Accueil Divertissements Une lecture de la pièce « The Day is Gone » du...

Une lecture de la pièce « The Day is Gone » du Théâtre National de Sharjah aux Emirats couronnée au Festival du Théâtre Arabe de Casablanca, la 13ème session

76
0

Comme avant :
Dans le Golfe, on est peut-être à la traîne en matière de « théâtre », le Koweït et le Bahreïn ayant pris le pas sur l’activité dans les écoles privées et certains amateurs de théâtre, mais plus tard le dramaturge au Qatar, aux Émirats arabes unis et au Sultanat d’Oman a réalisé ce à quoi il aspirait. à .. Oui, si l’État du Koweït a fourni de nombreux modèles dans tous les éléments du spectacle théâtral, à commencer par le texte, et le chevalier le plus en vue était M. Abdulaziz Al-Saree et un certain nombre d’autres écrivains. Nous ne pouvons pas oublier le rôle de premier plan de feu Saqr Al-Rushoud et Fouad Al-Shatti, ainsi que les stars du jeu des deux sexes, ainsi que la jurisprudence de Muhammad Awwad et Ibrahim Ghuloom et d’autres à Bahreïn, et la jurisprudence des Frères au Qatar, à commencer par Nokhada Abdul Rahman Al-Mannai, Hamad Al-Rumaihi, Ghanim Al-Sulaiti, Nasser Abdul-Ridha, et au Sultanat, Abdul-Karim Jawad, pour n’en nommer que quelques-uns.
Aux Émirats arabes unis, l’un des noms les plus importants entre dans l’arène, en commençant par monter sur scène, puis l’un des affluents les plus importants pour nourrir la mémoire du théâtre, pas dans son pays, mais sa production est admirée par les réalisateurs au sein de la cadre des pays du CCG. Al-Aber du Koweït et Nasser Abdel-Ridha du Qatar, dont le texte est « Al-Bushih » à côté de « Majareh » mis en scène par Nasser Abdel-Ridha. Ainsi, à travers ses années de don, il a donné au théâtre du Golfe une autre dimension, et le nom de cette pièce s’accompagna de succès.
Dans l’histoire du théâtre arabe, nous nous tenons devant de nombreux noms qui ont contribué à faire avancer la roue du théâtre arabe avec des étapes importantes. Il y a Saadallah Wannous, Hani Snobar, Fawaz Al-Sajer, Muhammad Al-Maghout, Mahmoud Diab, Ezz El-Din Al-Madani, Fahd Dora Al-Harthy, Karam Mutawa, et des dizaines de noms Pourtant, l’écrivain émirati présente tout de même un résumé de sa pensée à la planche, et ses ouvrages suivent. Trouble », « Al-Bushih », « Majareh » et enfin « The Day Has Gone ».
Dans ce texte, « The Day Has Gone » : Cet écrivain confirme que le feuilleton télévisé ne lui a pas volé son amour éternel puisqu’il est tombé dans le giron de la scène. Pourquoi ? Cette question provocatrice est due au fait qu’Ismail Abdullah est le propriétaire d’un projet, et donc, à travers sa riche production, il revient une fois de plus à la réalité vécue après avoir fouillé le passé et exposé une partie des faits du passé à travers son deux chefs-d’œuvre, « Al-Bushih » et « Majareh », et s’est appuyé sur les idées des autres dans le cadre de ses recherches. La recherche assidue de renouvellement et de développement à travers la production d’autres écrivains, mais avec le goût et l’odeur de notre réalité vivante.
Peu importe qu’il soit russe ou turc. Dans chaque pièce, il court contre le temps jusqu’à ce que son nom devienne la marque distinctive d’un théâtre arabe qui respire la liberté qui était souvent entourée de la peur de la censure.. la censure du créateur et la censure de l’autorité, tout cela parce qu’il a trouvé la réalité qui soutient la marche du théâtre, et le modèle du théâtre d’amour et l’a implanté dans la mémoire de la plupart des créateurs de son pays, donc Ismail et ses compagnons partir sur le chemin.. Ahmed Al Jasmi, Muhammad Al Ameri, Hassan Rajab, Mari Al Hayyan et d’autres. Ce lancement par les Chevaliers de Sharjah a créé une situation théâtrale arabe, et au fil des années ces comparaisons entre notre théâtre naissant du Golfe et le théâtre arabe ou autre se sont estompées, car liées au don.
L’écrivain Ismail Abdullah est un écrivain qui possède un projet.. son propre projet, et ce projet est lié à sa pensée et à sa culture, ce plongeant dans les bras du théâtre car il est capable de s’exprimer à tue-tête et de répondre à ceux questions existentielles « pourquoi et comment? » Ou, comme je l’ai dit plus haut, son arme c’est le mot et ces personnages qui portent ses rêves, et il se déplace sur scène. Peu importe qui les déplace, que ce soit Hassan Rajab ou Muhammad Al-Amiri ou d’autres, car il a créé des liens avec ses compagnons de route, rappelant ce qu’il y avait entre « Tchekhov et Stanislavski » comme on le lit, ou Al-Maghout et Duraid ou Abd. Al-Aziz Al-Saree et Saqr Al-Rushoud, ou un jour entre Muhammad Sobhi et Lenin Al-Ramli..etc.
Ismail Abdullah n’écrit pas en quête d’une récompense ou d’une démonstration de muscles, mais à travers un langage poétique qui teint le dialogue de ses personnages, et à travers ses expériences et passages dans le parcours de la vie, il évoque ces modèles qui portent ses pensées et rêves d’un avenir meilleur.
Dans « Le jour est venu », comme d’habitude, il ne se présente pas sous une forme théâtrale, et dans ce texte il s’appuie également sur les cris des poètes arabes. Ici, Mahmoud Darwish, Samih Al-Qasim, Badr Shaker Al-Sayyab, Tawfiq Al-Zayad, Ahmed Matar, Amal Dunqul, Al-Tayyib Al-Mazghani, Khalaf Al-Khalaf, les enfants d’Al-Saghir Ahmed et Muzaffar al-Nawab , le propriétaire des Night Strings, était absent de la contribution. Un autre poète qui a chanté dans l’année (1985) au Festival de Mirbad, l’un de ses chefs-d’œuvre, Nizar Qabbani, était absent de la contribution. Plus tard, le regretté musicien qatari Abdulaziz Nasser l’a composé, et c’est un autre cri des poètes de Dhad. « Voyageurs, voyageurs, nous sommes sur le navire des douleurs, notre chef est un mercenaire et notre cheikh est un pirate, citoyens sans patrie, pourchassés comme des oiseaux sur les cartes du temps, voyageurs sans papiers et morts sans linceul… etc. »
Dans ce texte, Le Cri, l’écrivain encapsule le contenu au départ dans une histoire, puis présente, à travers sa vision de réalisateur, ce qui occupe sa mémoire. Et entre un réalisateur qui donne vie à ces personnages en choisissant celui qui a la capacité de communiquer l’idée au destinataire à travers la capacité de l’incarner.
Et si l’écrivain déploie dans n’importe quel texte qu’il a présenté tout au long de sa longue histoire sa capacité à évoquer la langue sublime jusqu’à ce qu’on dise que le théâtre l’a volée à la poésie, mais que la nostalgie l’emporte toujours dans la poésie, alors il est un habile plongeur pour choisir le mot unique dans toute idée théâtrale, qu’elle soit liée à des problèmes communautaires ou au cadre populaire ou aux mythes.. ont de multiples sources, mais dans « le jour est passé » un autre cri. , et ici les « chauves-souris » ont un autre rôle, et c’est ce qu’il a montré à travers les modèles. Dans ce texte, l’écrivain vit une obsession de la réalité enveloppée d’oppression, d’injustice et de tyrannie. Oui, il existe plusieurs modèles, mais l’un n’est pas différent de l’autre.
Ici l’écrivain n’est pas seul face aux cris humains. Oui, les événements nous emmènent dans plusieurs pays, mais dans l’innocence dit l’auteur du texte.. C’est un mélange de plus d’une idée, voici un « collage » entre son cri et le cri de la plupart des poètes arabes.. Oui , la structure architecturale du texte est son innovation, et l’œuvre qu’on lui attribue, même s’il s’appuie sur ce que le bon sens des poètes a établi. Un geste astucieux. S’il est pris au piège, il sera justifié. Tous ces cris ont été scandés par beaucoup avant moi.
Et à travers la formation dans l’espace théâtral… et en rêvant du lendemain à venir… il y a beaucoup de tragédies… la fuite de l’amant par peur de l’arrestation, et l’une des plus belles scènes qu’Al-Amiri a traitées… est la scène de punition à deux niveaux.. et de formation dans l’espace théâtral par des cordes.. Les plus belles scènes sont à un point « Le jour est revenu » et la multiplicité des exploiteurs, qu’ils soient étrangers ou exploités, en exposant une réalité de la crise arabe .
Tout cela parce que le texte porte une idée, et parce que le metteur en scène a ses outils pour déplacer tous les éléments de la représentation théâtrale. L’évocation de (Al-Mald) était ce rituel religieux célébrant la naissance du maître de l’Anam, et le chant du mot « Madad… Madad » n’est pas une affirmation de défaite, mais plutôt un lien avec d’autres pouvoirs que le chercheur aura. sur la délivrance.
Par conséquent, l’écrivain n’a pas seulement bénéficié de ce que les poètes ont présenté.
Une question qui appelle la réponse : Ce cri, lancé par le grand écrivain Ismail Abdullah, porte-t-il un avertissement de ce qui est à venir, ou est-ce un autre cri ?! Cette réalité ne changera pas..!!
Je crois fermement.. ni ceci ni cela, car la volonté est sans aucun doute la chose la plus importante et la réalisation des aspirations et des rêves. « Nous ferons le navire de nos côtes », et ces cris sont « en direct sur le bâtiment » « ce n’est pas par l’épée qui allume la lumière. » Et si la scène d’ouverture passe par la tête, au même titre que la scène de clôture L’auteur et metteur en scène ne présente pas ce qu’incarne l’esprit de désespoir, et que la résistance est incapable de réaliser les aspirations du peuple. Le message de l’un et de l’autre est bien plus important que cette modeste vision.
Le plus beau, c’est que les quatre modèles à travers les scènes incarnent une pièce de théâtre en soi, notamment la scène des « mollahs » et le contrôle du Guardian Jurist, et à travers le chant « Wa, woe, woe, woe… ». une présentation franche et directe, cette scène était porteuse de beaucoup de sens, où le clerc est égal au penseur avec le général..
La journée est révolue : un spectacle théâtral qui disait tout… et exposait notre réalité. Il a présenté des modèles que nous connaissons et un pays qui a payé le prix à travers des gens qui scandaient l’amour de la patrie, mais à travers des slogans vides. Avant vous, la culpabilité est la faute de la plupart de ceux qui crient.
Oui, ce texte, même s’il évoque la réalité de la nation et de l’être humain.. il a lancé un cri de protestation.. Quand vous réveillerez-vous de votre négligence ? Faites attention.. La réponse a été.. C’est encore trop tôt.. Un autre a crié.. Nous sommes liés par le désespoir.. Et à travers le peuple : Si un jour le peuple voulait la vie.. Et le vieil homme a saisi son bâton en répétant. . Quel est le sens de la vie…?!

Lire aussi:  À quelle heure la série The Adam Project de Netflix sort-elle en Amérique latine et en Espagne ?

< Rédigé par : Dr Hassan Rashid

Mots clés

A Casablanca, Al-Bayda, la 13ème session, Sharjah, Al-Arabi, couronné, le théâtre national, aux Emirats, en, une lecture dans la pièce « Le jour est venu ».., pour un théâtre, un festival

Marrakech, 2023-01-19 18:54:30 (Maroc-Actu) –

Article précédentVers l’adoption de la stratégie « stock picking » à la Bourse de Casablanca
Article suivantPlus de 12 000 entreprises marocaines feront faillite en 2022