Accueil Divertissements La conclusion de la dix-neuvième session du Festival international du film de...

La conclusion de la dix-neuvième session du Festival international du film de Marrakech

149
0

Le film « A Tale of Shomron » du réalisateur iranien Imad Ibrahim Dehkerdi a remporté l’Etoile d’Or (Grand Prix) de la dix-neuvième session du Festival international du film de Marrakech, qui a conclu ses activités samedi soir dernier dans la ville rouge.
Au cours d’une joyeuse cérémonie de clôture au Palais des Congrès de la Ville Rouge, à laquelle ont assisté les stars du septième art et des personnalités du monde de l’art, de la culture et des médias, le jury du festival, présidé par le réalisateur italien Paolo Sorrentino, a annoncé le couronnement du film « A Tale from Shomron » après avoir visionné 14 films participant à la compétition officielle, représentant 14 pays et 5 continents (Australie, Brésil, Canada, France, Indonésie, Iran, Maroc, Mexique, Portugal, Suède, Suisse, Syrie, Tunisie et Turquie).
Le film lauréat (d’une durée de 102 minutes) raconte l’histoire d’« Iman » et de son jeune frère, « Bayar », qui vivent avec leur père, qui souffre de problèmes de santé. Après la mort de leur mère, Eman cherche des opportunités de gagner de l’argent pour faire face aux circonstances difficiles auxquelles il est confronté dans sa vie quotidienne.
Grâce à ses relations avec un groupe de jeunes hommes, « Iman » commence à gagner de l’argent et à faire des bénéfices rapidement, et cette affaire apparaît à première vue comme l’occasion d’un nouveau départ pour lui, mais elle se transforme en un problème complexe qui affecte le sort de tous les membres de la famille parce qu’il est impliqué dans le trafic de drogue.
Ce premier long métrage d’Ibrahim Dehkerdi pose un regard artistique sur un groupe de jeunes au sein de la société iranienne contemporaine, en essayant de mettre en lumière certains des problèmes dans lesquels ils tombent et qui les font souffrir de la diminution des chances de réussite et de la propagation des contradictions de classe.
Le prix du « Comité du Jury » de cette session a été décerné à parts égales au film « The Living Spirit » de Christel Alves Mira du Portugal, et au film « The Blue of the Caftan » de la réalisatrice marocaine Maryam Al-Touzani, tandis que le Le prix de la réalisation a été décerné au film « Lightning » de la réalisatrice suisse Carmen Jacquié.
Le prix du meilleur rôle féminin est allé à l’actrice canadienne d’origine coréenne, Choi Sung-yoon, pour son rôle dans le film « Raiseboy Sleeps » d’Anthony Shim (Canada), et Arswinde Benink Swara a remporté le prix du meilleur acteur pour son rôle dans le film « Biography » réalisé par Maqbool Mubarak (Indonésie). .
Outre son président, Sorrentino, le jury de cette session était composé de l’actrice britannique, Vanessa Kirby, de l’actrice allemande, Diane Kruger, du réalisateur australien, Justin Kurzel, de la réalisatrice et actrice libanaise, Nadine Labaki, de la réalisatrice marocaine, Leila Marrakchi et l’acteur français Taher Rahim.
Fidèle à sa démarche de célébration du cinéma mondial dans sa diversité, le Festival International du Film de Marrakech a honoré, lors de cette cérémonie de clôture, la célèbre actrice écossaise Tilda Swinton. La réalisatrice marocaine Farida Benlizid.
A cette occasion, Tilda Swinton, qui a reçu l’étoile d’or honorifique des mains de sa fille Anwar Swinton Byrne, a exprimé sa sincère gratitude à Sa Majesté le Roi Mohammed VI et à Son Altesse Royale le Prince Moulay Rachid, Président de la Fondation du Festival International du Film de Marrakech, pour les événements de cet événement majeur et le soutien ferme et continu pour élargir les horizons du cinéma mondial. .
Dans un discours en l’honneur de la personne honorée, le réalisateur suédois Robin Ostlund a déclaré que l’actrice Swinton passe facilement d’un rôle à l’autre et d’un personnage à l’autre, et grâce à son talent, elle a pu interpréter différents rôles. Il a dit que Swinton, grâce à sa grande intelligence, a pu jouer un groupe de rôles incroyables, considérant qu’elle sent le pouls de la société et qu’elle est parmi les plus importantes ambassadrices du cinéma sous toutes ses formes.
En plus des films de la compétition officielle, cette session du festival a vu la présentation de films dans le cadre des autres sections du festival, qui sont « Spectacles festifs », « Spectacles spéciaux », « Le Onzième Continent », « Le Panorama du cinéma marocain » et « Cinéma du public émergent ». et « Spectacles de films en plein air sur la place Jemaa El Fna », qui présente un total de 76 films de 33 pays, présentant une variété d’expériences cinématographiques de toutes les régions du monde.
Le public de cette séance avait rendez-vous avec le segment « Dialogue avec… », dans lequel il a rencontré dix des plus grands noms du cinéma mondial, qui ont partagé avec lui leur vision et leur pratique cinématographique basée sur des expériences merveilleuses et passionnantes. histoires.
Le cinéma marocain était fortement présent lors de cette session, avec un total de quinze films qui ont participé aux différentes sections du festival, dont une sélection de cinq longs métrages et documentaires issus des dernières productions cinématographiques nationales au sein de la section « Panorama du cinéma marocain ».

Lire aussi:  La décision de Maggie dans The Walking Dead est liée à World Beyond et au massacre d'Omaha.

Marrakech, 2022-11-20 23:41:16 (Maroc-Actu) –

Article précédentUne augmentation de la valeur des exportations de phosphate et de ses dérivés de près de 70 %
Article suivantInwi remporte le Prix de l’Inclusion Financière au Next Fintech Forum à Abidjan