Accueil Divertissements La 13ème édition du Festival International du Film Amazigh Issni N’Ohrgh au...

La 13ème édition du Festival International du Film Amazigh Issni N’Ohrgh au féminin

424
0

L’Association Isni n Orgh entend organiser la 13ème édition du Festival International Isni n Orgh du Film Amazigh du 29 septembre au 3 octobre 2022. Soumettre leurs propositions, recherches et études scientifiques sur le sujet à publier dans un ouvrage collectif au sein de la éditions du festival.
La direction du festival précise dans un communiqué qu’il est exigé que les recherches et études soumises soient conformes aux règles de publication en vigueur. Ouvrir la voie à la participation d’œuvres écrites en tamazight, arabe, français et anglais.
Il convient également de noter, ajoute la même communication, que le livre sera publié avant les activités du symposium national qui se tiendra sur le même sujet, et le livre sera présenté dans le cadre de ses activités.
La recherche, accompagnée d’une biographie de l’auteur, doit être envoyée à l’e-mail du festival
Le comité organisateur a précisé les conditions et contrôles à respecter dans l’article, tels que :
L’article est lié au sujet du séminaire.
Le chercheur assume la responsabilité du secrétariat scientifique.
– Originalité et sérieux dans le traitement du sujet.
Inclure les sources et les références à la fin de l’article.
Respecter les contrôles et normes scientifiquement et académiquement reconnus.
Les articles rédigés en langue berbère sont présentés en police TifinagheIrcam Unicode, taille de police 13, taille de police dans la marge 12.
Les articles écrits en arabe sont soumis en Arabe Traditionnel taille de police 14, taille de police dans la marge 10.
Les articles en langues latines sont présentés en Times New Rroman taille de police 12, taille de police en marge 10.
Les articles doivent être soumis au plus tard le 20 août 2022
Les articles sont publiés dans un livre collectif des publications du festival, après approbation du comité scientifique, avec l’engagement de l’auteur de l’article d’apporter les modifications proposées par le comité.
Une récompense est donnée pour toute recherche présentée au symposium, et la Société détient les droits de propriété intellectuelle pour la recherche acceptée.
L’écrivain reçoit un exemplaire du livre collectif lors de la présentation de la publication dans le cadre des activités du colloque national.

Le parterre du colloque national sur « Les représentations féminines dans le cinéma amazigh »

L’art cinématographique est considéré comme l’un des arts qui traite de sujets sensibles à travers le monde, et un moyen expressif d’assimilation de l’individu ou du groupe à l’autre, à la société et à l’univers dans ses diverses manifestations et manifestations intellectuelles, psychologiques et comportementales. L’art du cinéma a puisé ses programmes dans les sciences humaines et sociales, en particulier la sociologie, l’histoire et l’anthropologie. Ces sciences dépendent également du cinéma dans l’utilisation de l’image cinématographique pour la documentation, l’enregistrement et la description. Face à cet échange de connaissances entre le cinéma et les sciences humaines et sociales, le créateur traite de sujets sensibles, et prend les sciences concernées par ces sujets comme guide qui éclaire sa manière de construire le texte dramatique. Parallèlement au développement de ces deux champs (cinéma et scientifique), un certain nombre de discussions intellectuelles ont émergé qui traitaient de sujets sensibles comme le thème de « la question des femmes », notamment la partie liée à la « masculinité », qui pose un grand défi pour les femmes, jusqu’à ce que ce sujet devienne un sujet à part en sociologie, qui a produit un matériau cognitif important dans l’approche de la question du genre. Cette problématique s’étend au champ cinématographique comme champ de savoir qui prend la caméra comme outil de production de savoir.
Les femmes d’aujourd’hui font face à de nombreux défis, qu’ils soient de leur propre sexe ou du sexe opposé. Ces défis s’empêchent de se réaliser, car ils deviennent vulnérables à des traitements inappropriés et à des abus de droits. Les sociétés conservatrices placent les femmes sous tutelle et contrôle, ce qui constitue un obstacle qui les empêche d’avancer sur leur chemin. Si la femme et l’homme naissent avec les mêmes caractéristiques humaines et capacités mentales, et que c’est l’éducation qui détermine le destin de chacun d’eux en tant qu’êtres sociaux, ce que Bovary souligne dans son célèbre dicton : « Nous ne naissons pas femmes, mais nous le devenons. Cette idée s’est-elle étendue au domaine cinématographique en général ? Comme un terrain fertile pour extrapoler la situation des femmes, et mettre le doigt sur la pratique féminine dans le cinéma amazigh en particulier, ses représentations à l’écran, ses connotations artistiques, culturelles, symboliques et historiques, et son image commercialisée à travers la matière dramatique.
Des histoires réalistes et imaginaires ont permis au cinéma de s’inspirer de sa matière dramatique, qui s’est construite sous une forme artistique plus ou moins créative. Cela fournit à l’écran un matériel dramatique, destiné à un large public ayant une conscience variable de la question des femmes et des points de vue différents à son sujet. Depuis la sortie du film « Tammgart n War » réalisé par Al-Hussein Bezgarn, dont le titre nous donne une idée de sa prise en charge de la question des femmes, malgré cela, il nous est devenu nécessaire aujourd’hui de nous interroger sur l’accumulation quantitative et qualitative dans ce domaine, qui se compose de centaines de films, et d’extrapoler l’étendue de son approche de ce sujet ?
Il est aussi devenu de notre devoir d’interroger la cinémathèque amazighe, sur les œuvres qui mettent l’accent sur les femmes et leur enjeu fatidique comme centre de l’histoire dramatique. Les femmes ont-elles un rôle clé dans l’avancement de leur cause ou contribuent-elles à perpétuer la masculinité liée au système social général ? Partant du principe que le cinéma, en tant qu’art et culture, a la capacité de rompre avec les comportements passés et de créer une véritable évolution dans le rapport entre les sexes et dans leurs rôles dans le champ cinématographique, nous avons le droit d’entourer la production cinématographique de examen et analyse, pour en explorer les profondeurs, et explorer ces représentations, qu’elles soient positives ou négatives. La prise en compte de la question des femmes est un enjeu fondamental dans les sociétés avancées qui vont vers le progrès. On est aussi en droit d’interroger le cinéma amazigh sur la place des femmes noires, des femmes participant à la résistance, et des figures historiques dans leur production artistique. Même au niveau palatial on peut s’interroger sur la répartition des fonctions entre les sexes ; Se caractérise-t-elle par l’équité, l’égalité et l’adoption de compétences et d’aptitudes ? Ou ne va-t-il pas au-delà de la reproduction du même schéma, en consacrant des comportements passés attachés à la mentalité dominante, qui classe les femmes dans la catégorie de l’infériorité et de la soumission, et ne les considère pas comme un élément important du développement, et lie leur présence à des stéréotypes déposés dans la société à travers des institutions de socialisation, telles que la répartition stéréotypée du travail et des responsabilités et la répartition des outils de jeu, car les jeux sont attribués aux hommes qui reflètent un sentiment de supériorité, de responsabilité et de virilité. Au contraire, la femelle se voit attribuer des outils tels que des poupées et des ustensiles de cuisine. Face à cette situation caractérisée par le monopole de l’homme dans la production cinématographique, il est difficile de parler de femmes qui ont accumulé des expériences dans l’industrie cinématographique. Quelles sont donc les raisons qui ont empêché cela ? Quelles sont les représentations des femmes dans le champ cinématographique avant et après la production de l’œuvre cinématographique ?

Lire aussi:  Amor de madre, la comédie avec Carmen Machi et Quim Gutiérrez, a désormais une date de sortie sur Netflix.

Mots clés

« Isni, 13 ans, Amazigh, le tournoi international, gagne, pour le film, pour les femmes, pour le festival N,Oorg »

Marrakech, 2022-07-14 19:44:29 (Maroc-Actu) –

Article précédentL’euro est passé sous le dollar américain pour la première fois depuis fin 2002
Article suivantLe trésor public du Royaume..le déficit budgétaire s’élève à 14,4 milliards de dirhams