de 4% en 2022. En conséquence, la demande mondiale à destination du Maroc devrait connaître une baisse de son taux de croissance, atteignant 3,2% en 2023, par rapport à à 7,6 % en 2023. 2022.
Il a été constaté que la valeur ajoutée du secteur primaire devrait augmenter de 9% en 2023, en supposant une évolution correspondant à une saison agricole moyenne, notamment pendant les saisons d’hiver et de printemps.
Il a ajouté que les risques du retour du spectre de la sécheresse, après des pluies relativement abondantes au cours du mois de décembre 2022, sont toujours possibles, soulignant que, cependant, ce n’est pas le seul défi auquel est confronté le secteur agricole.
Et il a estimé que la reformulation de la stratégie de développement du secteur agricole pour renforcer la souveraineté alimentaire, préserver l’environnement et améliorer les revenus des agriculteurs, durement touchés par les années successives de sécheresse, sont autant de défis auxquels est confronté le secteur agricole.
Il a souligné qu’à l’exception du secteur agricole, l’activité économique devrait continuer de ralentir, enregistrant une hausse limitée de +2,7% en 2023, en raison notamment de la dissipation des effets mécaniques de rattrapage du tourisme et des services de transport. sur l’offre, ralentissement de la demande étrangère pour les industries exportatrices et à une politique monétaire moins flexible.
De son côté, la demande intérieure continuera d’être le principal moteur de cette croissance, avec une hausse de 3,2 %. La consommation des ménages devrait légèrement accélérer, grâce à la hausse attendue des revenus du secteur agricole et au niveau soutenu des envois de fonds des Marocains du monde.
En revanche, l’investissement total devrait rester modéré et sa part dans le PIB ne dépassera pas 31,5 %. Les nouvelles modifications du recouvrement de l’impôt sur les sociétés, l’élargissement de l’assiette fiscale et la poursuite de la politique de resserrement monétaire inciteront les entreprises à réduire les opérations de stockage et d’investissement en 2023.
On s’attend à ce que la demande extérieure nette poursuive sa contribution négative à la croissance économique à -0,2 point. Et que le déficit commercial se stabilise dans la limite de 20% du PIB, enregistrant une baisse par rapport à 2021. On s’attend à ce que le déficit des ressources continue de se réduire, pour s’établir à -13,3% du PIB en 2023, compte tenu du ralentissement du net échanges de services après la reprise enregistrée en 2022.
Il a ajouté que l’épargne intérieure devrait se contracter à 20,9% du PIB au lieu de 22,3% en moyenne sur la période 2017-2021. Les recettes extérieures, qui représentent 6,5% du PIB, porteraient l’épargne nationale à 27,4% du PIB en 2023, expliquant que compte tenu du niveau d’investissement de 31,5% du PIB, on s’attend à ce que le besoin de financement se fasse sentir. L’économie nationale diminuera à 4,1% du produit intérieur brut en 2023.

Lire aussi:  Nizar Baraka annonce la révision du décret de passation des marchés publics au profit de

Faible demande interne

Le Haut-commissaire au Plan, Ahmed Lahlimi Alami, a indiqué que la demande intérieure a enregistré une baisse de son taux de croissance, atteignant +2,3% en 2022, au lieu de +9,1% en 2021.
Dans un discours lu en son nom par le secrétaire général du délégué, Ayashi Khalaf, Lahlimi a expliqué que le ralentissement de l’activité économique était « le résultat de la perturbation des moteurs les plus importants de la croissance économique ».
Pour sa part, il a été relevé que le pouvoir d’achat des ménages a baissé de 1,9%, compte tenu de l’effet conjugué de la baisse des revenus agricoles et de la hausse de l’inflation.
Afin de maintenir leur consommation, on s’attend à ce que les familles aient dû compter en partie sur leur épargne et augmenter leur endettement. Ainsi, les dépôts à terme dans les banques ont diminué de 7,7% à fin novembre 2022, au lieu d’une hausse de 4,6% l’année précédente, et les crédits à la consommation ont augmenté de 3,8% durant la même période.
Lahlimi a indiqué qu’en général, la hausse attendue de la consommation des ménages ne dépassera pas +2,2% en 2022, au lieu de 8,2% l’année précédente.
Il est également probable que l’investissement total ait, à son tour, ralenti en 2022, enregistrant une hausse de 0,6 %, au lieu de 13,3 % en 2021.
La baisse de l’activité et la hausse de la facture des consommations intermédiaires, dues à la hausse des prix, ont affecté les performances financières des entreprises contractantes, notamment dans les branches non exportatrices qui sont tenues de maintenir la stabilité de leurs prix de vente.
Il a ajouté : « L’augmentation des versements de dividendes et l’augmentation des charges d’intérêt auraient réduit leur taux d’épargne à environ 33 % en 2022, au lieu de 36 % en 2021.
En conséquence, le taux d’investissement des entreprises qui garantissent environ un quart va baisser, malgré le renforcement du mouvement de reconstitution des stocks au second semestre 2022.

déclin des activités agricoles

Le budget économique prévisionnel pour l’année 2023 du Haut Commissariat au Plan a révélé que les activités agricoles ont baissé de 15,2%, après une hausse de 17,8% en 2021.
Le haut-commissaire au plan, Ahmed Lahlimi El Alami, a déclaré dans un discours d’introduction au budget économique prévisionnel pour l’année 2023, qui a été lu en son nom par le secrétaire général de la Commission, Ayachi Khallaf, lors d’une conférence de presse, que « la sécheresse s’est produite plus sévèrement au cours de l’année 2022, car elle s’est caractérisée par un déficit de précipitations. » de près de moitié par rapport à une saison agricole normale, ce qui affecterait les rendements des cultures et affaiblirait la résilience des filières animales, en raison des coûts élevés de l’énergie, des engrais et de l’alimentation du bétail.
Il a souligné qu’à l’exception du secteur agricole, les entreprises contractantes rencontraient des difficultés qui affectaient fortement leurs activités, indiquant que le pourcentage d’entreprises contractantes industrielles qui rencontraient des problèmes d’approvisionnement s’élevait à environ 65,4% à la mi-2022, au lieu de 15% en 2019. .
Et il a ajouté que la faiblesse de la demande s’est aggravée à partir du troisième trimestre 2022, en particulier pour les industries de la métallurgie et de la construction, et les services de médias et de communication.
A cet égard, il a souligné que l’activité du secteur secondaire restait atone, enregistrant une quasi-stagnation par rapport à 2021 (+0,4%).
En revanche, le secteur des services a maintenu une croissance durable de son activité, même si elle a légèrement reculé par rapport à 2021 (+5,3 %, après +6,4 %), soutenue par la levée des restrictions de déplacement.
Au total, la croissance économique, hors agriculture, aurait atteint 3,4% en 2022, au lieu de 6,8% en 2021.
Elle a conclu que dans ce contexte caractérisé par le ralentissement de la croissance économique, et dans le sillage de la baisse du taux d’activité et des emplois créés par les activités du tiers secteur, qui aurait compensé les pertes enregistrées dans les secteurs de la construction, des travaux et agriculture, le taux de chômage au niveau national a légèrement diminué pour atteindre 11,6% en 2022.

Lire aussi:  Zelensky admet la difficulté de sortir Moscou de l'Ukraine et l'alternative

Améliorer les investissements productifs

Le haut-commissaire au plan, Ahmed Lahlimi Elalamy, a appelé jeudi dernier à Rabat à relancer les investissements productifs, dans le but d’éviter d’aggraver la faiblesse de la croissance économique.
Dans un discours lu en son nom par le secrétaire général de la délégation, Ayachi Khallaf, à Halimi Alami, lors d’une conférence de presse consacrée à la présentation du budget économique prévisionnel pour l’année 2023, que « contrairement à ce que l’on savait auparavant, les entreprises privées et les familles joueront un rôle décisif dans la relance du capital physique, puisqu’elles sécuriseront 66 % de la formation brute totale de capital fixe en moyenne entre 2000 et 2019, à une époque où l’investissement public ne sécurise que le tiers restant.
Il a souligné que l’investissement public devait être à terme un levier de croissance en encourageant des investissements privés de plus en plus performants.
Il a souligné à Halimi que le délégué avait commencé à évaluer les efforts à fournir pour rétablir les perspectives de croissance économique sur une trajectoire de croissance plus durable, inclusive et flexible, dans le cadre de 3 scénarios.
Selon Halimi, le premier scénario, de type « directionnel », porte sur les perspectives de croissance à l’horizon 2035 en s’appuyant sur les caractéristiques structurelles de l’économie nationale telles qu’observées ces dernières années.
Le deuxième scénario, dit « NMD », évalue les efforts qui doivent être faits pour atteindre les objectifs fixés par le nouveau modèle de développement, tandis que le troisième scénario, dit « Achievable », a été simulé afin d’évaluer les efforts qui doivent être faits et réalisées, compte tenu des capacités de financement. potentiel pour l’économie marocaine, d’accroître la croissance et d’améliorer les niveaux d’atteinte des objectifs de développement durable.

Marrakech, 2023-01-16 09:36:51 (Maroc-Actu) –

Article précédentEnregistrement d’une performance sans précédent pour les exportations de produits alimentaires agricoles et marins
Article suivantLa conclusion de la conférence intellectuelle en creusant les plis du théâtre marocain en prévision des horizons futurs